PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → statut de l'oeuvre : copie, original...

LINKED TERMS

85 terms
30 sources
187 quotations

1 quotations

Quotation

Die ghene dan de welcke haere ooghen door de daghelicksche oeffeningh van een ghestaedighe opmerckinghe tot dese onmoeyelicke vaerdigheyd van een onwedersprekelick oordeel ghebraght hebben, plagten de meeste kracht haerer Konst-kennisse daer in voornaemelick te bewijsen, datse d’originelen staends-voets van de copijen weten t’onderscheyden. d’Oorspronckelicke wercken die de treffelicke Meesters nae ’t leven selver ghemaeckt hebben, worden alhier door de naem van originele stucken te verstaen ghegeven; de copijen daer en teghen en sijn anders niet dan d’afteyckeninghen, ofte uytdrucksels, ofte afsetsels, ofte naemaelsels diemen nae ’t oorspronckelicke stuck heeft afgheteyckent en naeghemaelt. De rechtsinnighe Konst-kenners plaghten oversulcks ind’oorspronckelicke stucken de volkomene kracht van een levendige bevalligheyd te vernemen; daerse nochtans in de naemaecksels maer allen in de ghebrekelicke lammigheyd van een ontleende welstandigheyd ghewaer te worden. Daer is altijd een bevallighe lustigheyd in alle origineelen te vinden, segt Dionisius Halicarnassensis {In Dimarcho.}, de ghecopieerde stucken daer en teghen, al sijnse noch soo wel uytghedruckt, plagten uyt het een of het ander uyt te wijsen het welck al te seer bearbeydt sijnde uyt de nature niet en schijnt voord te komen. […]

[Suggested translation, Marije Osnabrugge:] Those who have developed their eyes to this tireless ability of an incontradictable judgement through the daily practice of a steady observation, tend to demonstrate the most power of their knowledge of art by knowing to immediately distinguish the originals from the copies. The original works that the competent Masters have made after life itself, are understood here wit the term of original pieces; the copies on the other hand are nothing else than the drawings after it, or the offprints, or casts, or paintings after it that one has drawn or painted after the original piece. The frank Art-connoisseurs tend to perceive the complete power of a lively gracefulness in the original pieces; while they only become aware of the defective wretchedness of a flawed lifelessness in the fakes. There is always a graceful pleasure to be found in all the originals, says Dionisius Halicarnessensis {…}, the copied pieces on the other hand, as competently expressed as they may be, tend to show by one element or another that is too cultivated, to not be originating from nature. […]

The Dutch terms afteykeningh, uytdrucksel, afsetsels and naemaelsel, all referring to a copy after the original, are difficult to translate directly to English. I have chosen to use a descriptive translation, which should only serve the user as a suggestion. [MO]

naemaelsel · naemaecksel · copij · afteyckeningh · afdrucksel

1 quotations

Quotation

Die ghene dan de welcke haere ooghen door de daghelicksche oeffeningh van een ghestaedighe opmerckinghe tot dese onmoeyelicke vaerdigheyd van een onwedersprekelick oordeel ghebraght hebben, plagten de meeste kracht haerer Konst-kennisse daer in voornaemelick te bewijsen, datse d’originelen staends-voets van de copijen weten t’onderscheyden. d’Oorspronckelicke wercken die de treffelicke Meesters nae ’t leven selver ghemaeckt hebben, worden alhier door de naem van originele stucken te verstaen ghegeven; de copijen daer en teghen en sijn anders niet dan d’afteyckeninghen, ofte uytdrucksels, ofte afsetsels, ofte naemaelsels diemen nae ’t oorspronckelicke stuck heeft afgheteyckent en naeghemaelt. De rechtsinnighe Konst-kenners plaghten oversulcks ind’oorspronckelicke stucken de volkomene kracht van een levendige bevalligheyd te vernemen; daerse nochtans in de naemaecksels maer allen in de ghebrekelicke lammigheyd van een ontleende welstandigheyd ghewaer te worden. Daer is altijd een bevallighe lustigheyd in alle origineelen te vinden, segt Dionisius Halicarnassensis {In Dimarcho.}, de ghecopieerde stucken daer en teghen, al sijnse noch soo wel uytghedruckt, plagten uyt het een of het ander uyt te wijsen het welck al te seer bearbeydt sijnde uyt de nature niet en schijnt voord te komen. […]

[Suggested translation, Marije Osnabrugge:] Those who have developed their eyes to this tireless ability of an incontradictable judgement through the daily practice of a steady observation, tend to demonstrate the most power of their knowledge of art by knowing to immediately distinguish the originals from the copies. The original works that the competent Masters have made after life itself, are understood here wit the term of original pieces; the copies on the other hand are nothing else than the drawings after it, or the offprints, or casts, or paintings after it that one has drawn or painted after the original piece. The frank Art-connoisseurs tend to perceive the complete power of a lively gracefulness in the original pieces; while they only become aware of the defective wretchedness of a flawed lifelessness in the fakes. There is always a graceful pleasure to be found in all the originals, says Dionisius Halicarnessensis {…}, the copied pieces on the other hand, as competently expressed as they may be, tend to show by one element or another that is too cultivated, to not be originating from nature. […]

copieeren

1 quotations

Quotation

Die ghene dan de welcke haere ooghen door de daghelicksche oeffeningh van een ghestaedighe opmerckinghe tot dese onmoeyelicke vaerdigheyd van een onwedersprekelick oordeel ghebraght hebben, plagten de meeste kracht haerer Konst-kennisse daer in voornaemelick te bewijsen, datse d’originelen staends-voets van de copijen weten t’onderscheyden. d’Oorspronckelicke wercken die de treffelicke Meesters nae ’t leven selver ghemaeckt hebben, worden alhier door de naem van originele stucken te verstaen ghegeven; de copijen daer en teghen en sijn anders niet dan d’afteyckeninghen, ofte uytdrucksels, ofte afsetsels, ofte naemaelsels diemen nae ’t oorspronckelicke stuck heeft afgheteyckent en naeghemaelt. De rechtsinnighe Konst-kenners plaghten oversulcks ind’oorspronckelicke stucken de volkomene kracht van een levendige bevalligheyd te vernemen; daerse nochtans in de naemaecksels maer allen in de ghebrekelicke lammigheyd van een ontleende welstandigheyd ghewaer te worden. Daer is altijd een bevallighe lustigheyd in alle origineelen te vinden, segt Dionisius Halicarnassensis {In Dimarcho.}, de ghecopieerde stucken daer en teghen, al sijnse noch soo wel uytghedruckt, plagten uyt het een of het ander uyt te wijsen het welck al te seer bearbeydt sijnde uyt de nature niet en schijnt voord te komen. […]

[Suggested translation, Marije Osnabrugge:] Those who have developed their eyes to this tireless ability of an incontradictable judgement through the daily practice of a steady observation, tend to demonstrate the most power of their knowledge of art by knowing to immediately distinguish the originals from the copies. The original works that the competent Masters have made after life itself, are understood here wit the term of original pieces; the copies on the other hand are nothing else than the drawings after it, or the offprints, or casts, or paintings after it that one has drawn or painted after the original piece. The frank Art-connoisseurs tend to perceive the complete power of a lively gracefulness in the original pieces; while they only become aware of the defective wretchedness of a flawed lifelessness in the fakes. There is always a graceful pleasure to be found in all the originals, says Dionisius Halicarnessensis {…}, the copied pieces on the other hand, as competently expressed as they may be, tend to show by one element or another that is too cultivated, to not be originating from nature. […]

The Dutch terms afteykeningh, uytdrucksel, afsetsel, naemaecksel and naemaelsel, all referring to a copy after the original, are difficult to translate directly to English. I have chosen to use a descriptive translation, which should only serve the user as a suggestion. [MO]

afdrucksel · afsetsel · naemaelsel · naemaecksel · copij

1 quotations

Quotation

Car ces choses qui y doivent ainsi bien faire paroistre leur relief & tournant, & sembler bien perduës & meslées ensemble dans une union & Couleur des airs qui les environnent, & le tout franchement fait, semblent plustost en quelque sorte plattes, & les Couleurs Teintes & Ombres distinctes & separées les unes des autres, comme des pieces de diverses Couleurs rapportées ou cousuës ensemble, & le tout semblant attaché au fonds, & finalement tout le reste du travail sentant sa peine & sueur, ou pour mieux dire son incertitude.


