PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition de la peinture

LINKED TERMS

300 terms
69 sources
784 quotations

1 quotations

Quotation

Den Grondt der Edel vry Schilder-const: Waer in haer ghestalt, aerdt ende wesen, de leer-lustighe Jeught in verscheyden Deelen in Rijm-dicht wort voor ghedraghen

[D'après NOLDUS 2008, p. 11:] Principe et fondement de l’art noble et libre de la peinture : Dans lequel sa forme, sa nature et son essence sont présentées en vers à la Jeunesse avide d’apprendre


1 quotations

Quotation

Toutes deux [ndr : la peinture et la poésie] sont fondées sur la force de l’imagination pour bien inventer leurs productions, & sur la solidité du jugement pour les bien conduire. Elles savent choisir des sujets qui soient dignes d’elles, & se servir des circonstances & des accidens qui les font valoir, comme elles savent rejetter tout ce qui leur est contraire, ou qui ne merite pas d’être representé.


Other conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → comparaison entre les arts
CONCEPTS ESTHETIQUES → génie, esprit, imagination
L’HISTOIRE ET LA FIGURE → sujet et choix
L’ARTISTE → qualités

1 quotations

Quotation

Comme un Tableau est l'Image d'une Action particuliere, le Peintre doit ordonner son Sujet & distribuer ses Figures selon la nature de l'Action qu'il entreprend de representer. Et parce que ce Tableau est, ou une Invention nouvelle du Peintre, ou une Histoire, ou une Fable déja décrite par les Historiens ou par les Poëtes ; il faudroit faire voir de quelle sorte il doit traiter tous ces differens Sujets ; & comme il y doit exprimer les mouvemens du corps & de l'esprit.

sujet


Other conceptual field(s)

L’HISTOIRE ET LA FIGURE → sujet et choix
L’HISTOIRE ET LA FIGURE → action et attitude

1 quotations

Quotation

III. Von dem Ursprung der edlen Mahlerey, p. 130
Der Adel soll von dem Alter seinen Namen haben/ un [d] deßwegen wurde die Mahlerey mit Fug edel genennt werden.
Daß die Mahlerey sehr alt seye / ist nicht zu zweiffeln [...]

1 quotations

2 quotations

Quotation

Beneffens dese voornoemde Imitatie der naturelicker lichaemen door welcke de Konstenaers aengeleyd worden om allerley sienelicke dingen nae 't leven uyt te drucken, so staet ons alhier noch een andere soorte van Imitatie aen te mercken, door welcke den Konstenaer sich verstoutet oock soodaenighe dinghen af te beelden die van 's menschen ghesicht verde sijn afgescheyden. Ende al hoewel de voornaemste kracht van dese imitatie in de fantasije bestaet, soo is het nochtans dat wy d'eerste beginselen deser imaginatie onsen ooghen moeten danck weten; want d'inwendighe verbeeldinghen die in onse ghedachten spelen, konnen daer in noyt ghefatsoenert worden 't en sy dat wy eerst de ghedaente der dinghen ergens in 't rouwe met onse ooghen hebben aenschouwet, of ten minsten met d'een of d'ander onser vijf sinnen hebben ghevoelt.

[Suggested translation, Marije Osnabrugge:] Besides this aforementioned Imitation of natural bodies by which the Artists are stimulated to express all sorts of visible things after life, we should here consider another type of Imitation, by which the Artists dares to also depict such things that are far removed from man's view. And although the principal power of this imitation exists in the fantasy, then we should still thank our eyes for the first beginnings of this imagination; as the internal representations that play in our thoughts can never be modeled there, unless we have first beheld the shape of things somewhere in coarse with our eyes, or at least have felt with one or another of our five senses.

Junius uses ‘afbeelden’ to indicate the ability of artists to depict that which cannot be seen directly, but which has to be imagined in one’s mind. The near-synonym ‘uitdrukken’, which he also uses in this extract, indicates the ability to work ‘after life’ rather than from the imagination.[MO]


Other conceptual field(s)

CONCEPTS ESTHETIQUES → génie, esprit, imagination

Quotation

Soo is dan dese gantsch vruchtbaere kracht onses ghemoedts, nae 't oordeel van Plato {in Sophista.}, tweederley: d’eerste soeckt maer alleen soodaenighe dinghen uyt te drucken die d'ooghe teghenwoordighlick aenschouwet; d'andere bestaet daer en boven oock die dinghen af te beelden welcker voorbeeldt maer alleen in de fantasije voor ghestelt wordt.

[Suggested translation, Marije Osnabrugge:] Thus this very fruitful power of our mind is, after the judgment of Plato {…}, twofold: the first only tries to express such things that the eye beholds presently; the other also manages to depict those things whose example is only presented in the fantasy.

Junius uses ‘afbeelden’ to indicate the ability of artists to depict that which cannot be seen directly, but which has to be imagined in one’s mind. ‘Uitdrukken’ (express) indicates the ability to work after that which is seen with one’s eyes at that moment, rather than from the imagination. He connects this to Plato’s theory of the duality of the mind. [MO]


Other conceptual field(s)

CONCEPTS ESTHETIQUES → génie, esprit, imagination

1 quotations

Quotation

Brenght herwaerdts, brenght herwaerdts, O vroome Dichters, seght hy {Panegyr. Theod. Aug. Dicto}, den gantschen arbeydt van uwe gheleerde nachten: ghy Konstenaers mede, verwerpt de ghewoonelicke beuselinghen der versufter fabulen, ende laet uwe vernuftighe handen dese dinghen liever afmaelen; laet de ghemeyne mercktplaetsen als oock de Kercken met d'afbeeldinghe deser gheschiedenissen verciert worden; latese in de Coleuren verlevendighen ende in 't Koper sich verroeren;

[Suggested translation, Marije Osnabrugge:] Bring hither, bring hither, O pious Poets, he says {…}, all the labor of your learned nights: you Artists as well, reject the common twaddle of dazed fables, and let your ingenious hands rather paint these things; let the common market places as well as the Churches with the depiction of these histories be embellished; let them be brought to life in Color and be moved in Copper.

1 quotations

Quotation

Are. Quant à l’agreable, quoi qu’on puisse facilement le comprendre par ce qu’on a exposé ci devant ; j’ajouterai qu’il n’y a rien, qui attire tant à soi, ni qui occupe les yeux si agreablement, que la peinture ; non pas meme les pierres precieuses, non pas meme l’or, qui devient bien plus precieux s’il renferme quelque pierre, ou quelque ouvrage de quelque celebre Artiste, soit figures, animaux, ou quelqu’autre chose, qui ait du dessein, & de l’agrement ; ce qui plait non seulement aux connoisseurs, mais encore au vulgaire ignorant, meme aux enfants, qui d’abord qu’ils voient quelque peinture, la montrent presque toujours avec le doigt, & il semble que leur cœur enfantin en soit tout pâmé de douceur.
[…]
Are. Eh qui est ce, qui ne connoit pas l’agrement de la peinture, laquelle enrichit toutes choses ? Les edifices publics, & particuliers ont beau etre ornés en dedans de superbes tapisseries, de tables couvertes de tapis magnifiques, s’il ne s’y trouve quelques excellents tableaux, il y manque l’accomplissement du plus bel ornement ; par dehors les faces des palais font plus de plaisir aux yeux, lorsqu’elles sont peintes par quelques bons maitres, que celles qui sont incrustées de marbres blanc, de porphire, ou de serpentin enrichi d’or.

