ŒIL (n. m.)

AUGE (deu.) · EYE (eng.) · OCCHIO (ita.) · OOG (nld.) · ZIEN (nld.)
TERM USED AS TRANSLATIONS IN QUOTATION
EYE (eng.)
TERM USED IN EARLY TRANSLATIONS
/ · AUGE (deu.) · EYE (eng.) · OCCHIO (ita.) · OOG (nld.) · SIGHT (eng.) · VIEW (eng.) · VISTA (ita.)
BAXANDALL, Michael, Formes de l'intention, trad. par FRAIXE, Catherine, Nîmes, Jacqueline Chambon, 1991.
BAXANDALL, Michael, L’œil du Quattrocento : l’usage de la peinture dans l’Italie de la Renaissance, Paris, Gallimard, 1994.
BRYSON, Norman, HOLLY, Michael Ann et MOXEY, Keith (éd.), Visual Culture: Images and Interpretations, Actes du colloque de Rochester, Hanovre et Londres, Hanover - London, University Press of New England - Wesleyan University Press, 1994.
COMBRONDE, Caroline, De la lumière en peinture. Le débat latent du Grand Siècle, Louvain-la-Neuve, Éd. de l'Institut supérieur de philosophie, 2010.
DÉMORIS, René, « L’image, Condillac et la peinture », dans SGARD, Jean (éd.), Condillac et les problèmes du langage, Actes du colloque de Grenoble, Paris - Genève, Slatkine, 1982, p. 379-393 [En ligne : http://www.philopsis.fr/IMG/pdf_image-condillac_demoris.pdf consulté le 12/10/2015].
GRIENER, Pascal, La République de l'œil. L'Expérience de l'art au siècle des Lumières, Paris, Odile Jacob, 2010.
GRIENER, Pascal, « Invisible Perfection: Eighteenth-Century Artists’ Perplexity over Raphael’s Stanza della Segnatura », dans ROESLER-FRIEDENTHAL, Antoinette et NATHAN, Johannes (éd.), The Enduring Instant: Time and Spectator in the Visual Arts. Der bleibende Augenblick: Betrachterzeit in den Bildkünsten, Actes du congrès international de Londres, Berlin, G. Mann, 2003, p. 71-79.
HAMOU, Philippe, La vision perspective (1435-1740). L’art et la science du regard, de la Renaissance à l’âge classique, Paris, Payot & Rivages, 2007.
HECK, Michèle-Caroline, « ŒIL », dans HECK, Michèle-Caroline (éd.), LexArt. Les mots de la peinture (France, Allemagne, Angleterre, Pays-Bas, 1600-1750) [édition anglaise, 2018], Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2018, p. 349-358.
HOCHMANN, Michel et JACQUART, Danielle (éd.), Lumière et vision dans les sciences et les arts de l’Antiquité au XVIIe siècle, Actes du colloque de Paris, Genève, Droz, 2010.
LICHTENSTEIN, Jacqueline, La couleur éloquente  : rhétorique et peinture à l’âge classique, Paris, Flammarion, 1999.
LICHTENSTEIN, Jacqueline, La tâche aveugle. Essai sur les relations de la peinture et de la sculpture à l'âge moderne, Paris, Gallimard, 2003.
OECHSLIN, Werner, « Au-delà de la théorie de l'art et de la philosophie : l'œil et le cœur », Revue d'esthétique, 31/32, 1997, p. 51-59.
PUTTFARKEN, Thomas, Roger de Piles’ Theory of Art, New Haven - London, Yale University Press, 1985.

FILTERS

LINKED QUOTATIONS

22 sources
48 quotations

Quotation

La Platte Peinture. Chapitre XXXIX, p. 308
18. Il y a au tableau le point du jour ; le tiers point ; les effondrements, r'entrements de membre, la perspective, les esloignements, les approches, les feintes & tromperies, il y a mesme du mouvement des yeux par un miracle du pinceau qui fait que l'œil regarde de toutes parts, ce que la nature ne fit onques, mesmes avec la poussiere on fait remuër les yeux, il ne s'en faut rien que les Images ne parlent, & ne soient animées.  

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → perception et regard
PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition de la peinture

Quotation

La Platte Peinture. Chapitre XXXIX, p. 310
Feindre, c'est le plus haut point de l'art, trompant l'œil
qui croit voir ce qu'il ne void pas. 

Conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition de la peinture
SPECTATEUR → perception et regard

Quotation

La Peinture se divise en Theorie & Pratique. La Theorie donne les preceptes generaux, qui doivent estre observés par ceux qui desirent exceller en cét Art. La pratique donne les regles de jugement & prudence, enseignant comme il faut mettre en œuvre ce qui generalement a esté dit & imaginé. Ce que j’ay resevé au sixiesme livre intitulé La Pratique. […] La Theorie se divise en cinq parties : la premiere traite de la Proportion : la seconde de la Position, & situation de la figure ; la troisiesme de la couleur ; la quatrieme, de la lumiere ; & la cinquieme, de la Perspective. […] 1. La Proportion se divise en deux parties : l’une, s’appelle Proportion propre de la chose que l’on veut representer & peindre : l’autre, s’appelle Proportion selon l’œil & en Perspective. Par exemple, l’homme de mediocre stature a de longueur neuf ou dix faces ; sa proportion est, qu’il faut que son visage ait la neufieme ou disiesme partie de toute sa hauteur, & c’est de cette proportion ou mesure propre & naturelle des choses que je traiteray en ce premier Livre. L’autre proportion est le respect de la veuë, & est diverse ; parce que selon que la chose est esloignée de l’œil, le mesme œil juge de la proportion que la teste a ou la face avec le reste du corps […]. Or le Peintre ne doit pas observer en sa figure ces deux proportions ; car il est impossible qu’il le puisse faire : mais bien doit-il prendre garde, s’il veut devenir parfait, de ne donner jamais à la figure sa proportion propre & naturelle, parce que ce seroit une tres-grande erreur : […] il est necessaire que si l’un & l’autre [ndr : peintre et sculpteur] a dessin de devenir un nouveau Fidias, ou un Apellés, qu’il fasse tousjours sa Peinture ou Sculpture proportionnée selon le lieu où elle doit estre mise, & à l’œil duquel elle doit estre veuë […] parce que l’œil qui verra la jugera proportionnée.

