CURIEUX (n. m.)

CURIOS (deu.) · LIEFHEBBER (nld.)
TERM USED IN EARLY TRANSLATIONS
LIEFHEBBER (nld.) · VIRTUOSO (ita.)
CÉSAR, Flore, « AMATEUR, CONNAISSEUR, CURIEUX », dans HECK, Michèle-Caroline (éd.), LexArt. Les mots de la peinture (France, Allemagne, Angleterre, Pays-Bas, 1600-1750) [édition anglaise, 2018], Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2018, p. 40-48.
GIBSON-WOOD, Carol, Studies in the Theory of Connoisseurship from Vasari to Morelli, New York, Garland, 1988.
GRIENER, Pascal, La République de l'œil. L'Expérience de l'art au siècle des Lumières, Paris, Odile Jacob, 2010.
GRIVEL, Marianne, « L’amateur d’estampe en France aux XVIe et XVIIe siècles », dans BARBIER, Frédéric (éd.), Le livre et l’historien. Études offertes en l’honneur du professeur Henri-Jean Martin, Genève, Droz, 1997, p. 215-228.
GUICHARD, Charlotte, Les amateurs d'art à Paris au XVIIIe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2008.
MICHEL, Christian et MAGNUSSON, Carl (éd.), Penser l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : théorie, critique, philosophie, histoire, Actes du colloque de Lausanne, Paris et Rome, Paris, Somogy, 2013.
MICHEL, Patrick (éd.), Connoisseurship. L'œil, la raison et l'instrument, Actes du colloque de Paris, Paris, École du Louvre, 2014.
MOUNT, Harry, « The Monkey with the Magnifying Glass: Construction of the Connoisseur in Eighteenth-Century Britain », Oxford Art Journal, 29/2, 2006, p. 169-184 [En ligne : http://www.jstor.org/stable/3841010 consulté le 23/06/2015].
RABIER, Christelle (éd.), Fields of expertise. A comparative history of expert procedure in Paris and London, 1600 to present, Newcastle, Cambridge scholars publishing, 2007 [En ligne : http://www.ihmc.ens.fr/IMG/file/Rabier/FieldsExpertise_TM.pdf consulté le 30/03/2018].

FILTERS

CONCEPTUAL FIELDS

LINKED QUOTATIONS

8 sources
15 quotations

Bosse différencie plusieurs types de curieux, distingués en fonction de leur propre pratique (praticiens ou non praticiens) , et de leurs connaissances (capacité à distinguer les manières, les originaux des copies, à attribuer les tableaux). Aussi certains curieux possèdent-ils des tableaux pour leur servir d'ornements. [FH]

Quotation

[...] Et requérant aussi des négocians un peu intéressez, qu’ils fassent leur trafic avec plus de droiture, tant pour leur bien que pour banir ce mot de manie, qu’on donne souvent à tort à plusieurs Curieux et connoissants desdits ouvrages à leur occasion : Car c’est a tort qu’on répute à folie et foiblesse d’être amateur & connaisseur de ce qui est beau & bon ; Mais c’en est bien une tres-grande, de juger de l’intention & pensée d’autruy, autant que d’en estre bien informé.
Mais pour revenir à mon dessein, je dis qu’une personne qui ignore la pratique de la Pourtraiture & Peinture, & ce qui est des particularitez cy-devant deduites en gros, quand il entend dire qu’un Peintre ou autre tel Connoissant qui n’aura jamais veu qu’un ou deux Tableaux d’un autre Peintre, supposé qu’il n’eust point changé de manière, discernera ceux qu’il sera en suitte pour en estre, quoy que differents ; Et de plus s’il y a des Coppies faites sur iceux, sans avoir veu lesdits Originaux, il les reconnoistra tels, & aussi fera la distinction s’ils sont bien ou mal coppiez, ou s’ils sont retouchez par endroits de celui qui a fait l’original ; A grand subjet de s’estonner, & de se persuader qu’il est comme impossible de connoistre ces choses, & encore plus qu’une personne comme luy qui n’est pas dans la pratique de cét Art, puisse parvenir à quelque point de cette mesme Connoissance

Selon Marianne Le Blanc (2004, p. 153), si la double question des manières et de la distinction de l’original et de la copie n’est pas entièrement neuve, Bosse l’utilise d’une manière inédite, forgeant un discours sur l’art qui répond aux attentes des amateurs, mais aussi – et peut-être surtout –, à ses ambitions concernant les peintres et la peinture. Bosse vise en effet, par ce texte, à faire entrer la peinture dans le champ de la connaissance.

