FÉLIBIEN, André, Des principes de l’architecture, de la sculpture, de la peinture, et des autres arts qui en dépendent. Avec un dictionnaire des Termes propres à chacun de ces Arts, Paris, Jean-Baptiste Coignard, 1676.

Bibliothèque Nationale de France Paris RES-V-1430 Images hors-texte Images in-texte 328 quotations 252 terms
Paru en 1676, dix-huit ans avant le Dictionnaire de l’Académie française, l’ouvrage de Félibien, comme son titre l’indique est divisé en deux parties : les principes d’abord, composés de trois livres théoriques, un consacré à l’architecture (Livre 1), un autre à la sculpture (Livre 2) et le dernier à la peinture (Livre 3), puis un dictionnaire contenant près de 2400 entrées. L’interdépendance et l’articulation entre les principes et le dictionnaire dont les définitions comportent de nombreux renvois vers les développements théoriques de la première partie de l’ouvrage sont justifiées par Félibien dans sa Préface : « bien que ce Traité ne soit qu’un abregé de chaque art, il pourra suffire pour en avoir une legere connoissance, & aider beaucoup à l’intelligence des mots contenus dans le Dictionnaire qui fait la seconde partie de ce livre ; parce que, comme il y a des noms qu’il est malaisé de bien definir, on les entendra mieux, quand ils seront enchaînez dans la suite d’un discours » (n.p.). Ainsi, l’explication des termes de l’art qui est sa visée première, est contenue dans chacune des parties du texte » (n.p.).
Le travail lexicographique entrepris par Félibien se traduit par l’appropriation du langage spécifique employé par les artistes, leur jargon : « Je me suis particulierement attaché à l’usage [des mots] de ceux qui travaillent, jugeant qu’il doit prevaloir sur toutes sortes de regles, & sur la raison mesme » (Préface, n.p.). C’est aussi la défense du français comme langue de l’art : « Car si dans les Arts dont il est parlé icy, il y a plusieurs mots qui tirent leur origine du grec, du latin, ou de quelques autres langues estrangeres, il y en a bien davantage qui sont tout à fait françois, & qui mesme sont formez par les Ouvriers, & apportez de differens pays ; les uns tels qu’ils ont esté trouvez dans leur commencement, les autres corrompus. Ainsi il se rencontre que dans Paris un mesme mot se prononce en plusieurs manieres, & qu’un mesme outil a differens noms ; parce que ceux qui s’en servent sont nez dans differentes Provinces » (Préface, n.p.). 
Les définitions proposées par Félibien concernent à la fois des noms des verbes et des adjectifs et comportent parfois seulement des exemples lui permettant d’illustrer le mot. Si le texte des « principes » regroupe les notions les plus complexes de manière développée, la partie dictionnaire fixe en revanche de façon très synthétique des termes pouvant être expliqués dans les « principes ».

Matthieu Lett et Marianne Freyssinet
in-4 french

Dedication
Jean-Jules-Armand Colbert

Structure
Table des matières at n.p.
Épître(s) at n.p.
Préface at n.p.
Privilèges at n.p.
Avertissement at 781
Additions et corrections at 781

FÉLIBIEN, André, Des principes de l'architecture, de la sculpture, de la peinture, et des autres arts qui en dépendent. Avec un dictionnaire des Termes propres à chacun de ces Arts. Par André Félibien. Seconde Édition, Paris, Veuve et fils de Jean-Baptiste Coignard, 1690.

FÉLIBIEN, André, Des principes de l'architecture, de la sculpture, de la peinture, et des autres arts qui en dépendent. Avec un dictionnaire des Termes propres à chacun de ces Arts. Par M. Félibien, Secretaire de l’Academie des Sciences, & Historiographe des Bastimens du Roy. Troisième édition, Paris, Veuve et fils de Jean-Baptiste Coignard, 1697.

FÉLIBIEN, André, Des Principes de l’architecture, de la sculpture, de la peinture, et des autres arts qui en dépendent. Avec un Dictionnaire des Termes propres à chacun de ces Arts. Par M. Félibien, Secretaire de l’Academie des Sciences, & Historiographe des Bastimens du Roy. Troisième Édition, Paris, Veuve et fils de Jean-Baptiste Coignard, 1699.

FÉLIBIEN, André, Des Principes de l’architecture, de la sculpture, de la peinture, et des autres arts qui en dépendent. Avec un Dictionnaire des Termes propres à chacun de ces Arts. Par M. Félibien, Secretaire de l’Academie des Sciences, & Historiographe des Bastimens du Roy. Troisième Édition, Farnborough, Gregg Press, 1966.