L'oeil se réfère ici au point de vue qui permet de donner aux figures et aux objets représentés des proportions justes tout en prenant en considération l'emplacement de l'oeuvre. Terme traduit par OCCHIO dans Lomazzo, 1585, p. 28 et p. 29.

vue

term translated by OCCHIO
term translated by OCCHIO

Conceptual field(s)

L’ARTISTE → qualités
L’HISTOIRE ET LA FIGURE → proportion
EFFET PICTURAL → perspective

Quotation

[…] de la proportion suivent & resultent divers & tres-importans effects, le principal desquels est la majesté & la beauté aux corps, que Vitruve appelle Eurithmie. C’est pourquoy lorsqu'on voit une chose qui est bien composée, l'on dit qu'elle est belle : en un mot, on ne doit entendre autre chose par la proportion, que la beauté deuë à toutes les choses, par laquelle les yeux corporels viennent à recevoir tous les plaisirs que l’on peut gouster par le sens de la veuë, & penetrer par l'œil de l'entendement.

Une dististinction est faite entre œil corporel et œil de l’entendement. Par le sens de la vue on parvient au plaisir procuré par la beauté et à l’entendement.

vue

term translated by OCCHIO

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → perception et regard
L’ARTISTE → qualités
L’HISTOIRE ET LA FIGURE → proportion
CONCEPTS ESTHETIQUES → beauté, grâce et perfection

Dans l'ouvrage de Bosse, l'oeil reçoit une sensation, comme il est un organe de mesure et de pratique ("dessiner à vue d'oeil", opposé par Bosse à la pratique du dessin par la perspective), voir un instrument lié au jugement et à l'appréciation ("s'exercer l'oeil", "donner de l'agrément à l'oeil", ...). [FH]

Quotation

Tous les ouvrages de Pourtraiture & Peinture qui ne sont executez par la regle de la Perspective ne peuvent estre que fautifs, principalement quand ils sont composez de plusieurs Corps, de diverses Formes, & en diverses Situations.
Quand lon entend cette regle, on voit incontinent si les Tableaux ont esté faits par icelle ou non, & s’ils ne l’ont esté, lon sçait bien faire la distinction si ceux qui les ont faits, avoient l’œil bien juste à discerner toutes les particularitez d’un Corps, en un mot s’ils estoient excellents a pratiquer cét Art de la premiere manière cy-devant dite, qui est de n‘avoir pour juge de son Ouvrage que l’œil.

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → perception et regard
SPECTATEUR → jugement

Quotation

Celuy qui a le don de faire d’invention, & qui a l’œil bon à distinguer la tendresse, mollesse, & l’affoiblissement des profils, contours, ou extremitez tournans, & fuyans, de la masse des corps, & de leurs autres parties, principalement des ronds, & la main & le pinceau libre pour les excecuter ainsi, doit faire un plus grand effort, & en tirer quelque chose de meilleur que le Copiste

Conceptual field(s)

L’ARTISTE → qualités
SPECTATEUR → perception et regard

Quotation

POVR cét effet je dis, qu’il faut d’abord & principalement en jeunesse, s’exercer L’œil & la Main ; L’œil à bien distinguer la forme des corps, leurs Couleurs, Jours, Ombres, & Ombrages, & autres dependances d’iceux ; la Main, à se la rendre libre, praticienne, & ouvrière, tant à Desseigner qu’à Peindre.

Conceptual field(s)

L’ARTISTE → apprentissage
SPECTATEUR → perception et regard
MANIÈRE ET STYLE → le faire et la main

Quotation

[...] Comme de bien placer sur lesdits Corps, & avec raison, la place du Jour, des Ombres, & Ombrages, ensemble celle de Touches, Teintes ou Couleurs, selon leur degré de force ou d’affoiblissement, qui est ce que j’ay ouy nommer à ce grand Peintre dit, N. Poussin, La Perspective Aerienne, ou de L’air. 
A cette occasion diverses personnes ont dit, & d’autres écrit, qu’il estoit impossible de donner une regle dudit affoiblissement & fortifiement autre que par le moyen de la veuë ; Il en est bien quelque chose, Mais je nie absolument qu’on aye jamais trouvé que la seule veuë aye determiné une telle Couleur, devoir estre moins forte de tant ou de tant à l’égard d’une autre plus ou moins éloignées de la baze ou bas du Tableau, ou selon la distance dudit œil à iceluy.

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → perception et regard

Quotation

En quel lieu doit estre placé celuy qui regarde une peinture 
Posons que A. B. soit le tableau, & que D. soit le costé d’où luy vient le jour ; je dis que celuy qui se mettra entre C. & E. verra tres-mal le tableau principalement s’il est peint à l’huile, ou qu’on luy ait donné une couche de vernis […] mais estant placé entre E. & D., là il pourra voir commodément, & sur tout, plus l’œil ira s’approchant de D. parce que ce lieu est moins sujet à la reverbération de ces rayons reflechis.