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → jugement
SPECTATEUR → connaissance

Quotation

[...] Et quant à ce que plusieurs personnes ont creu, que cette Connoissance & Curiosité estoit une manie, & qu’il n’y avoit lieu d’y assoir aucune bonne resolution ou fondement, pour avoir veu quelque Curieux & Praticiens de cét Art, & non des moins Experts, qui prenoient quelquefois une maniere pour une autre & des Coppies pour des Originaux, je les advertis en passant que cette mesprise ne doit pas donner lieu de conclurre de la sorte, d’autant que s’il y a quelques uns desdits Praticiens qui ne sont point adonnez à tant esplucher ces particularitez, il s’en trouve d’autres qui s’y estant adonnez en ont acquis une grande connoissance, & aussi comme j’ay dit des Curieux, Puis d’autres moins Experts qu’eux qui l’ont & d’autres qui ne l’ont pas. 
Par ainsi lon peut dire qu’il y a en cela comme en d’autres Arts, de naturelles inclinations pour ces choses, puis que mesme ceux qui n’ont point de pratique, en ont ou peuvent avoir quelque connoissance ; Mais de dire qu’elle soit approchante de celle qu’en peut avoir un Excellent Praticien exercé en icelles, cela est impossible à mon advis, qui sera en son lieu proposé plus au long.

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → connaissance

Quotation

Raisons des Curieux non Praticiens qui n’ont aucune connoissance de ces manieres, ny desdits Originaux & Copies.
Cette sorte de Curieux declarent, qu’ils ayment les Tableaux pour les voir & servir d’ornemens chez eux ; Mais que de sçavoir & connoistre la manière & le nom de ceux qui les ont faits, & s’ils sont Originaux ou Copies, c’est jusques à present une passion qui ne les touche point ; Et mesme qu’ils croyent comme impossible de pouvoir acquerir la pratique de cette connoissance, Et que ce qui les confirme davantage est, d’avoir sceu que plusieurs Curieux non Praticiens se disans l’avoir, auroient esté souvent trompez en l’acquisition de plusieurs Tableaux. 

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → connaissance

Quotation

Raisons des Curieux non Praticiens qui se sont portez ès connaissances desdites manieres & distinctions d’Originaux & Copies.
Ces Curieux-cy trouvent que ce seroit une curiosité tres-imparfaite, d’avoir des Tableaux & ne sçavoir s’ils sont bons ou mauvais, ny qui les peut avoir faits, & qu’il n’y a guere d’assurance de faire acheter de telles choses par autruy, si lon le peut faire soy mesme, à cause qu’il y a des Curieux soy disants connoissants en icelles & mesme des Praticiens qui s’y sont souvent trompez, sans y comprendre ceux qui se meslent de tromper les autres ; de plus qu’il arrive d’ordinaire dans leurs commencements de curiosité desdits Tableaux, qu’ils choisissent ou font choisir, par des personnes qui n’y ont souvent guere plus de connoissances qu’eux ; de sorte qu’en estant advertis, ils prennent resolution de s’en deffaire pour en avoir de meilleurs, desquels il en arrive bien souvent la mesme chose.
Or tout ce que dessus ils ne le disent point seulement des autres, mais aussi d’eux-mesmes qui ne l’ont que trop experimenté ; Ce qui leur a donné lieu de s’instruire en quelque façon sur ces connoissances, & de faire election d’un sçavant Praticien connoissant, & de plus honneste homme, afin qu’il puisse suppleer aux occasions où la connoissance de telles choses passe leurs portées : Mais la conclusion de leurs Sentiments est, qu’ils croyent que la connaissance bien qu’en partie seulement, de la beauté & bonté desdits Tableaux, donne bien plus de contentement que celle de n’avoir que l’agrément à la veuë, par éclat d’un nombre de belles Couleurs.

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → connaissance
PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → statut de l'oeuvre : copie, original...

