EAU-FORTE (n. f.)

AQUAFORTIS (eng.) · ÄTZEN (deu.) · ETCHING (eng.) · ETS (nld.) · SCHEIDEWASSER (deu.) · STERK WATER (nld.)
TERM USED AS TRANSLATIONS IN QUOTATION
ETCHED (eng.)

FILTERS

CONCEPTUAL FIELDS

LINKED QUOTATIONS

6 sources
22 quotations

Quotation

Dans le dessein que j’ai de traitter ici de la maniere de graver en taille douce avec l’eau forte pour en tirer des impressions, je ne m’arresterai point à parler de l’art de la graveure en general ; à vous dire qu’il a plusieurs especes, qu’on grave en pierre, en verre, en bois, en metaux, en creux, autrement en fonds, en relief, ou espargne; & en autres matieres & manieres […]. 
Pour donc en demeurer à la graveure en taille douce, on y grave sur des planches comme d’airain ou cuivre […] : & lon y grave en deux façons, l’une tout purement au seul burin, & l’autre par le moyen encore de l’eau forte ; & semble que celle au burin soit la plus ancienne, & qu’elle ait donné sujet d’inventer celle à l’eau forte pour essayer à la contrefaire : Et à vray dire on s’est pris d’une telle sorte, & lon en est venu si avant à celle de l’eau forte, qu’il y a telles stampes de cette maniere où lon a de la peine à connoistre & à s’asseurer qu’elles ne soient pas au burin du moins en beaucoup de leurs parties ; ce qui m’a fait conjecturer que les arts n’ont pas esté mis tout d’un coup à la perfection où la plus part d’eux se trouve à present ; & que de ceux qui s’y sont adonnez toûjours quelqu’un y a contribué de temps en temps […].

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure

Quotation

La difference d’entre les manieres d’y graver [n.d.r. sur la planche] au burin ou à l’eau forte est, qu’avec le burin on trenche & emporte comme un coupeau la piece du traict à mesure qu’il le grave ; & qu’à l’eau forte on emporte premierement avec une pointe un verni dont on a couvert la planche, & parfois un peu de cuivre avec, puis l’eau forte acheve de dissoudre ou manger le reste. 

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure

Quotation

Apres luy [n.d.r. Simon Frisius] nous avons Matthieu Merian Suisse, lequel a selon mon sens fait des ouvrages à l’eau forte aussi nets & egalement travaillez que lon puisse faire ; & lon pourroit dire qu’il eust fait en sorte que la partie de ses hacheures qui approche le plus de l’illuminé ou du jour eus esté plus déliée & perduë, il eus testé difficile de faire mieux & plus net ; mais ce que lon trouve à desirer en son ouvrage est que les sorties de ses hacheures finissent fort à coup, qui fait connoistre aux clairs-voyants que c’est à l’eau forte.

Conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → qualité du dessin

Quotation

En suitte est venu Jacques Callot Lorrain, lequel a extremement perfectionné cét art, & de telle sorte qu’on peut dire qu’il la mis au plus haut poinct qu’on le puisse faire aller, principalement pour les ouvrages en petit […].; quoi qu’il en ait fait quelques uns en grand autant hardiment gravez qu’il se puisse faire, & n’eust esté que son genie l’a porté aux petites figures, il eust fait sans doute à l’eau forte en grand tout ce qui se peut faire à l’imitation du burin, comme cela se peut voir en plusieurs de ses ouvrages, & principalement en quelques pourtraits qu’il a fait a Florence ausquels je ne vois encore rien de pareil.

Conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → qualité du dessin
PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition de la gravure

Quotation

[…] Et me semble que la principale intention que peuvent avoir ceux qui gravent ou veulent graver à l’eau-forte, est de faire que leur ouvrage paroisse comme s’il estoit gravé au burin : & pour ce faire j’estime qu’il se faut proposer à imiter la netteté & tendresse des ouvrages de quelques uns de ces excellents ouvriers du burin, comme des Sadeler, Vilamene, Svannebourg, & quantité d’autres dont j’estime extremement les beaux traits car d’imiter un graveur dont la graveure au burin ne paroist que comme à l’eau forte, je n’y vois pas grande apparence.

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure

Quotation

MANIERE DE FAIRE la composition ou mixtion du suif et de l'huile pour couvrir aux planches ce que lon desire ue l'eau forte ne creuse davantage [...]

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure

Quotation

Vous considererez donc que ce n’a pas esté sans suject, qu’en vous disant la maniere de manier vos Pointes & Eschoppes, j’ay toûjours dit qu’il falloit appuyer ferme ou l’on desireroit que les traicts fussent gros, & soulager où aleger la main en approchant des bouts du traict, si ledit traict y doit estre delié, ce qui ay de extrement à l’eau forte ; Par exemple, […]

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure

Quotation

[…] ; puis vous couvrirez de mixtion pour la dernière fois ; ce que vous jugerez à propos de couvrir encore ; Car vous sçavez que c’est selon les desseins & la sorte d’ouvrage dont ils sont composez, qu’il y a plus ou moins d’adoucissemens & de douceurs à faire : & apres cela vous reversez pour la derniere fois de l’eau forte dessus […].