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → perception et regard

Quotation

Que les petites figures ne doivent pas par raison estre trop finies
Je dis que les choses qui paroistront plus petites que leur naturel, cela leur arrivera pour estres esloignées de l’œil ; de sorte qu’estant ainsi, il est necessaire qu’entre l’œil & son object, il se trouve beaucoup d’air interposé, & cette quantité d’air empesche de voir distinctement la forme des choses, tellement que les petites parties des corps deviennent imperceptibles, & ne peuvent estre remarquées ; donc le peintre devra toucher ces figures que legerement, & en esquisser seulement l’idée, s’il fait autrement ce sera contre l’exemple de la nature sa maitresse : car comme je viens de dire, une chose ne devient petite que par la grande distance qui est entre l’œil & son object, la grande distance enferme en soy beaucoup d’air, la quantité d’air cause une grande opacité qui offusque l’œil, & luy oste le moyen de discerner les particules de son object.

Conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → perspective
SPECTATEUR → perception et regard

Quotation

Pourquoy les objects plus haut eslevez, dans l’esloignement sont plus obscurs que les autres qui sont mis plus bas, quoy que le broüillard soit uniforme & esgalement espais
Des corps  qui se trouvent situez dans un broüillard ou en quelque air espais, ou parmy quelque vapeur, ou dans la fumée, ou en un esloignement, celuy-là sera d'autant plus sensible à l'œil qu'il sera plus eslevé […]

Conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → perspective
SPECTATEUR → perception et regard
GENRES PICTURAUX → paysage

Quotation

D'où vient qu'un chose peinte, encore qu'elle vienne à l'œil sous la mesme ouverture d'angle qu'une autre réelle, laquelle en est esloignée, la peinte ne semble jamais si esloignée que la naturelle
[...]

Conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → perspective

Quotation

j’ay affecté de remplir toute la hauteur du tableau par ses deux bouts, pour faire mieux jouer la cheute de ma perspective au milieu, & pour surprendre l’œil en estonnant l’esprit […]

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → perception et regard
EFFET PICTURAL → perspective
EFFET PICTURAL → qualité de la composition

Quotation

Et comme le Peintre fait profession d’imiter les choses selon qu’il les void, il est certain que s'il voit mal, il  les représentera conforme[s] à sa mauvaise imagination, et fera une mauvaise peinture ; si bien qu’avant que de prendre le crayon et les pinceaux, il faut qu’il ajuste son œil avec le raisonnement, par les principes qui enseignent à voir les choses, non seulement ainsi qu’elles sont en elles-mesmes, mais encore selon qu’elles doivent estre figurées. Car ce seroit bien souvent une lourde faute de les peindre precisément comme l’œil les void, quoique cela semble un paradoxe.
Or cet Art si necessaire, que les sçavans ont nommé l’Optique, et que les Peintres, et tous les Desseignateurs appellent communement la Perspective, donne des moyens infaillibles de representer precisément sur une surface (telle qu’est la toile d’un tableau, une parois, une feuille de papier, ou telle autre chose)

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → perception et regard

Quotation

si bien que cette destresse donna lieu à l’Ingenieux Timanthe de faire connoistre que son esprit estoit en effet plus eslevé et plus puissant que toutes les forces de la Peinture. Il s’avisa donc, pour suppléer au défaut de matière, de faire voir seulement aux yeux de l’esprit, ce qu’il ne pouvait monstrer à ceux du corps.

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → perception et regard

Quotation

LE DISCIPLE.
Je m’en vais vous le reciter, aprés vous avoir averty que l’on m’a assuré que pour sçavoir bien copier des Estampes, Desseins, Peintures, Sculptures, Architectures, & autres objets naturels ; soit de mesme grandeur, que les Geomettres nomment égaux & semblables ; soit plus grands ou plus petits, que l’on dit simplement semblables ; qu’il y a trois choses lesquelles il faut judicieusement considerer, sçavoir, son objet fixe, l’œil qui le regarde, puis la section d’un plan, que l’on suppose intervenir entre l’œil & cét objet ; qui est le papier, Toille, Verre, &c. que l’on nomme d’ordinaire le Tableau, & se souvenir sur tout en imitant le naturel ou relief quel qu’il soit, que l’on doit prendre une distance si raisonnable de l’œil à l’objet, ou section ; qui est comme j’ay dit la place du Dessein ou Tableau
, que l’on puisse aisément & facilement embrasser ou voir, l’un & l’autre, d’une seule œillade, sans estre obligé de varier la teste en aucune façon, ny forcer la prunelle des yeux, & par ainsi si l’œil du Peintre ou dessinateur est bon & bien conduit, il tracera precisement sur son dessein & Tableau, les endroits où l’on s’imagine que les rayons venant de l’objet à son œil, passent dans cette Section & Tableau ; car la distance de l’œil à Elle, soit qu’elle se rencontre plus grande ou plus petite que celle de l’œil au naturel, elles seront toûjours proportionnées à la hauteur & largeur de cette Section, Verre ou transparence ; comme cela est clairement expliqué aux Traitez de Perspective & Leçons de l’Academie, que Mr Bosse a données au Public.

Conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → perspective
L’ARTISTE → qualités

Quotation

LE DISCIPLE.
Vous [ndr : le disciple s’adresse ici au peintre] devez donc en cela demeurer, s’il vous plaist, d’accord, qu’il ne faut pas dessiner le relief ou naturel comme l’œil le voit, & ce qui le confirmera encore mieux, c’est la pratique de representer le relief & naturel par mesures perspectives ; car vous avez témoigné en sçavoir les Regles.

Conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → perspective
L’ARTISTE → règles et préceptes

Quotation

LE DISCIPLE.
Monsieur, voicy son explication, qui m’a servy de conduite pour exprimer ce que vous voyez peint sur cette Toile.
Premierement vous remarquerez, que le trait ou contour de cette Boule, a esté fait par Regle Perspective, laquelle ainsi que vous avez dit, n’est pas un rond fait au Compas, comme si elle estoit supposée placée, de sorte que l’œil du regardant ou point de veuë fust precisément conçeu passer dans son Centre, qui en ce cas seroit représentée dans un Cercle fait au Compas, mais non pas tracé de l’Intervale de son demy diamettre, puisqu’il est démontré, que l’œil ne peut pas toûjours embrasser la moitié d’un Cercle ny d’une Colonne ou Cilindre, ny par consequent d’une Boule, & le mesme d’autres solides un peu gros, composez ou terminez de superficies courbes.

L'œil du regardant est assimilé au "point de vue"

Conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → perspective

Quotation

[ndr : ARISTE]
Mais dittes-moy, je vous prie, Monsieur Bosse de quoy vous sert en vostre Cabinet d’y avoir tous ces petits modelles ou objets de Bois & de Carton, puis cette Glace dans sa bordure, & mesme cette petite machine.
BOSSE.
C’est pour plus promptement & facilement faire concevoir à ces esprits que l’on veust éclairer de ces veritez Geometrales & Perspectives, le moyen de prendre les mesures de ces solides & modelles, puis leur position à l’égard de l’œil, & de la Section ou Tableau, qui est cette Glace, lors qu’elle intervient entre ces solides & l’œil qui les considere d’un seul endroit.
LE PEINTRE.
Cela est tres-judicieusement inventé & facile à concevoir.
BOSSE.
Vous le verrez bien mieux, quand sur cette Table divisée par des quarrez en forme d’Echiquier, j’auray mis dessus à discretion ou de sujettion ces modelles ou objets, & en suitte entre l’œil de celuy qui les regarde & eux, mis aussi cette Glace avec son quadre sur laquelle on peut une fois supposer qu’ils soient peints dessus, ou bien que de ces solides ou modelles, il en part des rayons qui allant chacun en ligne droite rencontrer l’œil du regardant, en passant dans cette Glace sans perdre leur ligne droite & forme piramidale ; ils y traceront dessus la representation perspective de leurs traits ou contours, & la place de leurs jours, ombres & ombrages
, car vous jugez bien, Monsieur, qu’en ce qui concerne la force & foiblesse de leurs couleurs, pour l’expression du relief, que si celle de ces solides couloit aussi du long de ces rayons, & qu’elle s’arrestast sur cette Glace, qu’elle n’y feroit point à l’œil l’effet de relief, puis qu’elle seroit de la force & couleur que la naturelle ; c’est pourquoy, Messieurs, il faut entendre que l’espesseur de l’air qui est plus ou moins grande de l’objet à l’œil, fait que la sensation de la couleur luy apparoist plus ou moins forte ou foible, en ce qui pourtant ne se doit encore regler par la vision qu’en reçoit l’œil, mais sur ce que les couleurs sont plus ou moins éloignées de la Baze du Tableau ou Glace, ayant conçeu le tout reglé par des coupes paralelles au plan ou supperficie du Tableau.
Car de dire qu’il faut que la couleur des objets soit representée plus foible au Tableau selon qu’ils sont plus éloignez de l’œil
, cela n’est pas bien parler, à moins d’estre de sentiment à approuver la rêverie du F.D.B.I. [ndr : Jean Dubreuil] étallée en sa perspective pratique, où il enseigne que l’on doit diminuer en perspective les objets à mesure qu’ils sont plus ou moins élevez du plan d’assiette qui est cette Table, quoy que supposez estre en un mesme plan ou du long d’une mesme ligne à plomb sur ledit plan & parallele aux costez du Tableau ; de sorte qu’une Muraille veuë ou ligne du plan de l’œil fust placée en leur milieu, que ladite Tour seroit beaucoup plus étroite par le bas & par le haut qu’à l’endroit de cette ligne, & aussi la Muraille diminuée par ces deux bouts & plus foible en couleur ; ce qui feroit à l’œil une ridicule perspective pratique ; car en la regardant de sa distance déterminée, il s’y feroit encore une double diminution [...].

Conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → perspective

Quotation

290. [Et que celles qui tournent, sont de Couleurs rompuës, comme estant moins distinguées & plus proches des bords.] Il faut que le Peintre imite encore le Miroir convexe en cecy, & qu'aux bords de son Tableau il n'y mette rien de petillant, ny en Couleur, ny en Lumiere. Il y a deux raisons pour cela : la premiere est, que d'abord l'œil se porte ordinairement au milieu de l'Objet qui se presente à luy, & que par consequent il faut qu'il y trouve le Principal Objet, pour estre satisfait : Et l'autre raison est, que les bords estant chargez d'ouvrage fort & petillant, ils attirent les yeux qui sont comme en inquietude de ne voir pas une continuité de cet Ouvrage, qui est tout d'un coup interrompu par les bords du Tableau : au lieu que ces bords estant legers d'ouvrage, l'œil demeure au centre du Tableau, & l'embrasse plus agreablement : C'est pour cette mesme raison que dans une grande Composition de Figures, celles qui estant sur le devant seront coupées par la base du Tableau, feront toûjours un mauvais effet.

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → perception et regard

Quotation

361. [Que jamais deux extremitez contraires, &c.] Le Sens de la veuë a cela de commun avec tous les autres, qu’il abhorre les extremitez contraires. Et de mesme que les mains qui ont grand froid, souffrent beaucoup lors qu’on les approche tout d’un coup du feu ; ainsi les yeux qui trouvent un extreme Blanc auprés d’un extreme Noir, ou un bel Azur auprés d’un Vermillon ardent, ne sçauroient regarder ces extremitez qu’avec peine, quoy qu’ils y soient toûjours attirez par l’éclat des deux contraires.