Agréable désigne dans cette cistation le plaisir suscité par la peinture

1 quotations

Quotation

Are. Quant à l’agreable, quoi qu’on puisse facilement le comprendre par ce qu’on a exposé ci devant ; j’ajouterai qu’il n’y a rien, qui attire tant à soi, ni qui occupe les yeux si agreablement, que la peinture ; non pas meme les pierres precieuses, non pas meme l’or, qui devient bien plus precieux s’il renferme quelque pierre, ou quelque ouvrage de quelque celebre Artiste, soit figures, animaux, ou quelqu’autre chose, qui ait du dessein, & de l’agrement ; ce qui plait non seulement aux connoisseurs, mais encore au vulgaire ignorant, meme aux enfants, qui d’abord qu’ils voient quelque peinture, la montrent presque toujours avec le doigt, & il semble que leur cœur enfantin en soit tout pâmé de douceur.
[…]
Are. Eh qui est ce, qui ne connoit pas l’agrement de la peinture, laquelle enrichit toutes choses ? Les edifices publics, & particuliers ont beau etre ornés en dedans de superbes tapisseries, de tables couvertes de tapis magnifiques, s’il ne s’y trouve quelques excellents tableaux, il y manque l’accomplissement du plus bel ornement ; par dehors les faces des palais font plus de plaisir aux yeux, lorsqu’elles sont peintes par quelques bons maitres, que celles qui sont incrustées de marbres blanc, de porphire, ou de serpentin enrichi d’or.


Other conceptual field(s)

SPECTATEUR → perception et regard

1 quotations

Quotation

Of the disposition of the Parts.
{5. Of Disposition.} A Picture of many
figures, must needs express some Historicall part in it ; Every figure ought to represent therein, by a speechless discourse, the connexion in them. Assigne therefore the principall place, to the principall figures, next to hand ; Other figures, farther off. Finish the Principal figures, whilst your Spirits are fresh. {In order to perfection,} Frame not your Historicall Piece, rude, loose, and scattered, but rather, in an equitable roundness of composition ; to be perceived by each observer ; to be liked of the most, but to be judged, only, by the learned. Neglects in disposition, are soon discovered.
{Soon discovered.} Pourtray in your excellent
Pieces, not only the dainty Lineaments of Beauty, but shadow round about, rude thickers, rocks ; and so it yields more grace to the Picture, and sets it out : this discord (as in musicke) makes a comely concordance ; a disorderly order of counterfeit rudeness, pleaseth : so much grace, doe mean and ordinary things, receive from a good and orderly connexion.
{But altogether excellent.} All these together, make that perspicuous
disposiiton in a Piece of History ; and is the effectuall expression in Posture and Action ; the very Passion of each Figure ; the Soul of the PICTURE ; the Grace and Ayr of the Piece ; or the sweet Consent of all manner of perfections heaped together, in one Picture.
{By example in brief}
And so have we done with an Example of all in One : For
 
                       Invention
allures the mind.
                       Proportion, attracts the Eyes.
                       Colour ;
delights the Fancie.
                      
Lively Motion, stirs up our Soul.
                      
Orderly Disposition, charmes our Senses.
 
{Conclude a rare Picture.} These produce gracefull
Comliness, which makes one fairer then fair ; […].
This Grace is the close of all, effected by a familiar facility in a free and quick spirit of a bold and resolute Artificer ; not to be done by too much double
diligence, or over doing ; a careless shew, hath much of Art.

1 quotations

Quotation

Want voorwaer de Schilderkonst is geen handgreep om octroy of een gunstbrief van te verkrijgen, noch geen wetenschap, diemen elkander licht kan by zetten; maer zy vereyscht een bequamen geest, een vlijtige betrachting, en een geduerigen arbeit.

[BLANC J, 2006, p.79] Il est vrai en effet que l’art de peinture n’est pas une compétence que l’on peut simplement obtenir par un octroi ou une lettre de recommandation. Cet art n’est pas davantage une science aisée à partager avec autrui. L’art de peinture, au contraire, exige un esprit habile, de diligentes [ndr: observations] et un travail continuel.


Other conceptual field(s)

L’ARTISTE → qualités

6 quotations

Quotation

Traveller.
           
There wanted a Spirit and Life, which their Successors gave to their Works [ndr : les successeurs désignent les artistes de la génération suivant celle de Mantegna, A. da Messina, etc.] ; and particularly, an Easiness ; which hides the pains and labour that the Artist has been at ; it being with Painting as with Poetry ; where, the greatest Art, is to conceal Art ; that is, that the Spectator may think that easie, which cost the Painter infinite Toyl and Labour :

Quotation

Painting is an Art, which by Draught of Lines and Colours, doth not only Express the Forms of all things, on the superficies of the Earth (according to Socrates) [...] with the Actions of all Animals, but likewise the Passions of Intellectual Beings.
           It is the Noblest of all
Arts, since it immediately Copys after the Miraculous hand of the Almighty ; nor only imitates Created Beings, but the Creation it self : for out of a Chaos of Colours, which by chance mixture, would perish in their mutual Imbraces, and of themselves are Glaring, or Foul ; and thence unpleasing to the Eye, as ill sounds are Diaphonous to the Ears ; the Artfull Hand, by a Sympathy in Mixture, and the Harmonious Unisons of Proportion, not only Formes a Beautifull Body, but likewise gives the Expressions of the Soul.
           It is the most
Expressive of all Arts, and of more General Information then Printing ; for it speaks at once to all Nations and Languages, and they who are strangers to Letters, may read the story in it self : therefore the Egyptians Couch’d their wisest Morals in Hieroglyphicks and Emblems, and the Universality of the Knowing part of Mankinde Improv’d thereby.
           It hath more Force of
Perswasion then Eloquence, for the Idea of any thing is more Subtilly and Entirely Conveyed to the Understanding by the Eye then by the Ear, Objects being more Allective to this Sence then the other ; and having this Advantage, that the Visual Rayes at once Comprise the whole Story, whereas Relation is Dilatory and thence more Burthensome to the Memory.
           What use the Ancients made of this
Art for the Exciting Vertue, may be seen in these (amongst Nnmberless) Exemples.
The
Romans Painted Fortitude in the Example of Horatius Cocles defending the Bridge (call’d Sublitius) against a great Troop of Tuscanes : and Marcus Marcellus, who by cutting of the Head of Britomarte a French Captain, Discomfitted the Enemies whole Army.
          For
Love to their Country, Marc. Curtius, who cast himself and Horse into a Bottomless Gulff : and the Three Decii the Father in the Roman Warr, the Son in the Tuscane and the Nephew in the Battle against Pyrrhus ; all which ran into certain and Eminent Death, for the good of their Country.
           And for
Military Discipline, Posthumus the Dictator, who put his own Son to Death for getting a Conquest over his Enemies by breaking his Ranks ; with innumerable more Emblems of Divers Vertues and pieces of Gallantry.
           Certainly these Painted with a great
Spirit, Passion and Gracefull Action, must be more Instructive and Exciting then the most Rhetoricall Harangue.
           