VERBRAEKEN, René, « André Félibien et le vocabulaire artistique en France au XVIIe siècle », dans VERBRAEKEN, René (éd.), Termes de couleur et lexicographie artistique : recueil d’essais suivi de quelques articles sur la critique d’art, Paris, Éd. du Panthéon, 1997, p. 81-93.

GRIENER, Pascal et HURLEY, Cecilia, « Une norme en transformation. La systématique du vocabulaire artistique au XVIIIe siècle », dans GAEHTGENS, Thomas W. (éd.), L'art et les normes sociales au XVIIIe siècle, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 2005, p. 3-14.

GERMER, Stefan, Art, pouvoir, discours : la carrière intellectuelle d'André Félibien dans la France de Louis XIV, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 2016.

FILTERS

CONCEPTUAL FIELDS

QUOTATIONS

On trouvera encore plusieurs mots que l’on a employez, qui ne sont point dans l’usage ordinaire, comme par exemple le mot de tendresse, dont l’on ne se sert que moralement pour exprimer les sentiments du cœur : Cependant parmy les Peintres & les Sculpteurs, ce mot est opposé à seicheresse, & l’on dit qu’un tableau est peint avec beaucoup de tendresse, & qu’une statuë de marbre est travaillée avec beaucoup de tendresse. On dit mesme la dureté du marbre ou d’une pierre, ou sa tendresse ; parce qu’on ne peut point opposer en cet endroit le mot de mol à celuy de dur ; & je ne croy pas mesme qu’on puisse blasmer cette maniere de parler, quoy qu’extraordinaire, puisqu’elle n’a rien de barbare, & qui ne signifie assez bien ce que l’on veut dire.

sécheresse

Conceptual field(s)

MANIÈRE ET STYLE → le faire et la main

Un des plus grands avantages que l’Art de Portraire ait receu, pour eterniser ses Ouvrages, est la Graveure sur le Bois, & sur le Cuivre, par le moyen de laquelle, on tire un grand nombre d’Estampes, qui multiplient presque à l’infiny un mesme Dessein, & font voir en differens lieux la pensée d’un Ouvrier, qui auparavent n’estoit connuë que par le seul travail qui sortoit de ses mains.

Félibien différencie gravure et estampe, c’est-à-dire la technique et l’œuvre matérielle. La notion de gravure est associée à celle de dessein, comme pensée.

Conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition de la gravure
PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → statut de l'oeuvre : copie, original...

Félibien différencie ici gravure et estampe, c’est-à-dire la technique et l’œuvre matérielle. La notion de gravure est associée à celle de dessein, comme pensée.

Conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition de la gravure

Félibien différencie ici gravure et estampe, c’est-à-dire la technique et l’œuvre matérielle. La notion de gravure est associée à celle de dessein, comme pensée.

Conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition de la gravure

Un certain Hugo de Carpi inventa une maniere de Graver en Bois par le moyen de laquelle les Estampes paraissent comme lavées de clair-obscur. Il faisoit pour cet effet trois sortes de Planches d’un mesme dessein, lesquelles se tiroient l’une après l’autre sous la Presse pour Imprimer une mesme Estampe. Elles estoient gravées de telle façon, que l’une servoit pour les jours, & les grandes lumieres ; l’autre pour les demi teintes, & la troisiéme pour les contours et les ombres fortes.

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure

Celle [ndr : manière] qui se fait à l’eau forte, semble plus commode pour les grandes ordonnances, & pour les pieces où l’on veut faire paraistre plus d’art, & de dessein, que de delicatesse, & de douceur.

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure

Ceux qui Gravent sur le Bois commencent par faire preparer une planche de la grandeur, & espaisseur qu’ils desirent, & fort unie du costé qu’on veut graver. L’on prend ordinairement pour cela du bois de poirier, ou du buis : le dernier est meilleur par ce qu’il est plus solide, & moins sujet à estre percé des vers. Sur cette Planche, ils desseignent leur sujet à la plume de la mesme sorte qu’ils veulent qu’il soit imprimé. Ceux qui ne sçavent pas bien desseigner, comme il s’en rencontre assez, se servent du mesme dessein qu’on leur donne, qu’ils collent sur la Planche, avec de la colle faite de bonne farine, d’eau, & d’un peu de vinaigre. Il faut que les traits soient collez contre le bois, & lors que le papier est bien sec, ils le lavent doucement, & avec de l’eau, & le bout du doigt l’ostent peu à peu, en sorte qu’il ne reste plus sur le bois que les traits d’encre qui forment le dessein, lesquels marquent sur la Planche tout ce qui doit estre espargné ; & pour le reste ils le coupent, & l’enlevent délicatement avec des pointes de Canifs bien tranchans, ou de petits Ciselets, ou des Gouges, selon la grandeur, & la delicatesse du travail, car ils n’ont pas besoin d’autres Outils.