Other conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → perspective
EFFET PICTURAL → qualité des couleurs

1 quotations

Quotation

Les Ouvrages de Peinture qui sont faits d’une maniere libre ou franche, & en quelque sorte artistement touchée ou pratiquée à coups de pointe de pinceau, sont assez difficiles à imiter, en sorte qu’on ne connoisse en eux la peine qu’a euë le Copiste en les imitant ; De plus, il voit aussi en son Original, qu’un seul coup de pinceau a fait ce qu’il à bien peine de faire en cent, & qu’une partie de la cause vient, qu’il ne peut avoir aux occasions des pinceaux semblables à ceux dont lon s’est servy ;  [...]
Or ces choses ainsi executées, donnent bien du travail à celuy qui les veut imiter, le mesme est des autres menuës parties, comme des touches ou coups de pinceau, qui forment celles qui composent une figure humaine ou animale, ainsi que les sourcils, yeux, nez, bouches, oreilles, mains, pieds, & autres telles parties, où il se rencontre d’exprimer entre des tournans & concavitez ou les ombres se cachent, & celles qui sont accompagnées de poils ; Car elles se doivent representer artistement touchées, & de sorte que ce ne soit point par des coups de pinceau, dont le Contour de la touche d’iceluy paroisse tranché ou coupé net, comme est d’ordinaire celuy d’un trait de plume, ou lors que lon veut imiter par la Peinture des corps ou objets faits de pierre, & principalement de celles qui sont tres-dures : [...]


Other conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → touche
MANIÈRE ET STYLE → le faire et la main

2 quotations

Quotation

[…] J’entendis là de jeunes écervelés vanter leurs ouvrages, & se donner de l’encens avec une arrogance que j’eus peine à suporter. L’un couroit çà & là, montrant avec ostentation un ouvrage digne de risée, l’autre méprisoit son voisin, & se vantoit d’avoir seul la veritable science de la Peinture : Je vis même avec douleur des laquais & des faquins s’ériger en Censeurs, prendre la qualité de Maistres-Peintres, & mépriser avec une insolence enragée, les Raphaëls, les Poussins & leurs semblables, & proposer pour deffi leurs effroyables barboüilleries, entre lesquelles un de ces Cacopeintres tardif & fantasque au possible s’écria tout d’un coup : Laissez, Messieurs, ces ignorans, & si vous voulez voir des Tableaux dignes de votre estime, considerez ceux-cy tous de mon invention, dans lesquels vous trouverez je m’asseure, autant de sujets d’admiration que de figures ; je ne doute pas que plusieurs de mes competiteurs n’y portent envie, mais je sçay bien que tres-peu les pourroient imiter.

Quotation

bien adoucie, & aussi bien faite, que si Nature l’avoit elle-même façonnée de ses mains.
A peine notre écrivain pouvoit suivre ce beau Hableur, tant il parloit avec chaleur & empressement, faisant remarquer dans ses ridicules barboüilleries, cent autres beautés chimériques, avec des termes si extravagans, & des postures si grotesques, que je creus qu’il devenoit fol ; je vous avouë que j’en eus peur, & que je m’en fuis aussitost, les laissant dire & écrire tout ce qu’ils voulurent.

Restout évoque ici la manière de parler de la peinture pour la présenter au public et critique l’utilisation d’un vocabulaire extravagant faisant allusion aux sens

beauté chimérique


Other conceptual field(s)

L’ARTISTE → qualités

2 quotations

Quotation

La face de la Vierge [ndr : peinte par Nicolas Poussin] invite le Chrestien
D’admirer de son corps le pudique maintien ;
Puis que ce rare ouvrier l’a mise avec aisance,
Sans que rien soit forcé, dedans la bien-seance.
Le manteau qu’elle porte a droit de nous charmer ;
Non parce qu’il paroist coloré d’Outremer,
Ma d’autant que les plis sont faits avec adresse,
Et font voir tout à coup, la force et la tendresse.
Certes c’est un chef-d’œuvre, et ce chef-d’œuvre est tel
Qu’il merite à bon droit qu’on l’ait mis sur l’Autel ;
Il n’est point de Tableau, qui d’abord ne luy cede
Et les beautés de cent luy tout seul les possede.


Other conceptual field(s)

CONCEPTS ESTHETIQUES → beauté, grâce et perfection

Quotation

LE CHEVALIER. Je vous avoue que le tableau de la famille Darius m'a toûjours semblé le chef-d’œuvre de Monsieur le Brun ; & peut-estre que l'honneur qu'il a eu de le peindre sous les yeux du Roy, est cause qu'il s'y est surpassé luy-mesme ; car il le fit à Fontainebleau, où Sa Majesté prenoit une extreme plaisir tous les jours à le voir travailler.
LE PRESIDENT. Quoy donc le saint Michel & la sainte famille que nous venons de voir, ne seront pas comparables aux tableaux de Monsieur le Brun.
L’ABBE. Je serois bien faschée d'avoir avancé une telle proposition, ce sont deux chef-d'œuvres incomparables, & qui surpassent comme je l'ay déja dit, tout ce que l'Italie a de plus beau. Il y a quelque chose de si grand & de si noble dans l'attitude & dans l'air de teste du saint Michel ; la correction du dessein y est si juste, & le mélange des couleurs si parfait, que ce qui peut y estre desiré comme un peu moins de force dans l'extremité des parties ombrées, n’empesche pas qu'il ne soit le premier tableau du monde, à moins qu'on ne luy fasse disputer ce rang par le tableau de la sainte Famille.

LE PRESIDENT. Vous passez donc condamnation pour ces deux tableaux ; & voila le siecle de Raphaël au dessus du nôtre.
L' ABBE. Cela ne conclut pas.


Other conceptual field(s)

SPECTATEUR → jugement
CONCEPTS ESTHETIQUES → beauté, grâce et perfection

2 quotations

Quotation

[...] il est comme impossible qu’un Coppiste tant bon soit-il, puisse faire passer aux clairs-voyants, sa Coppie pour l’Original, principalement lors que ledit Original luy est opposé ou present. 
Et d’autant qu’il est assez ordinaire à plusieurs non Praticiens, d’alleguer qu’un bon Peintre pourroit bien faire une Coppie sur un mauvais Original ; A cela je respons, Qu’un tel Peintre ne s’adonne pas d’ordinaire a Coppier des choses moindres que ce qu’il peut faire d’Invention ; Et supposé qu’il le voulust, cela se remarqueroit ou discerneroit aussi par les Clairs-voyans, & si au contraire il y adjoustoit du sien tant au dessein qu’au Colory, en ce cas, sa Coppie tiendroit en quelque sorte lieu d’Original de sa main. 

Quotation

Je sçay bien qu’il y a des Couleurs & des huiles, qui font que le Temps opere en quelque sorte sur icelles, mais neantmoins ceux qui ont les yeux un peu clairs-voyans, discernent bien que cela n’est pas de la mesme Teinte, de celle desdits Originaux ; [...]