It is the most Ingenuous Art, and greatly assisting to Natural Philosophy ; since with the greatest Scrutiny it examines into the very Entity of Nature.

Quotation

That so Few here in England have consider’d that to be a Good Connoisseur is fit to be part of the Education of a Gentleman, That there are so Few Lovers of Painting ; not merely for Furniture, or for Ostentation, or as it Represents their Friends, or Themselves ; but as it is an Art capable of Entertaining, and Adorning their Minds As much as, nay perhaps More than Any other whatsoever ;

Quotation

By the help of this Art [ndr : la peinture] we have the Pleasure of seeing a vast Variety of Things and Actions, of travelling by Land or Water, of knowing the Humours of Low Life without mixing with it, of viewing Tempests, Battels, Inundations ; and, in short, of all Real or Imagin’d Appearances in Heaven, Earth, or Hell ;

Quotation

[…] we hope for Pardon, if in this Chapter we shall not keep so strictly within the Limits of this ART [ndr : la peinture] in particular, which we are forced sometime to entrench upon the Confines of some neighbour ARTS, relating to Sculpture and Engraving, and referring to the Invention of Letters, antick Images, Pillars, or Pagan Deities of old ; which now the Maturity of these latter Ages has so variously distinguished and diversified ; of all which, yet in a general Acceptation, we conceive PAINTING to be comprehensive and of near affinity to, and the introducing of which we can hardly judge any Extravagancy, but rather (as we shall briefly endeavour to make it appear) very applicable and consonent to our Deposition in hand.
FOR Pictura and Sculptura, in the Sence of the Poets, were accounted Twins ; and as that Worthy Author M. Evelyn, joying with them Architectura, declares those Three illustrious and magnificent ARTS so dependent upon each other, that they can no more be separated than the very Graces themselves, who are always represented to us holding Hand in Hand, and mutually regarding one another ; we may reasonably conjecture that they were born together ; or however, that the Emergency, or Rise of the one was not long previous to the Invention of the other.
FOR if we take
Pictura in a general Acceptation, and according to the Definition of Vitruvius, viz. Fit Imago ejus quod est seu esse potest : It may be comprehensive of not only Painting but Sculpture, Plastick and Mosaick Work, or any other Counterfeit, or Similitude, of any created, or imaginary Being whatsoever ; and so makes no essential Difference at all between them, but only ratione materia, which is only in the Mechanick and less noble Part of the ART, they agreeing notwithstanding in the Essentials, the more liberal and refined Accomplishments of it.
BUT yet this is not all that
de facto, there is such Affinity and Similitude between these TWO ARTS ; but we may affirm ‘tis the Excellency also, and mutual Perfection of each other to be so : For as Sir H. Wotton takes notice out of Pliny {Elements of Architecture}, where designing to distinguish, he handsomly interweaves them together to our Purpose, saying, That Picture is best when it standeth off as if it were carved ; and Sulpture is best when it appeareth so tender as if it were painted.
AND once more to urge the entire Connection of these TWO ARTS together, we dare with Confidence enough affirm, whereever we find a compleat ARTIST in Sculpture, he must also have a competent Talent of Knowledge in PAINTING ; and particularly more than meanly skilled in the ART of ready Drawing and Designing, and have a sufficient Knowledge of the Nature and Effect of Light and Shadows, which small Commencements, perhaps, made up the compleat Character of not a few of the antient Heroes, whom Pliny does so studiously, yet not undeservedly celebrate.


Other conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → comparaison entre les arts

Quotation

Our poor and needy Life perceiving some casual Things to fall out prosperously, whilst it doth mistake and try, whilst it doth slip, reform and change ; hath out of this same assiduous Reprehension made up small Sciences of ARTS, the which it hath afterwards, by a continual Study, brought to some considerable Degree of Perfection. And therefore Ælian says, so Rude and Imperfect were the first Attemps of this ART, that to avoid the Danger of a Mistake, they were wont constantly to affix to their Works such a clear and discerning Character of distinction, as this is a Horse, an Ox, or a Tree, &c. And what higher Expectations can we derive from a Portrait, or Profile of a Face drawn from the Shadow upon a Wall ; or when we find Gyges, whom Pliny sometime calls the first Painter, born in Lydia, which, as he says, was Tuscania, went into Egypt, found out the ART there, and all his Skill arrived only to some competency of Design, probably with a Coal, or some such coarse Material. From which Sort of Picture they advanced not much further, ‘till some competent Time after, came Polignotus, the first that painted Encaustice, or by Fire ; which was not enameling on Gold, but with hot glowing Irons, to draw, or cast their Design into Wood, or Ivory, and possibly to finish with some slight Shadowing within ; for before that, as Carel van Mander, in his Lives of the Painters observes, the First Pictures were only drawn, and consisted of Out-Lines only, and therefore called Linearis Pictura.
THE next Step they advanced was by the Invention of Cleanthes and Thelephanes, who super-added some Finishing within, and filled their Out-Lines with one Colour, which was only a Piece of Red Potsheard, pounded and fine ground ; First found out, and, as some affirm, us’d by Callias the Athenian.
AND thence, […], they were called
Monocromata ; and to the Assistance of these came Higienontes, Dinias and Charmas, who also made Faces with one Colour only.

23 quotations

Quotation

Mais parce qu’il est necessaire (non seulement pour l’intelligence de ce que nous avons dit, mais encore pour ce qui suivra) d’entendre la difference ou conformité qui est entre la Peinture, & la Sculpture, j’en diray briefvement mon opinion ; afin que les Sculpteurs ne s’attribuent les loüanges qui sont deuës à la Peinture, et que nous restions privez des fruicts qui sont deubs à nos travaux, estant, ansi, qu’il y a eu tousjours dispute entre les Peintres & les Sculpteurs, pour sçavoir lequel de ces deux Arts est les plus excellent. Plusieurs ont jugé diversement, les uns en faveur des Sculpteurs, & les autres des Peintres […] pour avoir la resolution plus certaine de tout cecy, il faut considerer la convenance & difference de ces deux Arts, […] la Peinture et la Sculpture sont contenuës sous un mesme Art, par cette regle qui dit, que les choses qui conviennent à un tiers conviennent entr’elles. […] la Peinture et la Sculpture ne se peuvent dire essentiellement differentes, parce que l’une et l’autre tendent à une mesme fin, qui est de representer à nos yeux les substances individuelles, & toutes deux le font egalement, suivant la quantité Geometrique des individus ; & ainsi l’une & l’autre s’estudient également à representer la beauté, l’ornement, le mouvement, & le contour des choses : & finalement elles n’ont autre visée que de portraire & demonstrer les choses le plus au naturel qu’il leur est possible. […] Tellement que ces deux Ouvriers procederont par les regles du mesme art dans leur imagination & entendement. En suite, auparavant qu’il s’employent autour de la matière, ils desseignent sur le papier, ou autre choses tout ce que leur esprit avoit conceu, & le dessein expressif de l’idée de tous deux convient en tout ce qui peut exprimer la ressemblance qui est l’essentiel de ces deux Arts : & peut-estre seront-ils seulement differents en quelque chose accidentelle […].