Quotation

Ainsi lon peut juger, que tous les bons Praticiens qui se sont appliquez ou adonnez à esplucher toutes ces particularitez [ndr : à propos de la façon de distinguer les copies des originaux], peuvent estre les plus entendus à discerner toutes ces diverses manieres, & distinctions d’Originaux & Copies, & de plus les bonnes d’avec les mauvaises ; & aussi qu’il est facile de juger que c’est par le moyen de tels connoissans, que les Curieux non Praticiens, peuvent avoir esté & estre instruits à faire la distinction de toutes ces diverses choses.

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → connaissance
PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → statut de l'oeuvre : copie, original...
SPECTATEUR → jugement

Quotation

Il faut faire distinction de ce que plusieurs Praticiens & Curieux nomment ordinairement bonnes Stampes. Ils estiment, à l’exclusion des autres, celles dont le trait ou dessein est bon, ou qu’il est estimé tel, sans considerer ny faire cas de la beauté de la graveure ; de sorte qu’ils feront bien plus d’estime d’une Stampe mal gravée mesme à l’eau forte ou en bois, que d’un du plus beau burin qui se voye.
Il y en a d’autres qui ayment & trouvent leur satisfaction en la beauté de la seule graveure sans s’arrester au dessein
 ; Mais pour les vrais Curieux & connaissans, ils seroient bien contens que l’un et l’autre fust ensemble ; Et d’autant qu’une bonne partie de bons Graveurs ne se sont pas trouvez aux lieux, à l’occasion, & dans le temps de plusieurs grands Peintres & Desseignateurs, ils ont gravé sur les œuvres de divers autres beaucoup moins excellents ; Or cela n’empesche pas que plusieurs dedites Stampes ne soient tres-necessaires ou profitables à quantité de personnes, principalement à ceux qui pratiquent la Graveure ; afin de s’instruire sur icelles.

connaissant

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → jugement
SPECTATEUR → connaissance

Quotation

Je diray encore avant de finir, qu’il y a aussi bien que des Peintres & Curieux, des Graveurs qui ont connoissance de ces choses, & d’autres qui n’en ont point, & pareillement des Curieux, tesmoins ceux qui le sont de diverses petites Tailles Douces, dont les hacheures si pressées paroissent aux yeux les unes dans les autres, ausquelles on a donné le nom de pieces fines, parmy les Marchands de Stampes & tels Curieux peu connoissans ; Il y a aussi un grand nombre d’autres Curieux, qui sçavent bien distinguer les bonnes d’avec les mauvaises, & si ce n’est pas en toutes, par une veritable connoissance ce sera suivant les moyens cy-devant dits.

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → connaissance
PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition de la gravure

Quotation

[...] que pourra-[t]-on dire de l'aveuglement des Peintres de nostre temps qui luy prefererent [ndr : Le Dominiquin] des Josepins, des Lanfrancs, et d'autres semblables manieristes, dont les Ouvrages n'ayant que le faux esclat d'une je ne sçay quelle nouveauté que ceux d'aujourd'hui appellent une furie du Dessein et une franchise du Pinceau, que l'ignorance des veritables beautez et des principes de l'Art leur fait admirer, n'ont eu aussi de reputation qu'autant qu'a duré cette faveur passagere de la Fortune ; si bien qu'ils ne trouvent plus maintenant de place dans les cabinets des Curieux, qui s'en sont lasséz tout aussi-tost et detrompez.

term translated by VIRTUOSO in FRÉART de CHAMBRAY, Roland, An Idea of the Perfection of Painting: demonstrated from the Principles of Art, and by examples conformable to the observations , which Pliny and Quintilian have made upon the most celebrated pieces of Ancient painters parallel’d with some Works of the most Modern Painters, Leonardo da Vinci, Raphael, Julio Romano and N. Poussin, trad. par EVELYN, John, London, Henry Herringman, 1668., p. 122