Other conceptual field(s)

SPECTATEUR → perception et regard

1 quotations

Quotation

Le Titian a fait d’excellens Ouvrages suivant l’election de ses Originaux ou modelles, tant pour ce qui est du dessein, que principalement de la maniere de Peindre, dont le Colory est si beau, si vif, & si frais, en un mot tellement de chair, qu’il est comme inimitable aux Copistes


Other conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → qualité des couleurs

4 quotations

Quotation

Il y a des Copies qui ne se peuvent gueres remarquer telles, que par des Praticiens bien versez en cette connoissance, à cause qu’elles auront esté executées par de bons Copistes, & dans le mesme temps des Originaux, & qui mesme les aura retouchez en divers endroits.


Other conceptual field(s)

SPECTATEUR → connaissance

Quotation

La connoissance des desseins consiste en trois points principaux, le premier est de sçavoir si un dessein est bon ou mauvais ; on cherche ensuite le nom & l’école d’un maître ; & en troisième lieu, si un dessein est original ou copie.
Il est presqu’impossible de distinguer le bon & le mauvais d’un ouvrage, & de justifier le jugement qu’on en aura porté, à moins qu’on n’ait acquis la connoissance des principes de la peinture. Par d’heureuses comparaisons, par une pénétration d’esprit, par une forte inclination, on se forme un grand goût, & une juste idée du vrai beau. L’habile peintre jugera mieux que l’amateur de ce qui est bon dans un ouvrage ; rempli des règles de son art qu’il pratique continuellement, il doit mieux les sentir dans un dessein. Si cet amateur (b) cependant, joint à l’amour qu’il a pour la peinture, quelque pratique en cet art, s’il a fait l’étude & les reflexions necessaires pour discerner ce vrai beau, il pourra s’y connoître aussi bien que l’artiste. Toute la difference qu’il y a entr’eux, c’est que le premier connoît le beau & le sçait faire, au lieu que le second ne sçait que le connoître.
(b)
Ut vero imperitiores frequenter admirations quadam artis afficiantur, soli tamen artifices possunt cama cri exploratoquè judicio percensere. Artifices hîc intellige non eos tantum qui ex quotidiano harum artium usu questum faciumt, verum etiam qui ad delicatissimarum artium examen afferunt judicion longâ preparatione subactum. Junius de pictura veterum. Lib. I. cap. 5. p. 34. [...] Le second point consiste à distinguer le nom & l’école de chaque maître, l’amateur en ceci vaut mieux que l’homme du métier ; ces deux connoissances tiennent plus de l’histoire de la peinture que de la pratique de la main ; elles sont le fruit d’une grande application pour distinguer les differentes écoles & la varieté des manieres ; à force d’examiner & de confronter quantité de desseins de la même main on se fait une habitude, une idée nette & distincte du caractere & de la pratique de chaque peintre, on se la rend familiere ; si elle ressemble en quelque partie à celle d’un autre maître, elle est toujours differente en quelque chose, & cela suffit, les estampes gravées d’après les peintres en font encore connoître le goût. Une heureuse mémoire, un esprit net pour retenir toutes ces pratiques differentes, sans les confondre, y est absolument necessaire.

Quotation

L’originalité est le troisième point essentiel à la connoissance des desseins. Cette originalité n’est pas souvent bien aisée à constater. Pour juger si un dessein est original ou copie, il faut du discernement, de la pénétration, de la finesse d’esprit, une grande pratique, & une notion des principes de l’art moins (c) grande cependant que pour les tableaux.
(c) Quoiqu’un tableau terminé dise tout & ne laisse ordinairement rien a y ajoûter, qu’au contraire un dessein esquissé oblige d’y deviner plusieurs choses, il faut convenir qu’un tableau renfermant plus de parties de la peinture, demande aussi plus de connoissances.


Other conceptual field(s)

SPECTATEUR → connaissance
SPECTATEUR → jugement

Quotation

Ce que l’on vient de dire au sujet des desseins des grands maîtres, se peut aisément appliquer à la connoissance des tableaux. Il s’agit toujours de juger de la bonté d’un ouvrage, du goût naturel des écoles, du nom du maître & de l’originalité. Il suffit de substituer au mot de dessein, celui de tableau, & au lieu des différens crayons & des hachures de la plume, entendre le maniment du pinceau & le goût de la couleur.


Other conceptual field(s)

SPECTATEUR → connaissance
SPECTATEUR → jugement
MANIÈRE ET STYLE → le faire et la main

1 quotations

Quotation

Ainsi lon peut juger, que tous les bons Praticiens qui se sont appliquez ou adonnez à esplucher toutes ces particularitez [ndr : à propos de la façon de distinguer les copies des originaux], peuvent estre les plus entendus à discerner toutes ces diverses manieres, & distinctions d’Originaux & Copies, & de plus les bonnes d’avec les mauvaises ; & aussi qu’il est facile de juger que c’est par le moyen de tels connoissans, que les Curieux non Praticiens, peuvent avoir esté & estre instruits à faire la distinction de toutes ces diverses choses.


Other conceptual field(s)

SPECTATEUR → connaissance
SPECTATEUR → jugement

1 quotations

Quotation

CONSERVÉ, CONSERVATION. 
On dit un tableau, un dessein bien
conservé : ce mot s’explique de lui-même. On dit aussi un dessein d’une grande conservation, c’est-à-dire, bien entier, bien conservé.

1 quotations

Quotation

J'ajouterai encore une consideration touchant les ouvrages qui ne demandent pas beaucoup d'invention, c'est que les faussaires en peinture les contrefont bien plus aisément qu'ils ne peuvent contrefaire les ouvrages où toute l'imagination de l'Artisan a eu lieu de se déploïer. Les faiseurs de Pastiches, ce sont ces tableaux peints dans la maniere d'un grand Artisan, & qu'on expose sous son nom, bien qu'il ne les ait jamais vus ; les faiseurs de Pastiches, dis-je, ne sçauroient contrefaire l'ordonnance, ni le coloris, ni l'expression des grands Maîtres. On imite la main d'un autre, mais on n'imite pas de même, pour parler ainsi, son esprit, & l'on n'apprend point à penser comme un autre, ainsi qu'on peut apprendre à prononcer comme lui.
Le Peintre médiocre qui voudroit contrefaire une grande composition du Dominiquin ou de Rubens, ne sçauroit nous en imposer plus que celui qui voudroit faire un Pastiche sous le nom du Georgeon ou du Titien. Il faudroit avoir un génie presque égal à celui du Peintre qu'on veut contrefaire, pour réussir à faire prendre notre ouvrage pour être de ce Peintre. On ne sçauroit donc contrefaire le génie des grands hommes, mais on réussit quelquefois à contrefaire leur main, c'est-à-dire, leur maniere de coucher la couleur & de tirer les traits, les airs de tête qu'ils répetoient & ce qui pouvoit être de vicieux dans leur pratique. Il est plus facile d'imiter les défauts des hommes que leurs perfections. Par exemple, on reproche au Guide d'avoir fait ses têtes trop plates. Ses têtes manquent souvent de rondeur, parce que leurs parties ne se détachent point & ne s'élevent pas assez l'une sur l'autre. Il suffit donc, pour lui ressembler en cela, de se négliger & de ne point se donner la peine de pratiquer ce que l'art enseigne à faire pour donner de la rondeur à ses têtes.


Other conceptual field(s)

L’ARTISTE → qualités

17 quotations

Quotation

Mais son principal usage [ndr : la peinture] n’est pas seulement en de semblables observations, ny, comme dit Aristote {L. 8. Polit. c. 3.}, à donner une si parfaite connoissance des tableaus qu’on n’y puisse jamais estre trompé, soit pour la main ou la maniere des grands maistres, soit pour le fin discernement des copies d’avec les originaux, soit pour le prix qui depend presque tousjours de la fantaisie.