Terme traduit par ARTE dans Lomazzo, 1585, p. 7.

Quotation

Il est vray que l’un [ndr : Ouvrier] peint, & l’autre insculpe, mais ce n’est pourtant qu’une difference materielle, qui ne fait pas diverse espece d’art ni de science. La difference essentielle est celle qui fait diverse espece de science, laquelle ne se trouve pas entre la Peinture & la Sculpture […]. Doncques si la diversité de la matiere seule n’apporte pas diversité d’Art ; necessairement nous devons dire aussi, que divers Ouvriers en espece ne peuvent estre appellez ceux desquels l’un fait le portrait d’une mesme chose en pierre, & l’autre en toile. Et quoy que le Sculpteur represente le corps du Roy avec ces contours, ce que ne fait pas le Peintre ; ce n’est pas qu’on doive dire qu’ils sont entr’eux differens en Art, parce que le plus ou le moins ne constituent point la difference essentielle. De mesme que ce ne seroit pas une raison concluante de dire, cette figure est de ronde bosse, & celle icy de bas relief : donc celui-là est Sculpteur, & celuy non, non plus que de dire le Peintre ne fait qu’un costé de la figure, & le sculpteur les fait tous les deux : donc l’Art de l’un & de l’autre son divers. Car si le Peintre ne fait qu’un costé, c’est parce qu’il travaille sur une plate superficie. Tellement que s’il represente la moitié d’une figure par le dos, & l’autre en pourfil tant seulement, cela procede de l’imperfection de la matiere qui est plate, & non de l’imperfection de l’Art. Par ainsi je conclus hardiment que le mesme Art est celui avec lequel on fait la figure de marbre, de bois, d’argent, ou d’or, ou sur la muraille, ou sur la toile. Il est bien vray que nous autres Peintres suivons le plus difficile & le plus parfait de cét Art […].

Terme traduit par ARTE dans Lomazzo, 1585, p. 8.


Other conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → comparaison entre les arts

Quotation

Le genre donc de la Peinture est l’Art : & qu’elle soit Art, il se prouve par la definition d’iceluy, lequel n’est autre, en un mot, qu’une raison droite & bien reglée des choses qui se doivent faire. De plus, il se prouve encore, parce que toutes les choses naturelles sont la regle & la mesure de la pluspart des Sciences & des Arts qui sont au monde […] ; C’est pourquoy elles peuvent estre la droite regle des choses artificielles. D’où s’ensuit que la Peinture est Art, puis qu’elle prend pour sa regle les susdites choses naturelles, & qu’elle est imitatrice, ou pour mieux dire, singe de la mesme nature, taschant tousjours d’imiter sa quantité, relief, & couleur. Ce qu’elle fait par l’ayde de la Geometrie, Arithmetique, Perspective, & Philosophie naturelle, avec une si grande & parfaite raison, qu’il ne se peut davantage.

Terme traduit par ARTE dans Lomazzo, 1585, p. 19.

Quotation

Mon sentiment est que de tous nos Arts, il n’y en a aucun plus composé & industrieux que celuy à qui on a donné le nom de Pourtraicture & Peinture, & que ceux qui se veulent rendre en quelque sorte parfaits en la pratique d’iceluy, doivent avoir l’esprit bien universel, l’imagination forte, l’œil bon à discerner la forme des Objets en toutes leurs circonstances, & la main libre, pour se la rendre ouvriere & exercée en la pratique d’iceluy ; & de plus avoir connoissance des mesures d’une grande partie des divers corps visibles de la nature, ou du moins de sçavoir prendre lesdites mesures au besoin ;
Et c’est ce qui a fait, que diverses personnes ont dit & escrit, qu’il falloit qu’un Excellent Peintre eust connoissance de tous les autres Arts, puis que le sien doit representer universellement tout ce qui se peut rencontrer de visible à l’œil humain.


Other conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → comparaison entre les arts

Quotation

[…] ceux qui ne font que copier les ouvrages des autres, & qui n’entrent point dans les secrets de la science & de l’art, ne sont point assurez de bien reüssir dans ce qu’ils entreprennent, & ne sont passablement bien qu’autant qu’ils sont exacts à imiter avec justesse ce qu’ils prennent pour modelle.


Other conceptual field(s)

L’ARTISTE → qualités

Quotation

Ce bel Art, dis-je, est sans doute une imitation admirable des Idées de Dieu, dans la production des Creatures, que les Theologiens appellent une connoissance expresse de toutes les choses possibles.
Car celuy qui agit avec esprit se figure premierement le dessein & l’image de ce qu’il pretent faire et produire au jour. Or Dieu […] a connu méme avant la creation du monde, le modelle & le patron de tout ce qu’il a produit depuis, & de tout ce qu’il doit produire doresnavant, sa connoissance, vaste & profonde luy en ayant fourni la representation & l’effigie interieure, comme une peinture spirituelle, & c’est ce que nous appellons proprement les Idées de Dieu.
Et de mesme que Dieu conserve dans son Eternité une Idée permanente & immutable de toutes choses : de méme ce bel Art a cela d’excellent & de particulier, qu’il conserve sans alteration les extraits de cet adorable Prototype, par la beauté ravissante de ses charmans effais, bien que dans leur existence & et dans leur être, ils soient sujets aux Lois de la Nature qui n’a rien qui ne périsse enfin avec le temps. Car leurs attraits [….] s’évanoüissent […] n’ayant d’autre moyen de se conserver […] que par le divin secours de la Peinture, qui a cela de propre, qu’elle ressemble en ce point au Souverain principe de toutes choses, qui tient renfermé dans soy-méme de toute Eternité, comme dans une source seconde & inépuisable, la beauté & la perfection de toutes les Creatures sans changement & sans défaillance, parce que cette Idée universelle de toutes choses, estant une partie de son essence, elle doit estre aussi parfaite que luy-mesme.

Il s'agit ici de la conception divine de la peinture

Quotation

Art. On dit une chose faite avec art & science, ou artistement faite.

Quotation

De sorte, dist Pymandre, que je puis sur cela vous faire une question, & vous demander ce que l’on doit le plus estimer dans un tableau ou le genie du Peintre, ou la force de l’Art.
Comme l’esprit du Peintre paroist dans tout ce qu’il fait, repartis-je, vous pourriez plustost demander lequel est le plus digne d’estime, ou celuy qui sçait tromper par la force de son Art, ou celuy qui montre beaucoup d’invention & de feu dans de grands ouvrages, mais qui ne trompent point comme les autres.