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → perception et regard

Quotation

J'avouë repartis-je, que la plus grande satisfaction qu'on puisse recevoir en considerant un Tableau, c'est qu'au mesme temps que les yeux voient avec joye le beau mélange des couleurs, & l'artifice du pinceau, l'esprit apprenne quelque chose de nouveau dans l'invention du sujet, & dans la fidelle representation de l'action que le Peintre a prétendu faire voir.

Chez Félibien, la couleur relève de l’œil, par opposition au dessein qui relève davantage de l’esprit.

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → perception et regard

Quotation

Voir des Tableaux, répondit Pamphile, les regarder comme si iamais vous n'en aviez veu, & en juger de bonne foy sans vouloir trop faire le Connoisseur, & préférer ceux qui vous surprendront davantage. Car les yeux d'un homme d'esprit, quoy que tout noeufs en Peinture, doivent estre touchez d'un beau Tableau ; & s'ils n'en sont pas contens, il faut conclure que la Nature y est mal imitée, & que les objets qui y sont peints, ne ressemblent gueres aux véritables.

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → perception et regard

Quotation

Sçachez, mon cher Damon, que l'oeil ne doit pas tant aller chercher le Tableau, comme le Tableau doit attirer l'oeil & le forcer, pour ainsi dire à le regarder. Puisqu'il est fait pour les yeux, il doit plaire à tout le monde, aux uns plus, aux autres moins, selon la connoissance de ceux qui le voyent.

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → perception et regard

Quotation

Les corps de diverse nature meslez ensemble sont agreables à la veuë, comme les Fleurs & les Fruits, les Animaux, les Estoffes, les Satins, les Velours, les diverses teintes des chairs, les Argenteries, les Armures, les Instrumens de Musique, les Ornemens des Sacrifices antiques, & mille autres diversitez agreables, dont le Peintre pourra s’adviser.
Il est certain que la diversité des Objets recrée la veuë quand ils sont sans confusion, & qu’ils ne diminuënt en rien la force du sujet que l’on traite.
L’experience nous apprend que l’œil se lasse de voir toujours les mesmes choses non seulement dans un Tableau, mais encore dans la Nature où il se trouve tant d’objets semblables.
Ainsi pour satisfaire l’œil de l’entendement, les meilleurs Auteurs ont eu l’adresse de semer leurs Ouvrages de disgressions agreables, pour delasser l’esprit. La prudence en cela est un grand guide, car les disgressions qui sont trop longues sont sans raison, puisqu’ils font trouver des varietez dans un Tableau, qui alterent la vérité de l’Histoire, & qui rendent le tout ridicule

Conceptual field(s)

L’HISTOIRE ET LA FIGURE → figure et corps

Quotation

J’ay ouy dire à quelques-uns, interrompis Pymandre que pour ce qui regarde la portraiture, vous sçavez mieux que moy ce qu’ils entendent par ce mot, je m’imagine que c’est la representation lineale de toutes sortes de corps : je leur ay, dis-je, entendu soustenir que la perspective enseigne à faire cette representation dans l’estat le plus parfait, où elle puisse parvenir ; que les Peintres ne manquent dans la ressemblance que faute de bien sçavoir la perspective ; que c’est elle qui leur fournit des moyens asseurez & faciles pour que leurs tableaux fassent toujours l’effet qu’ils desirent dans quelqu’endroit qu’ils soient placez ; sans estre obligez à tastonner, effacer & defaire des choses qui ne reüssissent jamais quand elles ont esté faites au hazard, comme dans des voutes & des platfonds, ou faute d’avoir bien sçeu la raison de ce qu’ils font, il se trouve qu’après avoir pris beaucoup de peine, il y a souvent bien des choses à redire.
Ces gens-là, repartis-je, qui vantent si fort ce qu’ils sçavent n’ont pas asseurement produit des ouvrages qui répondent à ce qu’ils promettent.
Car pour moy j’ay appris des plus grands Peintres qui sçavent bien la perspective & qui n’ignorent pas tous les avantages qu’on en peut recevoir, qu’il y a bien des choses où il est impossible de tirer aucun secours des regles & des lignes dont l’on se sert d’ordinaire, qu’il faut que ce soit l’œil qui jusge & qui soit le principal instrument. Qu’il se trouve dans la pratique des difficultez que la theorie ne peut prévoir, & où les regles ne servent de guere, à cause que ceux qui regardent ne peuvent pas toujours estre placez dans un mesme lieu, & ne voir les tableaux qu’au travers d’une pinulle, principalement dans les grands ouvrages qu’on ne peut voir d’un seul endroit. […].

Conceptual field(s)

L’ARTISTE → qualités
L’ARTISTE → règles et préceptes
EFFET PICTURAL → perspective

Quotation

Il est vray, luy repliquay-je, & c’est dont nous avons tantost parlé sur le sujet de la perspective de l’air, Leon Baptiste Albert appelle cette coupe Il taglio. J’avouë que dans la speculation l’on peut comprendre de quelle sorte les objets doivent diminuer de couleur par ces differentes coupes. Mais quand on vient à la pratique, cette speculation, ou le raisonnement qui fait juger combien un corps doit perdre de sa couleur lors qu’on le veut faire paroistre enfoncé dans le tableau dix ou douze pieds plus qu’un autre, ne peut apprendre précisément comment il faut diminuer la teinte de cette couleur, & la proportionner à son éloignement. Avez-vous jamais remarqué un maistre de Musique qui accorde un luth ou une harpe, il vous fera bien connoistre quel ton la premiere corde doit avoir avec la seconde, & ainsi des autres : mais il ne peut vous enseigner à les accorder, en vous disant qu’il faut tourner les chevilles un certain nombre de tours. Il faut que ce soit l’oreille qui juge de l’harmonie lors qu’on les touche. De mesme dans les couleurs on peut dire qu’il en faut diminuer ou augmenter la teinte à mesure qu’elles s’éloignent ou s’approchent ; ou qu’elles reçoivent divers accidents d’ombres & de lumieres : mais c’est à l’œil à juger du plus ou du moins de force qu’on leur donne en les meslant.

Conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → perspective
L’ARTISTE → règles et préceptes
L’ARTISTE → qualités

Quotation

[…] A ces mots mon pauvre Gentil-homme n’eut quasi pas le mot à dire, parce que l’estime qu’il faisoit de cet Antipeintre, lui fist croire qu’il s’estoit trompé jusques alors, protestant qu’il vouloit changer de sentimens & de party, & croire avec lui, que l’œil & la main doivent estre la regle & les juges de la Peinture.

Restout réduit les cacopeintres à l’œil et la main, incapables d’invention

Conceptual field(s)

L’ARTISTE → qualités

Quotation

Celui qui commence à dessiner doit se proposer d’abord trois choses ; la premiere, d’accoutumer son œil à la justesse ; la deuxiéme, d’acquerir de la facilité dans l’éxécution & de se rompre, comme on dit, la main au travail ; & la troisiéme, de se faire le goust aux bonnes choses.

Conceptual field(s)

L’ARTISTE → apprentissage

Quotation

Pour accoutumer l'œil à la justesse, il ne faut jamais se servir de compas pour rapporter sur votre papier les mesures des parties que vous dessinez: mais juger de la grandeur d'un membre par celle d'un autre, regarder l'un, puis regarder l'autre, & comparer ainsi la proportion qui est entr'eux. […] Ce n’est pas que, quand votre dessein sera fait, vous ne puissiez si vous le voulez vous servir de compas, pour voir par curiosité si vous aurez rencontré juste. Michelange disait qu'il fallait avoir le compas dans les yeux.

Conceptual field(s)

L’ARTISTE → qualités
L’ARTISTE → apprentissage

Quotation

Pour le goust, si on ne se le fait d'abord aux bonnes choses, il est bien difficile que l'on ne s'accoûtume aux mauvaises, lesquelles on ne quitte qu'avec beaucoup de peine, & où l'on demeure souvent presque toute sa vie. Nous venons de dire qu'il faut par un grand exercice accoustumer les yeux à juger, & la main à travailler avec facilité : si ces habitudes se contractent sur de mauvais modeles, le goust s'y fera insensiblement : car ce qui entre souvent dans l'esprit par les yeux, y demeure long-tems, & y fait une forte impression. Il est donc d'une extrême consequence de ne presenter d'abord aux yeux de ceux qui commencent à dessiner que des choses de bon goust, & que les desseins qu'ils imiteront viennent ou de l'Antique ou des Maistres généralement aprouvez.

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → perception et regard
SPECTATEUR → jugement
L’ARTISTE → règles et préceptes
L’ARTISTE → apprentissage

Quotation

Cette multitude de monde répanduë en divers endroits, partage agréablement la veûë, & ne l’empesche point de se promener dans toute l’étenduë de ce desert. Cependant, afin que les yeux ne soient pas toûjours errans, & emportez dans un si grand espace de païs, ils se trouvent arrestez par les groupes de figures qui ne séparent point le sujet principal, mais servent à le lier, & à le faire mieux comprendre. On y trouve un contraste judicieux dans les differentes dispositions des figures dont la position & les attitudes conformes à l’histoire engendrent l’unité d’action, & la belle harmonie que l’on voit dans ce Tableau.

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → perception et regard
EFFET PICTURAL → qualité de la composition

Quotation

LE PRESIDENT. Ce plafond [ndr : à Versailles] frappe agréablement la vûë, & me fait souvenir de ces beaux morceaux de Fresque que j'ay vûs en Italie. [...]
LE CHEVALIER. J’aime à voir dans ces Galleries, où l’œil est trompé, tant la Perspective y est bien observée, […].

Conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → perspective
SPECTATEUR → perception et regard
EFFET PICTURAL → trompe-l’œil

Quotation

Ce n'est que la juste delineation des objets revétus de leurs vrayes couleurs, & sur tout l'expression vive & naturelle des mouvemens de l'ame, qui font de fortes impressions sur ceux qui les regardent. Car il faut remarquer que comme la peinture a trois parties qui la composent, il y a aussi trois parties dans l'homme par où il en est touché, les sens, le cœur & la raison. La juste delineation des objets, accompagnée de leur couleur, frappe agreablement les yeux ; la naïve expression des mouvemens de l’ame va droit au cœur, & imprimant sur luy les mesmes passions qu'il voit representées, luy donne un plaisir tres sensible. Et enfin l'entente qui paroist dans la juste distribution des ombres & des lumieres dans la degradation des figures selon leur plan & dans le bel ordre d'une composition judicieusement ordonnée, plaist à la raison, & luy fait ressentir une joye moins vive à la verité, mais plus spirituelle & plus digne d'un homme. Il en est de mesme des Ouvrages de tous les autres Arts […]. 
Je dis donc qu'il a suffi aux Appelles & aux Zeuxis pour se faire admirer de toute la Terre d'avoir charmé les yeux & touché le cœur, sans qu'il leur ait esté necessaire de posseder cette troisiéme partie de la peinture [ndr : la composition], qui ne va qu’à satisfaire la raison ; car bien loin que cette partie serve à charmer le commun du monde, elle y nuit fort souvent, & n'aboutit qu'à luy déplaire.