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → jugement

Quotation

Il est vray, me dit-il [ndr : Pymandre], que j’ay remarqué souvent des curieux qui ne considerent les Tableaux que quand ils sçavent le nom de ceux qui les ont faits, et ne les estiment que par la reputation de leurs Auteurs, sans regarder ce qu’il y a de bon ou de mauvais.
Ce que vous dites, repris-je alors, est le defaut de ceux qui ne se connoissent point ou que fort peu en Peinture : car les bons Peintres & les personnes intelligentes dans cet Art, ne s’informent pas toûjours si exactement du nom de celuy qui a fait un Ouvrage qu’on leur monstre ; ils l’estiment par son propre merite & selon les beautez qu’ils y remarquent. Vous avez veu je m’asseure cet Ecce Homo d’André Salario, qui est dans le cabinet de M. le Duc de Liancourt ; Quoy qu’il ne soit que du disciple de Leonard, neanmoins on en fait beaucoup plus de cas que de plusieurs autres Tableaux qui sont de la main de Leonard. Mais cet abus qui se trouve parmy la pluspart des curieux ne se reformera pas si-tost ; il semble mesme qu’il y a quelque sorte de raison de laisser dans l’esprit des moins connoissans l’estime qu’ils ont pour le nom de ces grands hommes, quand ils n’ont pas assez de lumiere pour juger plus particulierement de l’excellence des Ouvrages.

Il existe une autre version de l’Ecce homo de Solario, conservée au Philadelphia Museum of Art de Philadelphie. Celle issue de la collection de Roger du Plessis de Liancourt évoquée ici par Félibien correspond à l’œuvre de Leipzig – elle est ensuite passée dans la collection de François de la Rochefoucauld, qui épouse la fille du duc de Liancourt et hérite ainsi de sa collection. Voir FAGNART Laure, Léonard de Vinci en France : collections et collectionneurs. XVe-XVIIe siècles, Rome, L’Erma, 2009, p. 211-212, 280-281 et 323. Ce même tableau est aussi mentionné par Evelyn en 1644 – EVELYN John, Diary, 1644 (éd. par W. BRAY, The diary of John Evelyn, 2 vol., Londres, 1907-1914 et précisément BRAY, I, 1907, p. 57).

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → jugement
SPECTATEUR → connaissance
SPECTATEUR → perception et regard

Quotation

Aux curieux de l’Art de l’Architecture et de La Peinture et de la Sculpture. Messieurs J’ay creû ne pouvoir dédier ce petit Ouvrage qu’à vous puisque ne prenant d’autre interest dans ces questions que vous instruire & de profiter dans les connoissances que vous avez

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → connaissance

Quotation

LE PRESIDENT. Mais que direz-vous des Curieux qui sont du mesme avis ? Vous ne pouvez pas les traiter d'ignorans en peinture, eux qui en decident souverainement.
L'ABBE. Il y a quelques Curieux qui ont le goût tres-fin ; mais il y en a beaucoup qui ne se connoissent en tableaux que comme les Libraires se connoissent en Livres. Ils sçavent le prix, la rareté & la genealogie d'un tableau sans en connoistre le vray mérite, comme les Libraires sçavent parfaitement ce qu'un Livre doit estre vendu, l'abondance ou le peu d'exemplaires qu'il y en a, & l'histoire de ses éditions, sans rien sçavoir de ce qui est contenu dans le Livre.
LE CHEVALIER. Je suis persuadé que les Curieux dont vous parlez sont plus habiles que vous ne dites, mais qu’ils sont bien aises d'entretenir la passion des vieux tableaux, & pour cause.

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → connaissance

La typologie du "curieux d'estampe" est ici établie par Florent Le Comte. Trois catégories sont ainsi définies, fondées d'abord sur un critère financier (Grivel, 1997), qui détermine l'usage comme le jugement porté sur les gravures.