[…] Car c’est ainsi qu’ils jugent en deux manieres de l’obligation du Peintre ; l’une qui est de sçavoir comment les choses doivent estre historiées ; & l’autre de les sçavoir bien peindre. Or comme la derniere est sans doute tres-difficile, puis qu’en cet art, comme dans plusieurs autres, l’execution est au dessus de la theorie, il est toujours plus avantageux de pouvoir faire que de sçavoir simplement ce qu’il faut faire, ils trouvent qu’il est plus glorieux au Titien d’avoir exécuté ses ouvrages dans la perfection des couleurs où elles se voyent, que s’il n’eust sceu, comme quantité d’autres Peintres, qu’inventer de grands sujets qui n’eussent pas esté peints avec cette beauté que l’on admire dans ses ouvrages.


Other conceptual field(s)

SPECTATEUR → jugement
L’ARTISTE → qualités

Quotation

[...] C’est en cet Ouvrage [ndr : groupe sculpté par Phidias représentant le Parnasse] que l’on peut dire que l’Art a égalé la Nature ; car ce sçavant Sculpteur [ndr : Phidias] avoit mis tant de grace, de beauté, de guayté dans toutes ces Figures, qu’il sembloit avoir fait vivre le marbre, & qu’il n’y manquoit que la parole.

Le but l’art est d’imiter la nature et d’insuffler la vie aux figures représentées


Other conceptual field(s)

L’HISTOIRE ET LA FIGURE → expression des passions
CONCEPTS ESTHETIQUES → nature, imitation et vrai

Quotation

Si la Peinture estoit un Art aussi simple & aussi borné que l’est la Sculpture en fait d'ouvrages de ronde bosse, car c'est en cela seul qu'elle a excellé parmi les Anciens, je me rendrois à vostre advis, mais la Peinture est un Art si vaste de d'une si grande étenduë, qu'il n'a pas moins fallu que la durée de tous les siecles pour en découvrir tous les secrets & tous les mysteres. Pour vous convaincre du peu de beauté des peintures antiques, & de combien elles doivent estre mises au dessous de celles de Raphael, du Titien & de Paul Veronese, & de celles qui se font aujourd’hui, je ne veux me servir que des loüanges mesmes qu'on leur a données.


Other conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → comparaison entre les arts

Quotation

Ainsi la grande difficulté n'est pas de prouver qu'on l'emporte aujourd'huy sur Zeuxis, sur les Timantes & sur les Appelles, mais de faire voir qu’on a encore quelque avantage sur les Raphaels, sur les Titiens, sur les Pauls Veroneses, & sur les autres grands Peintres du dernier siecle. Cependant j'ose avancer qu'à regarder l'Art en luy-mesme, entant qu’il est un amas & une collection de preceptes, on trouvera qu'il est plus accompli & plus parfait presentement qu'il ne l'estoit du temps de ces grands Maistres.

Quotation

En effet comme les Arts de Peinture & de Sculpture peuvent être considerés en deux parties, la Science & l'Art, l'une Noble & speculative, l'autre pratique ; il a été tres-judicieux de les distinguer en deux Corps, en l'un ordonner des Jurez pour l'examen & preparation des matieres qui s'y employent, d'en regler la disposition selon leurs bonnes ou mauvaises qualités, qui est la fin pour laquelle la Maîtrise a été établie à Paris seulement. A l'égard de la partie Speculative il a aussi été convenable de l'exercer librement & noblement, les genies ne devant point être contrains dans la pratique des beaux Arts : c'est pourquoi ils sont nommez Liberaux.

Quotation

Nous aprenons de Felibien dans la vie de Poussin, que ce Peintre consulté sur la Peinture, par un de ses amis, luy avoit écrit, qu'elle est une imitation faite avec lignes & couleurs, en quelque superficie, de tout ce qui se voit sous le Soleil, dont la fin est la delectation. Quoique cette définition parte de la main d'un des plus excellens Peintres qui ont paru dans ces derniers siecles : Il semble pourtant qu'on y pourroit ajouter quelque circonstance, pour en faire une description achevée : parce que l'étude des Peintres ne se borne pas seulement à l'imitation des choses visibles : Ils les doivent encore representer, dans la plus parfaite idée qu'elles peuvent donner ; Et la fin de cet Art n'est pas de plaire uniquement aux yeux : Mais d'avertir, d'enseigner, & de plaire à même tems.

Quotation

la nature commence toujours par les choses les moins parfaites, & par consequent l’Art aussi qui en est l’imitateur

Quotation

Fab. C’est avec justice qu’on a toujours estimé les peintres, parce qu’ils semblent surpasser en esprit, & en courage les autres hommes ; puisqu’ils osent par leur art imiter ce que Dieu a fait, & le representer de maniere qu’il semble vrai : c’est ce qui fait que je ne m’etonne pas que les Grecs, qui connoissoient le sublime de la peinture, deffendissent aux esclaves de la professer. Aussi Aristote se garde bien de confondre cet art parmi les mecaniques, disant qu’on devroit etablir des ecoles publiques dans les villes, ou les enfants allassent apprendre.


Other conceptual field(s)

CONCEPTS ESTHETIQUES → nature, imitation et vrai
L’ARTISTE → qualités

Quotation

[…] Les autres [ndr : arts] ont pour objet le plaisir. Ceux-ci n’ont pu naître que dans le sein de la joie & des sentimens que produise l’abondance & la tranquillité : on les appelle les beaux Arts par excellence. Tels sont la Musique, la Poësie, la Peinture, la Sculpture, & l’art du Geste ou la Danse.
[…] Les arts de la premiere espéce [ndr : les arts mécaniques] employent la Nature telle qu’elle est, uniquement pour l’usage & pour l’agrément. Les beaux Arts ne l’employent point, ils ne font que l’imiter chacun à leur manière.


Other conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → comparaison entre les arts

Quotation

Quelles sont donc les fonctions des Arts ? C’est de transposer les traits qui sont dans la Nature, & de les présenter dans des objets à qui ils ne sont point naturels. C’est ainsi que le ciseau du statuaire montre un héros dans un bloc de marbre. Le peintre par ses couleurs, fait sortir de la toile tous les objets visibles.


Other conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → comparaison entre les arts

Quotation

D’où je conclus, que les Arts, dans ce qui est proprement Art, ne sont que des imitations, des ressemblances qui ne font point la Nature, mais qui paroissent l’être ; & qu’ainsi la matière des beaux Arts n‘est point le vrai, mais seulement le vrai-semblable. […]
Qu’est-ce que la Peinture ? Une imitation des objets visibles. Elle n’a rien de réel, rien de vrai, tout est phantôme chez elle, & sa perfection ne dépend que de sa ressemblance avec la réalité.