Other conceptual field(s)

SPECTATEUR → jugement

Quotation

[...] il est comme impossible qu’un Coppiste tant bon soit-il, puisse faire passer aux clairs-voyants, sa Coppie pour l’Original, principalement lors que ledit Original luy est opposé ou present. 
Et d’autant qu’il est assez ordinaire à plusieurs non Praticiens, d’alleguer qu’un bon Peintre pourroit bien faire une Coppie sur un mauvais Original ; A cela je respons, Qu’un tel Peintre ne s’adonne pas d’ordinaire a Coppier des choses moindres que ce qu’il peut faire d’Invention ; Et supposé qu’il le voulust, cela se remarqueroit ou discerneroit aussi par les Clairs-voyans, & si au contraire il y adjoustoit du sien tant au dessein qu’au Colory, en ce cas, sa Coppie tiendroit en quelque sorte lieu d’Original de sa main. 

Quotation

Sur chacun de ces Originaux, il s’en peut faire diverses Copies, les unes par de plus excellens Copistes que les autres, & par ainsi meilleures l’une que l’autre, & pareillement des Copies sur ces premieres, & ainsi successivement Copies sur Copies.

Quotation

Or, comme le Peintre qui imite le Naturel, ne vient jamais à la mesme perfection d’iceluy ; ainsi le Copiste ne rend jamais sa Copie à la perfection de son Original.
Ceux qui font leurs Ouvrages d’apres le relief ou Naturel, & aussi par les regles, taschent de faire paroistre de relief le
relief, tendre le tendre, dur le dur, molet le molet, & ainsi du reste.
Ceux qui Copient lesdits Ouvrages, taschent bien d’en faire le mesme, mais comme le Naturel & relief est d’ordinaire de beaucoup plus parfait que l’ouvrage fait sur iceluy, de mesme l’Original est-il plus parfait & complet en ces choses que sa Copie.

Celuy qui a le don de faire d’invention, & qui a l’œil bon à distinguer la tendresse, mollesse, & l’affoiblissement des profils, contours, ou extremitez tournans, & fuyans, de la masse des corps, & de leurs autres parties, principalement des ronds, & la main & le pinceau libre pour les excecuter ainsi, doit faire un plus grand effort, & en tirer quelque chose de meilleur que le Copiste ; Et encore que ledit Copiste aye des pratiques mecaniques assez certaines, pour prendre sur son Original le Trait ou contour de ces Corps ou Figures, il ne laisse pas bien souvent d’en corrompre une bonne partie, principalement lorsqu’il tasche d’en Peindre & perdre les extremitez ou contours tournans, & en suitte les Eminences, Muscles & autres particularitez ; Car une bonne partie de ce qui fait arrondir, tourner & fuir, ainsi ces contours, est assez difficile à bien pratiquer, dautant qu’il faut estre sçavant & entendu en cette circonstance, & qu’il est rare qu’un Copiste en soit bien instruit, autrement il seroit en quelque sorte capable de faire d’invention, car en la plus part des Copies, au lieu que les corps imitans le relief doivent paroistre tels, ils sont comme s’ils avoient esté applatis ou mis en presse, & pour parler en terme comme s’ils estoient en un mesme plan.


Other conceptual field(s)

CONCEPTS ESTHETIQUES → nature, imitation et vrai

Quotation

Il se rencontre aussi que plusieurs qui Copient d’apres le naturel ou de ressouvenir, ne sachans point ces particularitez, ne font pas faire tout l’effect desiré sur cela, leurs yeux n’estans pas d’ordinaire si bons pour les bien discerner, le mesme font divers Copistes encore que leurs Originaux ou Patrons expriment bien en quelque façon ces choses ; davantage il est comme impossible que l’Art puisse de tout point imiter la nature, le mesme arrive aux Copistes, laissant tousjours quantité de perfections à faire en leurs Copies, qui se trouvent en leurs Originaux, de façon que la pluspart des Copies qu’on voit outre ce qui a esté cy-devant dit, lon les reconnoist telles par cette derniere particularité. Car ces choses qui y doivent ainsi bien faire paroistre leur relief & tournant, & sembler bien perduës & meslées ensemble dans une union & Couleur des airs qui les environnent, & le tout franchement fait, semblent plustost en quelque sorte plattes, & les Couleurs Teintes & Ombres distinctes & separées les unes des autres, comme des pieces de diverses Couleurs rapportées ou cousuës ensemble, & le tout semblant attaché au fonds, & finalement tout le reste du travail sentant sa peine & sueur, ou pour mieux dire son incertitude. Or ces choses ainsi mal executées paroissent dures, seiches & tranchées, & c’est ce qui arrive d’ordinaire aux copies ; aux mauvaises davantage, & aux bonnes moins.


Other conceptual field(s)

CONCEPTS ESTHETIQUES → nature, imitation et vrai

Quotation

Pour ceux qui sçavent connoistre un Original, quoy qu’ils n’ayent jamais veu d’autres Ouvrages de celuy qui l’aura fait, il est aisé de croire que la connoissance ne leur peut Venir que par la liberté de l’execution & les belles parties qu’ils trouvent dans lesdits Ouvrages, ce qui leur fait conclure qu’il est fait d’invention ou d’apres Nature ; avec fermeté & sçavoir ; Ainsi on conclud aussi lors qu’on reconnoist un Ouvrage estre fait avec peine, & comme d’une main tremblante & incertaine, & à plusieurs autres choses, que c’est une Copie.


Other conceptual field(s)

SPECTATEUR → connaissance
MANIÈRE ET STYLE → le faire et la main

Quotation

Touchant la distinction des Originaux & Copies.
Chacun sçait, que des Ouvrages qui sont faits par d’Excellens Peintres, & selon leur Goust ou volonté, une bonne partie doit paroistre aux yeux de ceux qui les considerent, bien raisonnablement, librement, & franchement executée ; Et au contraire en ceux qui sont faits de sujettion ainsi que les Copies, lon y remarque l’incertitude, la peine & la sueur, qu’a eu leur Autheur en les faisant. 

Quotation

Il y a des Copies qui ne se peuvent gueres remarquer telles, que par des Praticiens bien versez en cette connoissance, à cause qu’elles auront esté executées par de bons Copistes, & dans le mesme temps des Originaux, & qui mesme les aura retouchez en divers endroits.


Other conceptual field(s)

SPECTATEUR → connaissance

Quotation

Et touchant la distinction des Copies de toutes les Stampes Originales, il faut avouër qu’elles sont bien plus faciles à bien imiter ou copier, que les Tableaux, quand ce ne seroit qu’à cause que les traits ou hacheures des unes & des autres se sont faites & se font par des Outils nommés Burins, qui sont tous en quelque sorte de pareille forme, & que pour faire un trait ou hacheure grosse & déliée, il n’y a qu’à plus ou moins faire entrer ou enfoncer dans le Cuivre lesdits Burins, qui est quasi la mesme chose que d’imiter une escriture.


Other conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure
PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition de la gravure

Quotation

[...] Mais pour les retouchées [ndr : les estampes retouchées] elles sont beaucoup moins estimées ; puis les Copies encore moins, chacune suivant qu’elles sont, plus ou moins mal Copiées.


Other conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition de la gravure

Quotation

De là ma curiosité me fist approcher d’une autre troupe, que je vis attentive à considérer de fort prés quelques Tableaux du Bassan, que les uns vouloient estre originaux, les autres copies seulement ; sur quoy je croy qu’ils en fussent venus aux mains, si un grand Seigneur chef de cette troupe ne les eust accordés ; car en regardant ces Tableaux par derriere, & disant qu’il les croyoit originaux, parce qu’ils estoient peints sur de la toile d’Italie, il termina tout le different.