Quotation

Tous ceux qui peuvent atteindre à se faire des recueils sur ces differentes notions, le font avec plaisir, parce que sans se fatiguer l’esprit, ils se donnent une connoissance d’Histoire sainte & prophane, ou de tous les Arts liberaux & mecaniques : ceux qui aiment les portraits avec attache, voyent revivre avec plaisir les morts & les absens ; & c’est dans la difference de leurs attitudes où l’on trouve comme une espece de jugement phisionomique, pour decouvrir plus facilement les caracteres de leur genie.
Mais afin que chacun se puisse satisfaire suivant sa fortune, je feray voir ceux qui recherchent l’Estampe sous trois differens états ; & je diray qu’il est bien vray que dans le choix d’une Estampe le grand Curieux qui peut avoir du plus beau sans se soucier du prix, ne sçauroit être trop difficile dans la recherche des belles épreuves, des véritables originaux, & de la belle impression : il y a de la difference de tout au tout dans une même piece suivant qu’elle est conditionnée. Ceux qui se ménagent, parmi lesquels on en trouve qui professent les Arts, & qui en ont une parfaite connoissance ; ces personnes aspirent volontiers à se faire un amas des plus belles Estampes : mais ils se mettent peu en peine de l’impression & de la propreté, pourvû qu’ils y trouvent l’expression du burin sans alteration, afin de pouvoir prendre d’après, ce qui leur est necessaire. Quant au troisième ordre, ce sont ceux qui n’ayant besoin des Estampes que pour embellir des appartemens, cherchent de les avoir dans leur caractere naturel, mais sans se soucier si ce sont des originaux ou non.

term translated by /

Conceptual field(s)

Quotation

On voit des Curieux qui se font une idée d'un Maître sur trois ou quatre Tableaux qu'ils en auront vûs, & qui croient après cela avoir un titre suffisant pour décider sur sa maniére, sans faire réflexion aux soins plus ou moins grands que le Peintre aura pris à les faire, ni à l'âge auquel il les aura faits. Ce n'est pas sur les Tableaux particuliers du Peintre : mais sur le général de ses Ouvrages qu'il faut juger de son mérite. Car il n'y a point de Peintre qui n'ait fait quelques bons & quelques mauvais Tableaux […]. Il n'y en a point aussi qui n'ai eu son commencement, son progrès & sa fin ; c'est-à-dire, trois maniéres : la première, qui tient à celle de son Maître; la seconde, qui s'est formée selon son Goût, & dans laquelle réside la mesure de ses talens, & de son Génie; & la troisième, qui dégénère ordinairement en ce qu'on appelle maniére : parce qu'un Peintre, après avoir étudié long-tems d'après la Nature, veut jouir, sans la consulter davantage, de l'habitude qu'il s'en est faite.

term translated by LIEFHEBBER in DE PILES, Roger, Beknopt verhaal van het leven der vermaardste Schilders : met Aanmerkingen over hunne werken, trad. par VERHOEK, Joannes, Amsterdam, Balthazar Lakeman, 1725., p. 87-88

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → connaissance
SPECTATEUR → jugement
SPECTATEUR → perception et regard

Quotation

Mon intention n’est pas de parler ici des Copies médiocres, qui sont d’abord connues de tous les Curieux, encore moins des mauvaises qui passent pour telles aux yeux de tout le monde. Je suppose une Copie faite par un bon Peintre, laquelle merite une serieuse reflexion, & mettre en suspend, au moins durant quelques tems, la décision des connoisseurs les plus habiles. Et de ces Copies, j’en trouve de trois sortes.
La première est faite fidèlement, mais servilement. La seconde est legere, facile, & non fidelle. Et la troisième est fidelle, & facile.

connaisseur

term translated by LIEFHEBBER in DE PILES, Roger, Beknopt verhaal van het leven der vermaardste Schilders : met Aanmerkingen over hunne werken, trad. par VERHOEK, Joannes, Amsterdam, Balthazar Lakeman, 1725., p. 90

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → jugement

Quotation

CURIEUX, CURIOSITÉ. Un curieux en Peinture, est un homme qui amasse avec choix tout ce qu’il y a de plus rare en desseins & en tableaux : ces raretés s’appellent curiosités
Curiosités en Peinture, Cabinet curieux, Piéces rares & curieuses
Curieux signifie quelquefois recherché. 
Le Titien étoit
curieux dans son coloris ; Raphaël étoit curieux dans le choix & dans les accomodemens des Draperies. 
Quelques modernes se sont servis du mot de
curiosité, dans une acception des plus nouvelles. 
Mr Mariette a dit : le nom de Mr Jubach substitera long-temps dans la
curiosité, c’est-à-dire, parmi les curieux. Descript. du Cabinet de Mr Crozat.

De Marsy cite Everhardt Jabach ( 1610-1695) comme exemple exemple de curieux-collectionneur.

Conceptual field(s)