Other conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → comparaison entre les arts

Quotation

Ainsi tous les Arts dans tout ce qu’ils ont de vraiment artificiel, ne sont que des choses imaginaires, des êtres feints, copiés & imités d’après les véritables. C’est pour cela qu’on met sans cesse l’Art en opposition avec la Nature : qu’on n’entend partout que ce cri, que c’est la Nature qu’il faut imiter : que l’Art est parfait quand il la représente parfaitement : enfin que les chefs-d’œuvres de l’Art, sont ceux qui imitent si bien la Nature, qu’on les prend pour la Nature elle-même.
Et cette imitation pour laquelle nous avons tous une disposition si naturelle, puisque c’est l’exemple qui instruit & qui règle le genre humain,
Vivimus ad exempla, cette imitation, dis-je, est une des principales sources du plaisir que causent les Arts. L’esprit s’exerce dans la comparaison du modèle avec le portrait, & le jugement qu’il en porte, fait sur lui une impression d’autant plus agréable, qu’elle lui est un témoignage de sa pénétration & de son intelligence.
Et cette doctrine n’est pas nouvelle.
On la trouve par-tout chez les anciens. Aristote commence sa Poëtique par ce principe : que la Musique, la Danse, la Poësie, la Peinture, sont des Arts imitateurs (a). [...]
(a) […] M. Remond de S. Mard qui a beaucoup réfléchi sur l’essence de la Poësie & qui n’écrivant que pour les plus délicats n’a dû prendre que la fleur de son sujet, dit formellement dans une de ses Notes que les beaux Arts ne consistent que dans l’imitation. Voici ses termes : On n’y songe pas assez, la Poësie, la Musique, la Peinture sont trois Arts consacrés au plaisir, tous trois faits pour imiter la nature, tous trois destinés à imiter les mouvemens de l’ame : les tirer de là, c’est les deshonorer, c’est les montrer par leur endroit foible. […]


Other conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → comparaison entre les arts

Quotation

[…] si les Arts sont imitateurs de la Nature ; ce doit être une imitation sage & éclairée, qui ne la copie pas servilement ; mais qui choisissant les objets & les traits, les présente avec toute la perfection dont ils sont susceptibles. En un mot, une imitation, où on voye la Nature, non telle qu’elle est en elle-même, mais telle qu’elle peut être, & qu’on peut la concevoir par l’esprit.
Que fit Zeuxis quand il voulut peindre une beauté parfaite ? Fit-il le portrait de quelque beauté particulière, dont sa peinture fût l’histoire ? Non, il rassembla les traits séparés de plusieurs beautés existantes. Il se forma dans l’esprit une idée factice qui résulta de tous ces traits réunis : & cette idée fut le prototype, ou le modèle de son tableau, qui fut vraisemblablement & poëtique dans sa totalité, & ne fut vrai & historique que dans ses parties prises séparément. Voilà l’exemple donné à tous les Artistes : voilà la route qu’ils doivent suivre, & c’est la pratique de tous les grands Maîtres sans exception.


Other conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → comparaison entre les arts

Quotation

Jusqu’ici on a tâché de montrer que les Arts consistoient dans l’imitation ; & que l’objet de cette imitation étoit la belle Nature représentée à l’esprit dans l’enthousiasme. Il ne reste plus qu’à exposer la manière dont cette imitation se fait.
On peut diviser la Nature par rapport aux beaux Arts en deux parties : l’une qu’on saisit par les yeux, & l’autre, par le ministere des oreilles : car les autres sens sont stériles pour les beaux Arts. La premiere partie est l’objet de la Peinture qui représentent sur un plan tout ce qui est visible. […]
Ainsi la Peinture imite la belle Nature par les couleurs, la Sculpture par les reliefs, la Danse par les mouvements par les attitudes du corps. La Musique l’imite par les sons inarticulés, & la Poësie enfin par la parole mesurée. Voilà les caracteres distinctifs des Arts principaux. […]


Other conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → comparaison entre les arts

Quotation

L’industrie humaine ayant ensuite inventé les beaux Arts sur le modèle de la Nature, & ces Arts ayant eu pour objet l’agrément & le plaisir, qui sont, dans la vie, un second ordre de besoins ; la ressemblance des Arts avec la Nature, la conformité de leur but, sembloient exiger que le Goût naturel fût aussi le Juge des Arts : c’est ce qui arriva. Il fut reconnu, sans nulle contradiction : les Arts devinrent pour lui de nouveaux Sujets, si j’ose parler ainsi, qui se rangerent paisiblement sous sa Juridiction, sans l’obliger de faire pour eux le moindre changement à ses loix. Le Goût resta le même constamment : & il ne promit aux Arts son approbation, que quand ils lui feroient éprouver la même impression que la Nature elle-même ; & les chefs-d’œuvres des Arts ne l’obtinrent jamais qu’à ce prix.
Mais cette perfection n’a rien changé dans son essence. Il est toujours tel qu’il etoit auparavant : indépendant du caprice. Son objet est toujours essentiellement le bon. Que ce soît l’Art qui le lui présente, ou la Nature, il ne lui importe, pourvu qu’il jouisse. C’est sa fonction.


Other conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → comparaison entre les arts

Quotation

Nous avons dit que la vérité l’emportoit toujours sur l’imitation. Par conséquent, quelque soigneusement que soit imitée la Nature, l’Art s’échappe toujours, & avertit le cœur, que ce qu’on lui présente n’est qu’un fantôme, qu’une apparence ; & qu’ainsi il ne peut lui apporter rien de réel. C’est ce qui revêt d’agrément dans les Arts les objets qui étoient désagréables dans la Nature. Dans la Nature ils nous faisoient craindre notre destruction, ils nous causoient une émotion accompagnée de la vue d’un réel danger : & comme l’émotion nous plaît par elle-même, & que la réalité du danger nous déplaît, il s’agissoit de séparer ces deux parties de la même impression. C’est à quoi l’Art a réussi : en nous présentant l’objet qui nous effraye, & en se laissant voir en même-tems lui-même, pour nous rassurer & nous donner, par ce moyen, le plaisir de l’émotion, sans aucun mélange désagréable. Et s’il arrive par un heureux effort de l’Art, qu’il soit pris un moment pour la Nature elle-même, qu’il peigne par exemple un Serpent, assez bien pour nous causer les allarmes d’un danger véritable ; cette terreur est aussitôt suivie d’un retour gracieux, où l’ame jouit de sa délivrance comme d’un bonheur réel. Ainsi l’imitation est toujours la source de l’agrément. C’est elle qui tempere l’émotion, dont l’excès seroit désagréable. C’est elle qui dédommage le cœur, quand il en a souffert l’excès.


Other conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → comparaison entre les arts

3 quotations

Quotation

{LX. La diversité & la facilité plaisent.}
*Les Corps de diverse nature aggrouppez ensemble sont agreables & plaisans à la veuë, *aussi bien que les choses qui paroissent estre faites avec Facilité ; parce qu’elles sont pleines d’esprit & d’un certain Feu celeste qui les anime : Mais vous ne ferez pas les choses avec cette Facilité, qu’apres les avoir long-temps roulées dans vostre Esprit : Et c’est ainsi que vous cacherez sous une agreable tromperie la peine que vous aura donné vostre Art & vostre Ouvrage ; mais le plus grand de tous les Artifices est de faire paroistre qu’il n’y en a point. 