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure
MATERIALITE DE L’ŒUVRE → outils

Pour graver sur le Cuivre avec le Burin, il n’est pas non plus necessaire de grands apprests. Quand la Planche qui doit estre de Cuivre rouge est bien polie, & que l’on a desseigné dessus avec la pierre de mine, une pointe, ou autrement, ce que l’on veut representer, il n’est plus besoin que de Burins bien acerez, & de bonne trempe pour graver & donner plus ou moins de force selon le travail que l’on fait, & les Figures que l’on represente.
On a aussi un Outil d’Acier d’environ six pouces de long, dont un des bouts qu’on appelle qu’on appelle Gratoir est formé en triangle, tranchant des trois costez, pour ratisser sur le cuivre, quand il est necessaire : Et l’autre bout qu’on nomme Brunissoir, a la figure d’un cœur dont la pointe est alongée, ronde, & fort mince ; il sert à polir le Cuivre, reparer les fautes, & adoucir les traits. Pour connoistre, & mieux voir ce que l’on fait, on a un Tempon de feustre noircy, dont on frotte la Planche, & dont l’on remplit les traits à mesure que l’on grave. On a aussi un petit Coussinet de cuir, sur lequel on appuye le cuivre en travaillant.

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure
MATERIALITE DE L’ŒUVRE → outils

Quant à la Graveure à l’Eau-forte, il y a plus de sujettion. Il est necessaire que la Planche soit bien polie & bien nette, après quoy on la chauffe sur le feu, on la couvre d’un Vernix sec, ou liquide ; car il y en a de deux façons. Ensuite l’on noircit ce Vernix par le moyen d’une chandelle allumée au dessus de laquelle on met la Planche du costé du Vernix.
Cela estant fait, il n’est plus question que de Calquer son dessein sur cette Planche, ce qui est bien plus facile que pour graver au burin ; car en frottant le dessous du dessein avec de la sanguine, ou autrement, & le posant ensuite sur le cuivre pour le Calquer avec une pointe d’éguille, la sanguine qui est derriere le dessein, marquant aisément sur le Vernix, fait que l’on suit bien mieux dans cette sorte de travail, les mesmes traits du dessein, & qu’on est beaucoup plus correct dans les contours, & les expressions de toutes les Figures. Ce qui est cause que les Peintres qui font graver eux-mesmes leurs Ouvrages, travaillent souvent à former les premiers traits des Figures pour conserver la force, & la beauté du dessein. Aussi dans les pieces faites à l’Eau forte, on y voit plus d’art que dans les autres qui sont gravées au burin, ou quelquefois on se sert aussi de l’Eau-forte pour former legerement les contours des Figures, afin de les avoir plus correctes.
Ce qu’il y a d’avantageux dans la graveure à l’Eau-forte, est que non seulement la maniere en est beaucoup plus expeditive, qu’au burin ; mais le travail en est encore ordinairement plus beau dans les païsages, dont les arbres & les terrasses estant touchées avec plus de facilité, paroissent plus naturelles. 
Il est vray aussi qu’il est quelquefois besoin de retoucher au burin certaines parties qui n’ont pas assez de force, ou bien que l’eau-forte n’a pas assez mangées ; car il est mal-aisé que dans une grande Planche toutes les parties viennent à estre penetrées avec une si grande égalité qu’il n’y ait quelque chose à redire. 
Il ne suffit pas que le Graveur travaille avec la pointe de son
Eguille, ou de son Eschope dans tous les endroits de son Ouvrage avec la force, & la tendresse necessaire à faire paroistre les parties éloignées, & les plus proches. Il faut encore qu’il prenne garde, quand il vient à mettre l’eau-forte sur la Planche, qu’elle ne morde pas également par tout ; ce qu’il se fait avec une mixion d’huile, & de suif de chandelle.
Pour cet effet, il a une espece de quaisse de bois, poissée, contre laquelle il attache sa planche un peu inclinée, & jette l’Eau-forte dessus, en sorte qu’elle n’y fait que couler, & retomber aussi-tost dans un vase de terre qui est dessous. Il prend garde lors que les parties qui ne doivent pas estre si mangées ont assez receu de cette eau, & ostant la planche, il la lave bien avec de l’eau claire qu’il jette dessus, la fait seicher doucement auprés du feu, puis il couvre les parties les plus éloignées, & les hacheures qu’on veut laisser les plus foibles, avec de cette mixtion d’huile & de suif, dont j’ay parlé, afin que l’eau forte n’y penetre pas davantage ; & ainsi couvrante à diverses fois, & autant qu’il veut les endroits qui doivent estre les moins forts, il fait que les Figures qui sont devant, sont toujours lavées de l’eau-forte, qui les penetre, jusques à ce qu’il voye qu’elles sont assez gravées suivant la force qu’il desire leur donner.
L’on se sert de deux sortes de Vernix, l’un que l’on appelle mol, & l’autre dur ; il y a aussi deux sortes d’Eau-forte, l’une d’Affineur, qu’on appelle Eau blanche, & l’autre qu’on nomme de l’Eau verte qui se fait avec du vinaigre, du sel commun, du sel armoniac, & du vert de gris. Celle-cy se coule sur les planches, comme j’ay dit, & l’on peut s’en servir avec les deux vernix. L’autre au contraire n’est bonne que pour le vernix mol, & ne se jette pas comme l’autre, on met la planche sur une table tout à plat, & après l’avoir bordée de cire, on la couvre de cette Eau blanche que l’on tempere plus ou moins avec de l’eau commune.
Au regard des Pointes ou Echopes, dont l’on travaille, l’on prend de grosses ou moyennes éguilles, dont l’on fait les unes en pointes, & les autres plus grosses que l’on coupe d’une maniere qui forme une ovalle, comme les Echopes des Orfevres Ces sortes d’outils que l’on a de plusieurs façons, & de differentes grosseurs, sont les seuls necessaires pour cette maniere de travail. L’on a une Pierre pour les aiguiser, & un gros pinceau de Poil de gris, ou une plume pour servir d’Espousettes, afin d’oster de dessus la planche, les ordures, ou le vernix qui s’enleve à mesure qu’on grave.