Question de la distinction entre un original et une copie. Restout critique la méthode d’identification d’un tableau qui consiste à regarder l’origine de la toile

Quotation

Il y a pourtant quelque distinction parmi les Peintres : ce qui est tres-raisonnable : car ceux qui travaillent d'histoire tiennent le premier rang, les Portraitistes suivent aprés, les Païsagistes, & ceux qui font des fleurs & de fruits, sont les derniers, de tous. Il y a encore de simples Copistes : De là vient la grande diference qu'on fait des originaux d'avec les copies : parce que le prix d'un original se prend de la science, & de la réputation du Peintre, & souvent il est extraordinaire. Au contraire le prix des copies s'estime par le tems qu'il a falu pour le faire, autant que par l'industrie du Copiste.

original

Quotation

On sçait que plusieurs Peintres se sont trompez sur leurs propres ouvrages, & qu'ils ont pris quelquefois une copie pour l'original qu'eux-mêmes ils avoient peint. Vasari raconte, comme témoin oculaire, que Jules Romain, après avoir fait lui-même la draperie dans un tableau que peignoit Raphaël, reconnut pour son original la copie qu'André Del Sarte avoit faite de ce tableau.

407


Quotation

Il est incontestable qu'il y a des marques certaines pour établir l'originalité ; un dessein peiné, fait lourdement, incorrect, sans esprit & sans touche, est sûrement une copie.


Other conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → qualité du dessin

Quotation

Les premieres pensées, les esquisses faites d’un trait de plume ou de crayon, par la franchise de la main peuvent être regardées comme originales ; les Italiens les appellent Macchia. Ces traits simples & francs sont difficiles à imiter ; ils sont si spirituels, qu’il manque toujours quelque chose aux copies que l’on en fait, il y a un certain mélange de manieres qui en fait connoître la fausseté ; c’est ce qu’on observe dans les desseins supposés du Guerchin & de Rembrant.
La franchise de la main & la correction d’un dessein ne sont pas les seules marques de son originalité ; on y doit y trouver une belle touche, beaucoup d’esprit, du feu, & certains coups de maître jettés au hazard, qui se manifestent rarement dans des copies, dont la froideur glace le spectateur attentif.


Other conceptual field(s)

MANIÈRE ET STYLE → le faire et la main
EFFET PICTURAL → qualité du dessin

Quotation

Voici l’article le plus essentiel de la connoissance des tableaux ; c’est la distinction des copies d’avec les originaux. On peut envisager six sortes de copies : les copies serviles, les copies faciles qui ne sont pas fidèles, les copies fidèles, les copies un peu retouchées du maître, les copies entierement retouchées du maître, & celles qui sont toutes de sa main.
Les copies faites servilement & d’une main lourde & appésantie, quoique fidèles, paroissent telles aux yeux de tout le monde : il n’est pas difficile de se garantir contre leur incorrection, leur mauvais goût, & le froid qui y est répandu.
Les copies faciles, mais qui ne sont pas suivies fidèlement, par les traits de feu qui seront échappés au peintre, qui souvent dans l’exécution a conservé sa manière ordinaire, portent avec elles des preuves manifestes de leur fausseté ; les deux manieres ne se peuvent méconnoître, elles forment un ouvrage composé, c’est ce qu’on remarque dans les copies de Raphaël faites par Rubens.
Les copies fidéles qui partent d’une main facile & légére sont plus embarrassantes, & demandent une vraie connoissance. L’élégance de la touche d’un maître, sa vraie manière qu’il faut sçavoir par cœur, un certain esprit qui peut y manquer, doit vous conduire à décider ; celui qui a fait la copie y a sûrement mis du sien & cela suffit.
Les copies faites dans l’école d’un maître, & sous sa conduite ne sont pas les plus mauvaises. Ordinairement ils les retouchent en quelques endroits essentiels. Alors ces mêmes endroits font reconnoître le tableau pour ce qu’il est. Ce sont les copies les plus aisées à distinguer, elles se manifestent pas des touches élégantes qui brillent à travers le reste du tableau, & qui par la comparaison en devient plus froid.
Les copies entierement retouchées par le maître doivent être regardées comme de seconds originaux, moins beaux à la vérité que s’ils étoient entierement de sa main ; c’est ainsi que travailloient le Titien, les Bassan, Paul Veronese, Rubens, Vandick, Vouët & la plûpart des grands peintres. Lorsque plusieurs personnes leur demandent des copies d’un de leurs tableaux qui leur plaît, ils les font faire par leurs meilleurs éléves, ils les conduisent dans l’exécution, & comme ces copies sont faites dans leur attelier, ils les repassent par tout & souvent les repeignent entierement ; de cette manière l’ouvrage de l’éléve est tout recouvert, & comme on n’en apperçoit aucun vestige, il n’est pas aisé de décider la question. Ces copies alors ne servent au maître que comme des tableaux ébauchés qu’il veut terminer. Si l’on pouvoit confronter ces belles copies avec les premiers originaux, il n’y a aucun doute que ces derniers ne l’emportassent sur les autres.

Il y a encore des copies plus parfaites que ces dernieres, ce sont celles qui sont entierement faites de la main du maître, alors il n’est pas possible de les distinguer, le maître seul peut en décider s’il est vivant, ce sont de seconds originaux dont ne peut juger que par comparaison.
Il est certain que dans une confrontation, les premiers originaux se distingueront par beaucoup plus de délicatesse, plus d’esprit, plus de finesse, une touche plus franche dans les contours & dans la premiere ébauche dont on entrevoit toujours quelque chose, en un mot un certain je ne sçai quoi qu’on apperçoit & où le maître ne peut jamais revenir du second coup. Hyacinthe Rigaud, par exemple, a fait de nos jours tout de sa main de celles copies des grands portraits de Louis XIV & de Philippe V qui sans contredit sont de seconds originaux, mais moins précieux que les premiers.
Les copies faites d’après d’autres copies que l’on nomme ici copies de copies, ne doivent trouver ici aucune place : on sent bien de quelle valeur peut être un ouvrage fait d’après un médiocre, ouvrage dont tout le mérite consiste à avoir bien imité les défauts d’un autre, & à les reproduire.
On ne doit point oublier ici les sujets répétés qui ne sont point des copies, & qui ne laissent pas d’être originaux. Souvent on demande à un maître qu’il recommence le même sujet sans y rien changer ; alors ce second tableau est original & pourra fort embarrasser le meilleur connoisseur. Il y a trois crucifix de Michel-Ange qui existent, l’un à Florence chez le Grand Duc, l’autre à Rome chez le Prince Borghese, & le troisiéme à Naples chez le Prieur des Chartreux. Comment juger de ces trois tableaux éloignés chacun de cinquante lieuës, comment les pouvoir comparer ?

Original

Quotation

COPIE. On appelle copie, l’imitation d’un tableau original. Il n’est pas toujours aisé de distinguer la copie de l’original. André Delsarte copia un tableau de Raphael qui trompa Jule Romain lui-même, qui avoit travaillé à ce tableau.