Other conceptual field(s)

L’ARTISTE → qualités
SPECTATEUR → perception et regard

Quotation

Que les sujets des Tableaux qu’il fait pour luy, doivent estre representez d’une autre maniere ; & que c’est en cela que consiste l’artifice de la Peinture. Que c’est juger avec trop de précipitation de ses ouvrages ; qu’estant difficile de donner son jugement si l’on n’a une grande pratique & la theorie jointes ensemble, les sens seuls ne doivent pas le faire, mais y appeler la raison.

Quotation

Je sçay bien, continua-t-il, que Rubens est un de vos Heros de Peinture, & que vous avez toûjours estimé l’Ouvrage qui est dans la gallerie du Luxembourg, comme une des plus belles choses qui soient dans l’Europe, si l'on en retranchoit (disiez-vous) en beaucoup d'endroits le goût de Dessein dont il n'est pas question presentement. Mais tout le monde n'est pas de vôtre goût, & ceux qui sont d'un sentiment contraire, disent qu'on trouve peu de verité dans les Ouvrages de Rubens, quand on les examine de prés, que les Couleurs & les Lumieres y sont exagérées, que ce n'est qu'un fard, & qu'enfin ce n'est point ainsi que l'on voit ordinairement la Nature.
O le beau fard ! s'écria Pamphile, & plût à Dieu mon cher Damon, que les Tableaux qu'on fait aujourd'huy, fussent fardez de cette sorte ! ne sçavez-vous pas que la Peinture n'est qu'un fard, qu'il est de son essence de tromper, & que le plus grand trompeur en cet Art est le plus grand Peintre. La Nature est ingrate d'elle-même, & qui s'attacheroit à la copier simplement comme elle est & sans artifice, feroit toûjours quelque chose de pauvre & d'un tres-petit goût. Ce que vous nommez exageration dans les Couleurs & dans les Lumieres, est une admirable industrie, qui fait paroître les objets peints plus veritables (s'il faut ainsi dire) que les veritables mêmes. C'est ainsi que les Tableaux de Rubens sont plus beaux que la Nature, laquelle semble n'être que la copie des Ouvrages de ce grand Homme. Et quand les choses aprés être bien examinées ne se trouveroient pas justes, comme vous le supposez, qu'importe, pourvû qu'elles le paroissent ; puisque la fin de la Peinture n'est pas tant de convaincre l’esprit que de tromper les yeux.
Cet artifice, dit Damon, me semble merveilleux dans les grands Ouvrages.
C'est aussi dans ceux-là, reprit Pamphile, où l'on voit que Rubens l'a rendu plus sensible à ceux qui sont capables d'y faire attention & de l'examiner : car aux personnes qui ne s'y connoissent que peu, rien n'est plus caché que cet Artifice.


Other conceptual field(s)

CONCEPTS ESTHETIQUES → nature, imitation et vrai

1 quotations

Quotation

II. Was das Gemähl seye, p. 128
Das Gemähl ist eine Gleichheit dessen/ das man sehen kan/ sagt Socrates bey Xenoph.I.3. Solche Gleichheit erfreut das Gesicht mit ihrer Schönheit/ schärpfet den Verstand mit ihrer Artigkeit/ erfrischet das Gedächtniß mit gemercksamen Bildern/ erquicket das Gemüth mit allerhand seltnen Erfindunge[n]/ entzündet die Begierden zu vielen Heldentugenden/ ist bei Fürsten angenehm/ bey den Gelehrten wehrt/ von der Jungend geliebt und vo[n] jedermann gelobet. Hat auch in Kriegswesen einen grossen Nutzten/ das Abwesende/ als Gegenwärtig fürzustellen. 

Xénophon est cité d'après l'édition française de François Charpentier (1620-1702) : Les Choses Mémorables De Socrate/ ouvrage de Xenophon/ traduit de Grec en François..., Paris, Camusat, 1650.


Other conceptual field(s)

CONCEPTS ESTHETIQUES → nature, imitation et vrai
CONCEPTS ESTHETIQUES → génie, esprit, imagination

1 quotations

Quotation

[...] ayans affection de Peindre d’une manière Croquée & non finie, & ou quasi tous les coups de Pinceau paroissent en quelque façon separez les uns des autres, ce qui se nomme communement Peindre artistement ; Or sur cela je n’ay rien à dire, si l’intention d’un tel Peintre a esté d’en user de la sorte, comme il arrive assez souvent lors qu’on veut faire un exquisse, Ordonnance ou premier Esbauche d’un Tableau, sinon qu’il voulust faire passer ses œuvres pour estre en toutes leurs parties & dependances bien exécutées, & representant ce qu’elles doivent ; [...] [...] il est impossible qu’une maniere de Peindre artiste ou Croquée, fasse à l’œil de ceux qui la regarderont, l’effect que lui feroit le naturel ainsi present ; Ainsi au contraire, tous ces coups de Pinceau, & de plus les rehauts sur les jours, & les Teintes, Ombres & Ombrages, ne luy representeront que de taches claires & brunes, comme un Ouvrage de Marquetterie ou de Mosaïque ;

croqué · non finie


Other conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → touche

1 quotations

Quotation

{Pen and Pensill described.} The most excellent use of the Penn, and Pensil, is illustrated by the admirable Art of Drawing, and Painting ; and perfectly defined, to be the Imitation of the Surface of Nature, in Proportion and Colour.
By
Mathematicall Demonstration of Globes, Spheres, Charts, […].
Or, by particular description of
Plotts, Fortifications, […].
Or, by shapes of Creatures ;
Men, and Beasts ; Birds, and Fishes.
Or, by
Vegetables ; Fruits, Flowers, Hearbs.
In all, it preferrs likenesse to the
Life, and conserves it, after Death ; and altogether by the Sense of Seeing.


Other conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition du dessin
CONCEPTS ESTHETIQUES → nature, imitation et vrai

2 quotations

Quotation

The Grecians had this Art in so high esteem, that they made an Edict, that no Slave should be admitted to learn this Art ; and good reason, because this Art should onely be permitted to those that were of a Free, Ingenious, Noble Mind, and such as excelled others in their sharp Ingenuity ; and this Noble Mind is soon espied in him who hath a delight to such a Liberal Art.
The Ancient Romans ordered their Children so, that among other Liberal Sciences The Art of Limning was enjoyned to them to learn. Which Commendable thing long before this was in practice among the Grecians, so that their Youth of a good Descent added to their Liberal Learnings of Geometrie, Musick, and other Mathematical Sciences, The Art of Painting also ; for this Art hath been so highly esteemed, that amongst the Feminine Sex it was held a great Honour if they had affected and delighted themselves in such an Honourable Exercise ; as the Faithful Histories bear witness of the most Potent Roman VARRO’s Daughter, called MARTIA, that she had good skill in The Art of Limning.