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → perception et regard

Quotation

[…] Il faut donc convenir que ce que les Peintres entendent par le dessein, c’est la proportion des traits, & la Convenance entr’eux, pour representer les choses visibles, comme elles sont, ou comme elles peuvent être, dans leur plus grande perfection : De sorte que le Dessein est une faculté de l’entendement, qui consiste dans l’intelligence de la belle proportion : ou si vous voulez une sience pratique, qui dirige les operations de la main, lors qu’elle veut imiter les corps visibles dans leur proportion. Et c’est ce qu’on veut faire comprendre, lors qu’on dit qu’il y a beaucoup de dessein dans chaque ouvrage.
[…] Quand je dis que le dessein est une proportion : je pretens qu’elle tient ici le lieu d’une idée généralle, qu’on apelle le genre, parce qu’il y a plusieurs especes de proportion, savoir celle des nombres, celle des tons, & plusieurs autres ; & enfin celle que les Peintres apellent Dessein. [...]
En un mot la proportion est ce qui flate, & ce qui touche les yeux & la raison : Comme dans la Musique, les accords, ou les tons proportionnés les uns aux autres, flatent, & touchent l’oreille, par je ne sai quoi de juste & de piquant.
Enfin il y a dans toutes choses un certain assaisonnement, qui en fait la juste proportion. C’est aussi ce qui flate & touche, le goût dans le mets : et c’est pour cela que les Peintres se servent encore du mot de goût, pour signifier l’éfet que les ouvrages dont dans leur esprit. Ainsi ils disent souvent, qu’un tableau est du bon ou du mauvais goût : dessiner du bon goût, c’est à dire, parmi eux, donner des belles proportions.
Mais quoique nous puissions dire, il seroit impossible de donner la veritable raison de la proportion : On remarque qu’elle plaît par la convenance des parties avec le tout quelles [sic] composent & que les yeux & la raison la sentent & l’aprouvent.

Conceptual field(s)

L’ARTISTE → qualités

Quotation

Pour ce qui est des regles du mouvement, & des atitudes naturelles, il y a plusieurs observations, qui ont été faites par des Peintres : mais qui dependent du jugement, & de l’œil : de sorte que le plus seur moïen, c’est de les étudier aprés les modele vivant. C’est n’est pas que les longueurs & largeurs ne dependent aussi du jugement & de l’œil de celuy qui dessine ou qui peint : mais il est bon d’en avoir quelques regles, qu’on peut avoir apris des autres, ou par ses propres lumieres.

Conceptual field(s)

L’ARTISTE → règles et préceptes
L’ARTISTE → qualités

Quotation

Le Tout ensemble est un resultat des parties qui composent le Tableau, ensorte neanmoins que ce Tout qui est une liaison de plusieurs objets ne soit point comme un nombre composé de plusieurs unités independantes & égales entr'elles, mais qu'il ressemble à un Tout politique ; où les grands ont besoin des petits, comme les petits ont besoin des grands. Tous les objets qui entrent dans le Tableau, toutes les lignes & toutes les couleurs, toutes les lumieres & toutes les ombres ne sont grandes ou petites, fortes ou foibles que par comparaison. Mais quelle que soit la qualité de toutes ces choses, & quelque soit l'état où elles se trouvent, elles ont une relation dans leur assemblage, dont aucune en particulier ne peut se prévaloir. Car l'effet qui en resulte consiste dans une subordination générale où les bruns font valoir les clairs, comme les clairs font valoir les bruns, & où le merite de chaque chose n'est fondé que sur une mutuelle dépendance. Ainsi pour définir le Tout ensemble, on peut dire que c'est une subordination générale des objets les uns aux autres, qui les fait concourir tous ensemble à n'en faire qu'un.
Or cette subordination qui fait concourir les objets à n'en faire qu'un, est fondée sur deux choses, sur la satisfaction des yeux, & sur l'effet que produit la vision.

 

Conceptual field(s)

Quotation

Le tournant des parties & les contours qui se perdent insensiblement dans leur fond, & qui s’y évanouissent avec prudence, lient les objets & les tiennent dans l’union principalement en ce qu’il semble conduire nos yeux au delà de ce qu’ils voient, & les persuader qu’ils voient ce qu’ils ne voient pas ; c’est-à-dire, la continuité que l’extrémité leur cache.

Conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → qualité des couleurs
EFFET PICTURAL → qualité du dessin

Quotation

Ce n’est point assez que les yeux puissent voir, il faut qu’ils embrassent leur objet avec satisfaction, & que le Peintre éloigne tout ce qui peut leur faire de la peine. Il est certain que les yeux ne peuvent être contens lorsque voulant se porter sur un objet, ils en sont détournés par d’autres objets voisins que leurs jours & leurs ombres particulieres rendent aussi sensibles que cet objet même : mais il n’est pas moins certain qu’il n’y a que l’intelligence du clair-obscur qui puisse procurer à la vûe la jouissance paisible de son objet : car, comme nous avons dit, c’est le clair-obscur qui empêche la multiplicité des angles, & la dissipation des yeux par le moyen des Grouppes de lumieres & d’ombres dont il donne l’intelligence. Ainsi le clair-obscur est d’une extrême consequence dans la Peinture.
 

Conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → qualité des couleurs
EFFET PICTURAL → qualité de la lumière
SPECTATEUR → perception et regard

Quotation

Quand je parle de l’unité d’objet dans un Tableau, c’est par rapport à l’espace que l’œil peut raisonnablement embrasser sans être distrait par plusieurs objets separés […]
 

Conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → qualité de la lumière
SPECTATEUR → perception et regard

Quotation

[…] accoûtumer leurs yeux [ndr : ceux des étudiants] à la justesse, c’est-à-dire à rapporter fidélement sur leur papier les dimensions de l’objet qu’ils copient […]

Conceptual field(s)