2 quotations

Quotation

{To distinguish Principall from Copies.} Generally, in Originalls, the Colours become often vaded, and, in many, much changed ; the Piece in time grown crusty, and often peeles by ill usage. Yet you shall find the Lightnings bold strong, and high ; the shadowes deep and gracefull.
Their
Copies ; if well counterfeit, the workeman must alter the manner of his Colours by a mixt tempering ; otherwayes then the Modern Naturall way of Painting admits. To do this well, he may be lesse excellent in the Precepts of Painting, and yet in this way of working, out Master, a better Artizan ; […].
{How to judge of them} To judge of them with facility ;
Originalls have a Natural force of Grace Rising ; Copies seems to have, only an imperfect, and borrowed comlinesse ; and if you stay to judge of them, thought they seem so, to the sight of Imitation, yet it proceeds not out of a Naturall Genius in the Workeman.
{By distinction} An Imitator, does never come neer the first Author, (unless by excellent modern Masters own working) a
similitude ever more, comes short of that truth, which is in the Things themselves : The Copier being forced to accomodate himself, to another mans intent.

Quotation

To know whether a Picture, or Drawing be of the Hand of such a Master, or After him One must be so well acquainted with the Hand of that Master as to be able to distinguish what is Genuine, from what is not so ; The Best Counterfeiter of Hands cannot do it so well as to deceive a good Connoisseur ; the Handling, the Colouring, the Drawing the Airs of Heads, Some, nay All of these discover the Author ; More, or Less Easily however as the Manner of the Master happens to be ; What is highly Finished (for Example) is more easily Imitated than what is Loose, and Free.
‘tis impossible for any one to transform himself imediatly, and become exactly Another Man ; a hand that has been always moving in a certain manner cannot at Once, or by a few Occasional Essays get into a different kind of motion, and be as Perfect at it as he that practices it continually : ‘tis the same in Colouring, and Drawing ; they are as impossible to be Counterfeited as the Handling : Every Man will Naturally, and Unavoidably mix Somthing of Himself in all he does if he Coppies with any degree of Liberty : If he attemps to follow his Original Servilely, and Exactly, That cannot but have a Stiffness which will easily distinguish what is So done from what is perform’d Naturaly, Easily, and without Restraint.
I have perhaps one of the greatest Curiosities of This kind that can be seen, because I have both the Coppy, and the Original ; both are of Great Masters, the Coppier was moreover the Disciple of him he endeavour’d to Imitate, and had Accustom’d himself to do so, for I have several Instances of it, which I am very certain of tho’ I have not seen the Originals.

Counterfeiter

3 quotations

Quotation

Dans l’Allemagne du temps de l’Empereur Rodolphe, il y a eu des Sadelers, Gille, Jean, & Raphaël,  tous trois bons Graveurs, lesquels ont fait de si beaux Ouvrages, qu’il reste un regret en les voyans, qu’ils n’ayent esté du temps de Raphaël d’Urbin, car ils estoient à mon sens tres-capables de copier ou imiter ponctuellement toutes sortes de manieres, & d’exprimer és Tableaux la pluspart des tendresses du Colory, & aussi avec grande justesse & Art, les testes, pieds, mains, & autres petites parties qui y sont comprises, tesmoins de Jean & de Raphaël en ce qu’ils ont executé d’après M. de Vos, le Bassan & autres ; [...] & quantité d’autres [ndr : d’autres graveurs], lesquelles on peut dire estre merveilleusement bien gravée, & avec grande netteté, jugement & Art.


Other conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition de la gravure

Quotation

[…] Un autre enfin me dît d’un air, qui marquoit du déplaisir, qu’il avoit esté nouri dés ses plus tendres années dans la boutique d’un pauvre Peintre, où il n’avoit jamais entendu parler des choses necessaires, pour acquerir la moindre connoissance de la Peinture, & qu’il avoit passé sa jeunesse dans l’abus dont on l’avoit prevenu, que pour estre Peintre, il ne falloit qu’un peu connoistre les couleurs, & les appliquer sans raisonnement sur une toile, & que sa derniere perfection consistoit à copier quelque méchante Estampe, à faire des couleurs luisantes & bien polies, enfin qu’il ne falloit pas plus de science & d’étude pour estre Peintre, que pour estre Cordonnier, ou Tailleur d’habits, & qu’ainsi il se voyoit avec douleur reduit à la honteuse necessité de demeurer dans l’ignorance & l’erreur, s’il ne trouvoit bientost quelque favorable occasion de reprendre le bon chemin.

Quotation

Pour copier avec profit les manieres qui ont approché le plus près de la Nature, comme sont celles de Titien & de Vandeik, il faut en copiant s’imaginer que leurs Tableaux sont la Nature ; les regarder d’un peu de loin dans cette intention, & dire en soi-même : De quelle couleur, & de quelle teinte me servirois-je pour un tel endroit ; puis s’approcher du Tableau, & voir si on auroit bien ou mal rencontré, & se faire ensuite comme une loi des choses que nous aurions découvertes, & que nous ne pratiquions auparavant qu’avec incertitude.


Other conceptual field(s)

GENRES PICTURAUX → portrait
MANIÈRE ET STYLE → le faire et la main
EFFET PICTURAL → qualité des couleurs

5 quotations

Quotation

Le Titian a fait d’excellens Ouvrages suivant l’election de ses Originaux ou modelles, tant pour ce qui est du dessein, que principalement de la maniere de Peindre, dont le Colory est si beau, si vif, & si frais, en un mot tellement de chair, qu’il est comme inimitable aux Copistes


Other conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → qualité des couleurs

Quotation

Or, comme le Peintre qui imite le Naturel, ne vient jamais à la mesme perfection d’iceluy ; ainsi le Copiste ne rend jamais sa Copie à la perfection de son Original.
Ceux qui font leurs Ouvrages d’apres le relief ou Naturel, & aussi par les regles, taschent de faire paroistre de relief le
relief, tendre le tendre, dur le dur, molet le molet, & ainsi du reste.
Ceux qui Copient lesdits Ouvrages, taschent bien d’en faire le mesme, mais comme le Naturel & relief est d’ordinaire de beaucoup plus parfait que l’ouvrage fait sur iceluy, de mesme l’Original est-il plus parfait & complet en ces choses que sa Copie.

Celuy qui a le don de faire d’invention, & qui a l’œil bon à distinguer la tendresse, mollesse, & l’affoiblissement des profils, contours, ou extremitez tournans, & fuyans, de la masse des corps, & de leurs autres parties, principalement des ronds, & la main & le pinceau libre pour les excecuter ainsi, doit faire un plus grand effort, & en tirer quelque chose de meilleur que le Copiste ; Et encore que ledit Copiste aye des pratiques mecaniques assez certaines, pour prendre sur son Original le Trait ou contour de ces Corps ou Figures, il ne laisse pas bien souvent d’en corrompre une bonne partie, principalement lorsqu’il tasche d’en Peindre & perdre les extremitez ou contours tournans, & en suitte les Eminences, Muscles & autres particularitez ; Car une bonne partie de ce qui fait arrondir, tourner & fuir, ainsi ces contours, est assez difficile à bien pratiquer, dautant qu’il faut estre sçavant & entendu en cette circonstance, & qu’il est rare qu’un Copiste en soit bien instruit, autrement il seroit en quelque sorte capable de faire d’invention, car en la plus part des Copies, au lieu que les corps imitans le relief doivent paroistre tels, ils sont comme s’ils avoient esté applatis ou mis en presse, & pour parler en terme comme s’ils estoient en un mesme plan.