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure
MATERIALITE DE L’ŒUVRE → outils

La Peinture est un Art qui par des lignes, & des couleurs represente sur une surface égale & unie tous les objets de la Nature, en sorte qu’il n’y a point de corps que l’on ne reconnoisse. L’Image quelle en fait, soit de plusieurs corps ensemble, ou d’un seul en particulier, s’appelle Tableau, dans lequel il y a trois choses à considerer ; sçavoir la Composition, le Dessein, & le Coloris, qui toutes trois dépendent du raisonnement, & de l’execution, ce qu’on nomme la Theorie, & la Pratique ; le raisonnement est comme le Pere de la Peinture, & l’execution comme la Mere.

tableau

Conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition de la peinture

Conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition de la peinture

exécution

Conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition de la peinture
MANIÈRE ET STYLE → le faire et la main

image

Conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition de la peinture

Conceptual field(s)

PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition de la peinture

La Composition que quelques-uns nomment aussi Invention, comprend la distribution des Figures dans le Tableau ; le choix des attitudes ; les accomodemens des Draperies ; la convenance des ornemens ; la situation des lieux ; les bastimens ; les païsages ; les diverses expressions des mouvemens du corps, & les passions de l’ame, & enfin tout ce que l’imagination se peut former, & qu’on ne peut pas imiter sur le naturel. [...] Ainsi dans la composition d’une histoire quand les Figures sont bien disposées avec de beaux groupes, & une belle election d’attitudes, selon la necessité du sujet ; que les situations, & le plan des lieux sont conformes à la Nature, & qu’il n’y a rien d’oublié de toutes les choses necessaires à l’expression, on dit que cela est bien inventé.

invention

Conceptual field(s)

CONCEPTION DE LA PEINTURE → composition
EFFET PICTURAL → qualité de la composition

Le Dessein a pour objet la figure des corps que l’on represente, & que l’on fait voir tels qu’ils paroissent simplement avec des lignes. Cette partie regarde les Peintres, les Sculpteurs, les Architectes, les Graveurs, & generalement tous les Artisans dont les Ouvrages ont besoin de grace, & de simmetrie.