L’ARTISTE → apprentissage

Quotation

Un jeune homme ne sçauroit faire dans l'art de la Peinture tout le progrès dont il est capable, si sa main ne se perfectionne pas en même-temps que son imagination. Il ne suffit pas aux Peintres de concevoir des idées nobles, d'imaginer les compositions les plus élegantes, & de trouver les expressions les plus pathétiques, il faut encore que leur main ait été renduë docile à se fléchir avec précision en cent manieres differentes, pour se trouver capable de tirer avec justesse la ligne que l'imagination lui demande. Nous ne sçaurions faire rien de bien, dit Du Fresnoi, dans son Poëme de la Peinture, si notre main n'est pas capable de mettre sur la toile les beautez que notre esprit produit. [...] Le génie a, pour ainsi dire, les bras liez dans un Artisan, dont la main n'est pas dénoüée. Il en est de l'œil comme de la main. Il faut que l'œil d'un Peintre soit accoutumé de bonne heure à juger par une operation sûre & facile en même-temps, quel effet doit faire un certain mêlange, ou bien une certaine opposition de couleur, quel effet doit faire une figure d'une certaine hauteur dans un Grouppe ; & quel effet un certain Grouppe fera dans le tableau, après que le tableau sera colorié. Si l'imagination n'a pas à sa disposition une main & un œil capables de la seconder à son gré, il ne résulte des plus belles idées qu'enfante l'imagination, qu'un tableau grossier, & que dédaigne l'Artisan même qui l'a peint, tant il trouve l'œuvre de sa main au-dessous de l'œuvre de son esprit.
L'étude nécessaire pour perfectionner l'œil & la main, ne se fait point en donnant quelques heures distraites à un travail interrompu. Cette étude demande une attention entiere & une perséverance continuée durant plusieurs années. […] 
Le seul tems de la vie qui soit bien propre à faire acquerir leur perfection à l'œil et à la main, est le tems où nos organes, tant intérieurs qu'extérieurs, achevent.


Conceptual field(s)

L’ARTISTE → qualités

Quotation

Raisonne-t-on pour savoir si le ragoût est bon ou s'il est mauvais […] On n'en fait rien. Il est en nous un sens fait pour connoître si le Cuisinier a operé suivant les regles de son art. On goûte le ragoût, & même sans savoir ces regles, on connoît s'il est bon. Il en est de même en quelque maniere des ouvrages d'esprit & des tableaux faits pour nous plaire en nous touchant.
Il est en nous un sens destiné pour juger du mérite de ces ouvrages, qui consiste en l'imitation des objets touchans dans la nature. Ce sens est le sens même qui auroit jugé de l'objet que le Peintre, le Poëte ou le Musicien ont imité. C'est l'œil, lorsqu'il s'agit du coloris du tableau […] Lorsqu'il s'agit de connoître si l'imitation qu'on nous présente dans un poëme ou dans la composition d'un tableau, est capable d'exciter la compassion & d'attendrir, le sens destiné pour en juger, est le sens même qui auroit été attendri, c'est le sens qui auroit jugé de l'objet imité. C'est ce sixième sens qui est en nous, sans que nous voïions ses organes. C'est la portion de nous-mêmes qui juge sur l'impression qu'elle ressent, & qui pour me servir des termes de Platon, prononce, sans consulter la regle & le compas. C'est enfin ce qu'on appelle communément le sentiment
.
Le cœur s'agite de lui-même, & par un mouvement qui précede toute délibération, quand l'objet qu'on lui présente est réellement un objet touchant, soit que l'objet ait reçu son être de la nature, soit qu'il tienne son existence d'une imitation que l'art en a faite. Notre cœur est fait, il est organisé pour cela. Son opération prévient donc tous les raisonnemens, ainsi que l'operation de l'œil & celle de l'oreille les devancent dans leurs sensations.

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → jugement
SPECTATEUR → perception et regard

Quotation

Mais la question, si Le Brun est préferable au Titien, c'est-à-dire, si la partie de la composition poëtique & de l'expression est préferable à celle du coloris, & laquelle de ces parties est superieure à l'autre, je tiens qu'il est inutile de l'agiter. Jamais les personnes d'un sentiment opposé, ne sçauroient s'accorder sur cette prééminence dont on juge toujours par rapport à soi-même. Suivant qu'on est plus ou moins sensible au coloris, ou bien à la poësie Pittoresque, on place le Coloriste au-dessus du Poëte, ou le Poëte au-dessus du Coloriste. Le plus grand Peintre pour nous, est celui dont les ouvrages nous font le plus de plaisir. Les hommes ne sont pas affectez également par le coloris ni par l'expression, il en est, qui pour ainsi dire, ont l'œil plus voluptueux que d'autres. Leurs yeux sont organisez, de maniere que l'harmonie & la verité des couleurs y excite un sentiment plus vif que celui qu'elle excite dans les yeux des autres. Un autre homme, dont les yeux ne sont point conformez aussi heureusement, mais dont le cœur est plus sensible que celui du premier, trouve dans les expressions touchantes un attrait superieur au plaisir que lui donnent l'harmonie & la verité des couleurs locales. Tous les hommes n'ont pas le même sens également délicat. Les uns auront le sens de la vûë meilleur à proportion que les autres sens. Voilà pourquoi les uns préferent le Poussin au Titien, quand d'autres préferent le Titien au Poussin.

Conceptual field(s)

CONCEPTION DE LA PEINTURE → composition
SPECTATEUR → perception et regard
CONCEPTION DE LA PEINTURE → couleur

Quotation

L’œil doit être satisfait le premier par la couleur qui lui représente le naturel, & l’esprit frappé par les autres beautés secondées par le coloris ne va que le dernier : un tableau est un fidèle dépositaire des vérités de la nature, il doit non –seulement persuader les yeux, mais semblable à un orateur, émouvoir, ravir & toucher le cœur. L’éloquence en fait-elle davantage ?

Conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → qualité des couleurs
EFFET PICTURAL → trompe-l’œil