Other conceptual field(s)

L’ARTISTE → qualités

Quotation

[...] Ainsi lors que l’Ouvrage d’un Peintre qui est imité sur des corps humains, soit vivans, soit morts, quoy que Coloriez, paroissent tels, c’est manque d’avoir fait reflexion à ces choses, & qu’il faut pour bien faire que la chair paroisse chair, la pierre pierre, le bois bois, & ainsi semblablement toutes les autres matieres ; Or comme la pluspart des Copistes n’ont pas fait toutes ses remarques, & mesme qu’il y en a qui ne se sont que tres-peu adonnez à faire d’invention ou imiter le naturel, ils n’expriment pas bien ces choses, quoy qu’ils les voyent toutes faites sur la pluspart de leurs Originaux. Il se rencontre aussi que plusieurs qui Copient d’apres le naturel ou de ressouvenir, ne sachans point ces particularitez, ne font pas faire tout l’effect desiré sur cela, leurs yeux n’estans pas d’ordinaire si bons pour les bien discerner, le mesme font divers Copistes encore que leurs Originaux ou Patrons expriment bien en quelque façon ces choses ; davantage il est comme impossible que l’Art puisse de tout point imiter la nature, le mesme arrive aux Copistes, laissant tousjours quantité de perfections à faire en leurs Copies, qui se trouvent en leurs Originaux, de façon que la pluspart des Copies qu’on voit outre ce qui a esté cy-devant dit, lon les reconnoist telles par cette derniere particularité. Car ces choses qui y doivent ainsi bien faire paroistre leur relief & tournant, & sembler bien perduës & meslées ensemble dans une union & Couleur des airs qui les environnent, & le tout franchement fait, semblent plustost en quelque sorte plattes, & les Couleurs Teintes & Ombres distinctes & separées les unes des autres, comme des pieces de diverses Couleurs rapportées ou cousuës ensemble, & le tout semblant attaché au fonds, & finalement tout le reste du travail sentant sa peine & sueur, ou pour mieux dire son incertitude. Or ces choses ainsi mal executées paroissent dures, seiches & tranchées, & c’est ce qui arrive d’ordinaire aux copies ; aux mauvaises davantage, & aux bonnes moins.


Other conceptual field(s)

SPECTATEUR → perception et regard
L’ARTISTE → qualités

Quotation

Toutefois il arrive de toutes ces choses quasi de mesme qu’aux Tableaux, qui est que tant bien soient-elles Copiées, les Copistes n’estant point capables de Desseigner d’Invention, ou du moins de Graver [d’] après des Tableaux ou Desseins lavez, où par consequent les hacheures ne sont pas exprimées, font que leursdites Copies paroissent dures, seiches, & bien souvent plus noires que leurs Originaux, quand mesme ils conteroient le nombre des hacheures ; De plus comme aux Tableaux, les Copistes ont peine de toucher avec Art, les touches qui forment les yeux, nez, bouches, pieds, mains, & autres telles parties ; le mesme arrive ausdits Copistes Graveures, ne les formant point avec art & liberté, ains au contraire avec peine, & par ainsi en corrompent souvent la forme. 
Pour connoistre une Copie d’une Stampe ou Taille Douce Originale, cette seule particularité suffiroit, sans avoir aucune connoissance de l’Art ; qui est de remarquer soit en l’une ou en l’autre, quelque trait ou hacheure, plus grosse ou déliée, ou bien plus pressée ou eslargie en quelque endroit [...].


Other conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition de la gravure
MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure

Quotation

Si cet auteur [ndr : abbé Dubos] avoit eu quelque pratique de la peinture, ou un peu plus de connoissance de cet art, il auroit sçu qu’un coup de pinceau, qu’une seule touche d’arbres dans un tableau découvre son auteur, & que le copiste ne met toujours que trop du sien pour se décéler. Les desseins sont de même, la main se lasse de copier, elle ne peut permettre persévérer long-temps dans la gêne ; elle se permet des traits qui lui sont plus familiers, & que ce sont ces derniers traits qui trahissent l’imitateur, & font découvrir la supercherie.


Other conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → touche
EFFET PICTURAL → qualité du dessin

8 quotations

Quotation

{To distinguish Principall from Copies.} Generally, in Originalls, the Colours become often vaded, and, in many, much changed ; the Piece in time grown crusty, and often peeles by ill usage. Yet you shall find the Lightnings bold strong, and high ; the shadowes deep and gracefull.
Their
Copies ; if well counterfeit, the workeman must alter the manner of his Colours by a mixt tempering ; otherwayes then the Modern Naturall way of Painting admits. To do this well, he may be lesse excellent in the Precepts of Painting, and yet in this way of working, out Master, a better Artizan ; […].
{How to judge of them} To judge of them with facility ;
Originalls have a Natural force of Grace Rising ; Copies seems to have, only an imperfect, and borrowed comlinesse ; and if you stay to judge of them, thought they seem so, to the sight of Imitation, yet it proceeds not out of a Naturall Genius in the Workeman.
{By distinction} An Imitator, does never come neer the first Author, (unless by excellent modern Masters own working) a
similitude ever more, comes short of that truth, which is in the Things themselves : The Copier being forced to accomodate himself, to another mans intent.

Quotation

The foundation of Proportion consists in severall particular figures, by which I would have you enter your Drawings ; as the Circle, Ovall, Square, Trangle, Cilinder : Each of these have their effects. […].
{How to draw by Copyes.} Begin your Example, by a Copie
or Print, of those severall forms of figures ; as the Sun, full-Moon, […].
{Of severall members of the body.} Then, practise by severall members of the body ; in some
Print ; as the Eare, Eye, […].
{Head and shoulders.} The next is by a
Print, or Copy of a Head and shoulders of a Man or Woman, […].

print


Other conceptual field(s)

L’ARTISTE → apprentissage

Quotation

And as the Description of a Picture is a part of the History of the Master, a Copy, or a Print after such a one may be consider’d as a more Exact, and Perfect Description of it than can be given by Words ; These are of great Advantage, in giving us an Idea of the Manner of Think-of that Master, and this in proportion as such a Print, or Copy happens to be. And there is One Advantage which these have in This matter, which even the Works themselves have not ; And that is, In Those commonly their Other Qualities divert, and divide our Attention, and perhaps Sometimes Byass us in their favour throughout ;

Quotation

A Copy is the Repetition of a Work already done when the Artist endeavours to follow That ; As he that Works by Invention, or the Life endeavouring to Coppy Nature, seen, or Conceived makes an Original.
Thus not only That is an Original Painting that is done by Invention, or the Life Imediatly ; but That is so too which is done by a Drawing, or Sketch so done ; That Drawing, or Sketch not being Ultimately intended to be followed, but used only as a help towards the better imitation of Nature, whether Present, or Absent.
And tho’ this Drawing, or Sketch is Thus used by Another hand than that by which ‘tis made, what is so done cannot be said to be a Copy ; the Thought indeed is partly borrowed, but the Work is Original.
For the same reason if a Picture be made after Another, and afterwards gone over by Invention, or the Life, not following That, but endeavouring to improve upon it, it Thus become an Original.
But if a Picture, or Drawing be Coppy’d, and the Manner of Handling be imitated, tho’ with some liberty so as not to follow every Stroak, and Touch it ceases not to be a Coppy ; as that is truly a Translation where the Sence is kept tho’ it be not exactly Literal.

Original

Quotation

There are some Pictures, and Drawings which are neither Coppies, nor Originals, as being partly One, and partly t’other. If in a History, or large Composition, or even a Single Figure, a Face, or more is incerted, Coppied from what has been done from the Life, such Picture is not intirely Original. Neither is that So, nor Intirely Coppy where the Whole Thought is taken, but the Manner of the Coppier used as to the Colouring, and Handling. A Coppy Retouch’d in Some places by Invention, or the Life is of this Æquivocal kind. I have several Drawings first coppied after Old Masters (Guilio Romano for example,) and then Heightned, and endeavour’d to be improved by Rubens ; So far as His hand has gone is therefore Original, the rest remains pure Coppy. But when he has thus wrought upon Original Drawings (of which I have also many Instances,) the Drawing looses not its first Denomination, ‘tis an Original still, made by two several Masters.
The Ideas of Better, and Worse are generally attached to the Terms Original, and Coppy ; and that with good reason ; not only because Coppies are usually made by Inferiour Hands ; but because tho’ he that makees the Coppy is as Good, or even a Better Master than he that made the Original whatever may happen Rarely, and by Accident, Ordinarily the Coppy will fall short : Our Hands cannot reach what our Minds have conceiv’d ; ‘tis God alone whose works answer to his Ideas. In making an Original our Ideas are taken from Nature ; which the Works of Art cannot equal : When we Coppy ‘tis these Defective Works of Art we take our Ideas from ; Those are the utmost we endeavour to arrive at ; and these lower Ideas too our Hands fail of executing perfectly : An Original is the Eccho of the Voice of Nature, a Coppy is the Eccho of that Eccho.