Quotation

Among the many Operations of Mysterious Nature, the Intellectual Part of Man hath no equal : Among the multifarious Productions of Man’s Understanding, the Art of LIMNING is by none excelled ; whether we consider the Grandeur of Spirit therein expressed, or the Ingenious Delight thereby acquired. What Ray of the Great Creator’s Image is more conspicuous in the Soul of Man, than that of Intense Desire to produce Creatures of his own ? And wherein is that Inclination so compleatly answered, as by Delineating the Workmanship of God in Artificial Resemblances contrived and wrought by his proper Wit ? Nor can any Satisfaction equal what is derived from the Perfection of these Designs. Are the Proportions exact ? How strongly do they attract the Eye ? Be the Shadowings accurate ? How strangely do they affect the Mind ? But if the Artist hath stoln so much of Promethean Fire as to add the Excellency of Life to well-disposed Lineaments, representing the Native Air and sprightly Gesture of the Person in vive : How unspeakably doth he gratify both ?


Other conceptual field(s)

CONCEPTS ESTHETIQUES → nature, imitation et vrai
CONCEPTS ESTHETIQUES → beauté, grâce et perfection

3 quotations

Quotation

{Pen and Pensill described.} The most excellent use of the Penn, and Pensil, is illustrated by the admirable Art of Drawing, and Painting ; and perfectly defined, to be the Imitation of the Surface of Nature, in Proportion and Colour.
By
Mathematicall Demonstration of Globes, Spheres, Charts, […].
Or, by particular description of
Plotts, Fortifications, […].
Or, by shapes of Creatures ;
Men, and Beasts ; Birds, and Fishes.
Or, by
Vegetables ; Fruits, Flowers, Hearbs.
In all, it preferrs likenesse to the
Life, and conserves it, after Death ; and altogether by the Sense of Seeing.


Other conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition du dessin
CONCEPTS ESTHETIQUES → nature, imitation et vrai

Quotation

The Grecians had this Art in so high esteem, that they made an Edict, that no Slave should be admitted to learn this Art ; and good reason, because this Art should onely be permitted to those that were of a Free, Ingenious, Noble Mind, and such as excelled others in their sharp Ingenuity ; and this Noble Mind is soon espied in him who hath a delight to such a Liberal Art.
The Ancient Romans ordered their Children so, that among other Liberal Sciences The Art of Limning was enjoyned to them to learn. Which Commendable thing long before this was in practice among the Grecians, so that their Youth of a good Descent added to their Liberal Learnings of Geometrie, Musick, and other Mathematical Sciences, The Art of Painting also ; for this Art hath been so highly esteemed, that amongst the Feminine Sex it was held a great Honour if they had affected and delighted themselves in such an Honourable Exercise ; as the Faithful Histories bear witness of the most Potent Roman VARRO’s Daughter, called MARTIA, that she had good skill in The Art of Limning.

Quotation

Traveller,
            The Art of
Painting, is the Art of Representing any Object by Lines drawn upon a flat Superficies, which Lines are afterwards covered with Colours, and those Colours applied with a certain just distribution of Lights and Shades, with a regard to the Rules of Symetry and Perspective ; the whole producing a Likeness, or true Idæa of the Subject intended.


Other conceptual field(s)

CONCEPTS ESTHETIQUES → nature, imitation et vrai

1 quotations

Quotation

II. Was das Gemähl seye, p. 128
Die unsichtbaren Sachen/ als da sind Tugenden und Laster/welche keine wesentliche Selbstständigkeit haben/ werden durch schickliche Gleichheit außgebildet/ und zwar auf zweierley Weise. Gleich wie die Wort in ihren eigentlichen/ oder figurierten und Verblümten Verstand gebrauchet werden; also sind auch die Bilder zweierley: I. Wann ich eine Sache mahle/ wie sie zu Gesicht kommet/ als einen Menschen/ eine Landschaft/ eine Geschichte/ ec… II. Wann das Gemähl einen heimlichen Verstand hat und deßwegen gennenet wird ein Sinnbild/ das ist/ ein solches Bild / das eine verborgene und durch die Beyschrift angedeute Bedeutung verstellet/ […] 

1 quotations

Quotation

D. Mais comment connoître ce BEAU NATUREL ?
R. Je vous diray que dans la Peinture l’on doit tenir pour beau, ce qui imite le mieux le naturel dans un choix raisonnable ; que dans les choses naturelles, il faut distinguer le naturel simple d’avec le naturel composé, & dans ce dernier, faire distinction du regulier, ou de celuy qui peut être rustique ; parce que dans le regulier, la beauté consiste en la symetrie & la belle ordonnance de l’Art, & quant au rustique sa beauté consiste dans l’irrégularité champêtre.
Dans les objets naturellement simples à l’égard des choses inanimées, la beauté se rencontre dans les bizarres productions d’une terre inculte, qui forme toutes choses irrégulièrement, dont les aspects se rencontrent plaisans, selon les accidens de lumiere & autres choses qui y surviennent, & qui sont des effets admirables & charmans.
Mais la veritable beauté d’un Tableau consiste en la conformité de toutes les parties qui entrent en la composition & ordonnance, avec une judicieuse expression.
Quant à ce qui est du corps humain, chacun sçait que sa beauté n’est que dans la régularité de ses parties, & dans la précision de ses proportions, selon l’expression & le caractere des vertus & des fonctions qui luy sont appropriées. Il faut dire aussi que l’on trouve ordinairement les choses belles & estimables en quatre manieres ; PREMIEREMENT à cause de la commodité, SECONDEMENT de l’utilité, TROISIEMEMENT de la nouveauté ; & en dernier lieu à cause de leur rareté.
Or comme l’utilité de la Peinture est de plaire aux yeux, & de satisfaire à l’esprit par la representation des choses absentes ; le Peintre ne peut avoir trop de soin d’imiter le naturel dans sa verité, & de choisir les plus agréables aspects.

Comme de nombreuses autres parties de texte, ce passage de Florent Le Comte est tiré de l'ouvrage "Les Sentimens (...)" de Testelin, plus précisément à la page 40 de l'édition de La Haye (Matthieu Rogguet, vers 1693-1694).


Other conceptual field(s)

CONCEPTS ESTHETIQUES → beauté, grâce et perfection
CONCEPTS ESTHETIQUES → nature, imitation et vrai
EFFET PICTURAL → qualité de la composition
PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → comparaison entre les arts

7 quotations

Quotation

En effet comme les Arts de Peinture & de Sculpture peuvent être considerés en deux parties, la Science & l'Art, l'une Noble & speculative, l'autre pratique ; il a été tres-judicieux de les distinguer en deux Corps, en l'un ordonner des Jurez pour l'examen & preparation des matieres qui s'y employent, d'en regler la disposition selon leurs bonnes ou mauvaises qualités, qui est la fin pour laquelle la Maîtrise a été établie à Paris seulement. A l'égard de la partie Speculative il a aussi été convenable de l'exercer librement & noblement, les genies ne devant point être contrains dans la pratique des beaux Arts : c'est pourquoi ils sont nommez Liberaux.

arts libéraux


Other conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → comparaison entre les arts