DUBREUIL, Jean ( 1602-1670 )

DUBREUIL, Jean ( 1602-1670 )

ISNI:0000000080771059
Auteur appartenant à la compagnie de Jésus

Quotation

[ndr : ARISTE]
Mais dittes-moy, je vous prie, Monsieur Bosse de quoy vous sert en vostre Cabinet d’y avoir tous ces petits modelles ou objets de Bois & de Carton, puis cette Glace dans sa bordure, & mesme cette petite machine.
BOSSE.
C’est pour plus promptement & facilement faire concevoir à ces esprits que l’on veust éclairer de ces veritez Geometrales & Perspectives, le moyen de prendre les mesures de ces solides & modelles, puis leur position à l’égard de l’œil, & de la Section ou Tableau, qui est cette Glace, lors qu’elle intervient entre ces solides & l’œil qui les considere d’un seul endroit.
LE PEINTRE.
Cela est tres-judicieusement inventé & facile à concevoir.
BOSSE.
Vous le verrez bien mieux, quand sur cette Table divisée par des quarrez en forme d’Echiquier, j’auray mis dessus à discretion ou de sujettion ces modelles ou objets, & en suitte entre l’œil de celuy qui les regarde & eux, mis aussi cette Glace avec son quadre sur laquelle on peut une fois supposer qu’ils soient peints dessus, ou bien que de ces solides ou modelles, il en part des rayons qui allant chacun en ligne droite rencontrer l’œil du regardant, en passant dans cette Glace sans perdre leur ligne droite & forme piramidale ; ils y traceront dessus la representation perspective de leurs traits ou contours, & la place de leurs jours, ombres & ombrages
, car vous jugez bien, Monsieur, qu’en ce qui concerne la force & foiblesse de leurs couleurs, pour l’expression du relief, que si celle de ces solides couloit aussi du long de ces rayons, & qu’elle s’arrestast sur cette Glace, qu’elle n’y feroit point à l’œil l’effet de relief, puis qu’elle seroit de la force & couleur que la naturelle ; c’est pourquoy, Messieurs, il faut entendre que l’espesseur de l’air qui est plus ou moins grande de l’objet à l’œil, fait que la sensation de la couleur luy apparoist plus ou moins forte ou foible, en ce qui pourtant ne se doit encore regler par la vision qu’en reçoit l’œil, mais sur ce que les couleurs sont plus ou moins éloignées de la Baze du Tableau ou Glace, ayant conçeu le tout reglé par des coupes paralelles au plan ou supperficie du Tableau.
Car de dire qu’il faut que la couleur des objets soit representée plus foible au Tableau selon qu’ils sont plus éloignez de l’œil
, cela n’est pas bien parler, à moins d’estre de sentiment à approuver la rêverie du F.D.B.I. [ndr : Jean Dubreuil] étallée en sa perspective pratique, où il enseigne que l’on doit diminuer en perspective les objets à mesure qu’ils sont plus ou moins élevez du plan d’assiette qui est cette Table, quoy que supposez estre en un mesme plan ou du long d’une mesme ligne à plomb sur ledit plan & parallele aux costez du Tableau ; de sorte qu’une Muraille veuë ou ligne du plan de l’œil fust placée en leur milieu, que ladite Tour seroit beaucoup plus étroite par le bas & par le haut qu’à l’endroit de cette ligne, & aussi la Muraille diminuée par ces deux bouts & plus foible en couleur ; ce qui feroit à l’œil une ridicule perspective pratique ; car en la regardant de sa distance déterminée, il s’y feroit encore une double diminution [...].

Quotation

[ndr : ARISTE]
Mais dittes-moy, je vous prie, Monsieur Bosse de quoy vous sert en vostre Cabinet d’y avoir tous ces petits modelles ou objets de Bois & de Carton, puis cette Glace dans sa bordure, & mesme cette petite machine.
BOSSE.
C’est pour plus promptement & facilement faire concevoir à ces esprits que l’on veust éclairer de ces veritez Geometrales & Perspectives, le moyen de prendre les mesures de ces solides & modelles, puis leur position à l’égard de l’œil, & de la Section ou Tableau, qui est cette Glace, lors qu’elle intervient entre ces solides & l’œil qui les considere d’un seul endroit.
LE PEINTRE.
Cela est tres-judicieusement inventé & facile à concevoir.
BOSSE.
Vous le verrez bien mieux, quand sur cette Table divisée par des quarrez en forme d’Echiquier, j’auray mis dessus à discretion ou de sujettion ces modelles ou objets, & en suitte entre l’œil de celuy qui les regarde & eux, mis aussi cette Glace avec son quadre sur laquelle on peut une fois supposer qu’ils soient peints dessus, ou bien que de ces solides ou modelles, il en part des rayons qui allant chacun en ligne droite rencontrer l’œil du regardant, en passant dans cette Glace sans perdre leur ligne droite & forme piramidale ; ils y traceront dessus la representation perspective de leurs traits ou contours, & la place de leurs jours, ombres & ombrages
, car vous jugez bien, Monsieur, qu’en ce qui concerne la force & foiblesse de leurs couleurs, pour l’expression du relief, que si celle de ces solides couloit aussi du long de ces rayons, & qu’elle s’arrestast sur cette Glace, qu’elle n’y feroit point à l’œil l’effet de relief, puis qu’elle seroit de la force & couleur que la naturelle ; c’est pourquoy, Messieurs, il faut entendre que l’espesseur de l’air qui est plus ou moins grande de l’objet à l’œil, fait que la sensation de la couleur luy apparoist plus ou moins forte ou foible, en ce qui pourtant ne se doit encore regler par la vision qu’en reçoit l’œil, mais sur ce que les couleurs sont plus ou moins éloignées de la Baze du Tableau ou Glace, ayant conçeu le tout reglé par des coupes paralelles au plan ou supperficie du Tableau.
Car de dire qu’il faut que la couleur des objets soit representée plus foible au Tableau selon qu’ils sont plus éloignez de l’œil
, cela n’est pas bien parler, à moins d’estre de sentiment à approuver la rêverie du F.D.B.I. [ndr : Jean Dubreuil] étallée en sa perspective pratique, où il enseigne que l’on doit diminuer en perspective les objets à mesure qu’ils sont plus ou moins élevez du plan d’assiette qui est cette Table, quoy que supposez estre en un mesme plan ou du long d’une mesme ligne à plomb sur ledit plan & parallele aux costez du Tableau ; de sorte qu’une Muraille veuë ou ligne du plan de l’œil fust placée en leur milieu, que ladite Tour seroit beaucoup plus étroite par le bas & par le haut qu’à l’endroit de cette ligne, & aussi la Muraille diminuée par ces deux bouts & plus foible en couleur ; ce qui feroit à l’œil une ridicule perspective pratique ; car en la regardant de sa distance déterminée, il s’y feroit encore une double diminution [...].