Original

Quotation

Coppies made by a Master after his Own Work are discoverable by being well acquainted with what that Master did when he followed Nature ; These shall have a Spirit, a Freedom, a Naturalness which even He cannot put into what he Coppies from his Own Work, as has been noted already.

Quotation

Of Prints there are two Kinds : Such as are done by the Masters themselves whose Invention the Work is ; and such as are done by Men not pretending to Invent, but only to Coppy (in Their way) Other men’s Works.
The Latter sort of Prints are always profess’d Coppies with respect to the Invention, Composition, Manner of Designing, Grace, and Greatness. But These Prints may be also Coppied as they frequently are, and to know what are So, and what are Orignals is by being well acquainted with the Hands of the Graver, or Etcher, who in This respect are the Masters, as the Painter from whom They Coppied were to them.

Quotation

When a Painter intends to make a History (for example) the way commonly is to design the thing in his Mind, to consider what Figures to bring in, and what they are to Think, Say, or Do ; and then to Sketch upon Paper this Idea of his ; and not only the Invention, but Composition of his intended Picture : This he may alter upon the same Paper, or by making other Sketches, till he is pretty well determin’d as to that ; (and this is that first Sense in which I said the Term Drawing, or Designing was to be understood.) In the next place his Business is to consult the Life, and to make Drawings of particular Figures, or parts of Figures, or of what else he intends to bring into his Work, as he finds necessary ; together also with such Ornaments, or other things of his Invention, as Vases, Frizes, Trophies, &c. till he has brought his Picture to some Perfection on Paper, either in these loose Studies, or in one entire Drawing. This is frequently done, and sometimes these Drawings are finish’d very highly by the Master, either that his Disciples might be able from them to make a greater Progress in the Grand Work, and so leave the less for Himself to do ; or because he made Advantage of such Drawings from the Person who employ’d him, or some other ; and perhaps sometimes for his own Pleasure.
Of these Drawings of all kinds, those great Masters […] made very many ; sometimes several for the same thing, and not only for the same Picture, but for one Figure, or part of a Figure ; and though too many are perish’d, and lost, a considerable Number have escap’d, and been preserved to our Times, some very well, others not, as it has happen’d : And these are exceedingly priz’d by all who understand, and can see their Beauty ; for they are the very Spirit, and Quintessence of the Art ; there we see the Steps the Master took, the Materials with which he made his Finish’d Paintings, which are little other than Copies of these, and frequently (at least in part) by some Other Hand ; but these are undoubtedly altogether his Own and true, and proper Originals.


Other conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition de la peinture

1 quotations

Quotation

To know whether a Picture, or Drawing be of the Hand of such a Master, or After him One must be so well acquainted with the Hand of that Master as to be able to distinguish what is Genuine, from what is not so ; The Best Counterfeiter of Hands cannot do it so well as to deceive a good Connoisseur ; the Handling, the Colouring, the Drawing the Airs of Heads, Some, nay All of these discover the Author ; More, or Less Easily however as the Manner of the Master happens to be ; What is highly Finished (for Example) is more easily Imitated than what is Loose, and Free.
‘tis impossible for any one to transform himself imediatly, and become exactly Another Man ; a hand that has been always moving in a certain manner cannot at Once, or by a few Occasional Essays get into a different kind of motion, and be as Perfect at it as he that practices it continually : ‘tis the same in Colouring, and Drawing ; they are as impossible to be Counterfeited as the Handling : Every Man will Naturally, and Unavoidably mix Somthing of Himself in all he does if he Coppies with any degree of Liberty : If he attemps to follow his Original Servilely, and Exactly, That cannot but have a Stiffness which will easily distinguish what is So done from what is perform’d Naturaly, Easily, and without Restraint.
I have perhaps one of the greatest Curiosities of This kind that can be seen, because I have both the Coppy, and the Original ; both are of Great Masters, the Coppier was moreover the Disciple of him he endeavour’d to Imitate, and had Accustom’d himself to do so, for I have several Instances of it, which I am very certain of tho’ I have not seen the Originals.

copier

2 quotations

Quotation

Raisons des Curieux non Praticiens qui se sont portez ès connaissances desdites manieres & distinctions d’Originaux & Copies.
Ces Curieux-cy trouvent que ce seroit une curiosité tres-imparfaite, d’avoir des Tableaux & ne sçavoir s’ils sont bons ou mauvais, ny qui les peut avoir faits, & qu’il n’y a guere d’assurance de faire acheter de telles choses par autruy, si lon le peut faire soy mesme, à cause qu’il y a des Curieux soy disants connoissants en icelles & mesme des Praticiens qui s’y sont souvent trompez, sans y comprendre ceux qui se meslent de tromper les autres ; de plus qu’il arrive d’ordinaire dans leurs commencements de curiosité desdits Tableaux, qu’ils choisissent ou font choisir, par des personnes qui n’y ont souvent guere plus de connoissances qu’eux ; de sorte qu’en estant advertis, ils prennent resolution de s’en deffaire pour en avoir de meilleurs, desquels il en arrive bien souvent la mesme chose.
Or tout ce que dessus ils ne le disent point seulement des autres, mais aussi d’eux-mesmes qui ne l’ont que trop experimenté ; Ce qui leur a donné lieu de s’instruire en quelque façon sur ces connoissances, & de faire election d’un sçavant Praticien connoissant, & de plus honneste homme, afin qu’il puisse suppleer aux occasions où la connoissance de telles choses passe leurs portées : Mais la conclusion de leurs Sentiments est, qu’ils croyent que la connaissance bien qu’en partie seulement, de la beauté & bonté desdits Tableaux, donne bien plus de contentement que celle de n’avoir que l’agrément à la veuë, par éclat d’un nombre de belles Couleurs.


Other conceptual field(s)

SPECTATEUR → connaissance

Quotation

Ainsi lon peut juger, que tous les bons Praticiens qui se sont appliquez ou adonnez à esplucher toutes ces particularitez [ndr : à propos de la façon de distinguer les copies des originaux], peuvent estre les plus entendus à discerner toutes ces diverses manieres, & distinctions d’Originaux & Copies, & de plus les bonnes d’avec les mauvaises ; & aussi qu’il est facile de juger que c’est par le moyen de tels connoissans, que les Curieux non Praticiens, peuvent avoir esté & estre instruits à faire la distinction de toutes ces diverses choses.


Other conceptual field(s)

SPECTATEUR → connaissance
SPECTATEUR → jugement

1 quotations

Quotation

UN Tableau Original peut estre composé de toutes sortes de Corps visibles de la Nature, ou du moins de la plus grande partie, soit que celuy qui le peut avoir fait, les ait imitez apres le Naturel, ou bien faits de son genie ou invention, tant à veuë d’œil, que par regle de Perspective : Ledit Tableau peut aussi n’estre composé que d’un seul desdits Corps ou Objets, & fait de l’une ou de l’autre de ces deux sortes de pratique, soit à veuë