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure

Quotation

De plus l’Impression ou la maniere d’Imprimer l’une & l’autre desdites Planches, est toute semblable, il n’y a que la Graveure à l’eau forte, laquelle peut estre plus difficile à imiter, à cause que tous les Cuivres sur quoy lon grave sont ordinairement de differente nature ; l’un plus mol ou doux, & l’autre plus aigre ou dur ; Pareillement les eaux fortes de differente, qualité force ou foiblesse ; [...]

Sur le techniques de gravure, voir aussi l'ouvrage de Bosse "Traité des manières de graver" (1645)

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure
PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition de la gravure

Quotation

Francesque Parmesan a aussi gravé plusieurs piéces, où l'on voit qu'il s'est servi du burin & de l'eau forte. La maniére de graver à l’eau forte que l'on trouva alors est une invention tres-avantageuse, & d'une grande utilité ; car quoy que les Estampes n'en soient pas si nettes que des planches qui sont gravées avec le burin, neanmoins il y a beaucoup plus d'art & d'esprit.

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure

Quotation

Celle [ndr : manière] qui se fait à l’eau forte, semble plus commode pour les grandes ordonnances, & pour les pieces où l’on veut faire paraistre plus d’art, & de dessein, que de delicatesse, & de douceur.

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure

Quotation

Quant à la Graveure à l’Eau-forte, il y a plus de sujettion. Il est necessaire que la Planche soit bien polie & bien nette, après quoy on la chauffe sur le feu, on la couvre d’un Vernix sec, ou liquide ; car il y en a de deux façons. Ensuite l’on noircit ce Vernix par le moyen d’une chandelle allumée au dessus de laquelle on met la Planche du costé du Vernix.
Cela estant fait, il n’est plus question que de Calquer son dessein sur cette Planche, ce qui est bien plus facile que pour graver au burin ; car en frottant le dessous du dessein avec de la sanguine, ou autrement, & le posant ensuite sur le cuivre pour le Calquer avec une pointe d’éguille, la sanguine qui est derriere le dessein, marquant aisément sur le Vernix, fait que l’on suit bien mieux dans cette sorte de travail, les mesmes traits du dessein, & qu’on est beaucoup plus correct dans les contours, & les expressions de toutes les Figures. Ce qui est cause que les Peintres qui font graver eux-mesmes leurs Ouvrages, travaillent souvent à former les premiers traits des Figures pour conserver la force, & la beauté du dessein. Aussi dans les pieces faites à l’Eau forte, on y voit plus d’art que dans les autres qui sont gravées au burin, ou quelquefois on se sert aussi de l’Eau-forte pour former legerement les contours des Figures, afin de les avoir plus correctes.
Ce qu’il y a d’avantageux dans la graveure à l’Eau-forte, est que non seulement la maniere en est beaucoup plus expeditive, qu’au burin ; mais le travail en est encore ordinairement plus beau dans les païsages, dont les arbres & les terrasses estant touchées avec plus de facilité, paroissent plus naturelles. 
Il est vray aussi qu’il est quelquefois besoin de retoucher au burin certaines parties qui n’ont pas assez de force, ou bien que l’eau-forte n’a pas assez mangées ; car il est mal-aisé que dans une grande Planche toutes les parties viennent à estre penetrées avec une si grande égalité qu’il n’y ait quelque chose à redire. 
Il ne suffit pas que le Graveur travaille avec la pointe de son
Eguille, ou de son Eschope dans tous les endroits de son Ouvrage avec la force, & la tendresse necessaire à faire paroistre les parties éloignées, & les plus proches. Il faut encore qu’il prenne garde, quand il vient à mettre l’eau-forte sur la Planche, qu’elle ne morde pas également par tout ; ce qu’il se fait avec une mixion d’huile, & de suif de chandelle.
Pour cet effet, il a une espece de quaisse de bois, poissée, contre laquelle il attache sa planche un peu inclinée, & jette l’Eau-forte dessus, en sorte qu’elle n’y fait que couler, & retomber aussi-tost dans un vase de terre qui est dessous. Il prend garde lors que les parties qui ne doivent pas estre si mangées ont assez receu de cette eau, & ostant la planche, il la lave bien avec de l’eau claire qu’il jette dessus, la fait seicher doucement auprés du feu, puis il couvre les parties les plus éloignées, & les hacheures qu’on veut laisser les plus foibles, avec de cette mixtion d’huile & de suif, dont j’ay parlé, afin que l’eau forte n’y penetre pas davantage ; & ainsi couvrante à diverses fois, & autant qu’il veut les endroits qui doivent estre les moins forts, il fait que les Figures qui sont devant, sont toujours lavées de l’eau-forte, qui les penetre, jusques à ce qu’il voye qu’elles sont assez gravées suivant la force qu’il desire leur donner.
L’on se sert de deux sortes de Vernix, l’un que l’on appelle mol, & l’autre dur ; il y a aussi deux sortes d’Eau-forte, l’une d’Affineur, qu’on appelle Eau blanche, & l’autre qu’on nomme de l’Eau verte qui se fait avec du vinaigre, du sel commun, du sel armoniac, & du vert de gris. Celle-cy se coule sur les planches, comme j’ay dit, & l’on peut s’en servir avec les deux vernix. L’autre au contraire n’est bonne que pour le vernix mol, & ne se jette pas comme l’autre, on met la planche sur une table tout à plat, & après l’avoir bordée de cire, on la couvre de cette Eau blanche que l’on tempere plus ou moins avec de l’eau commune.
Au regard des Pointes ou Echopes, dont l’on travaille, l’on prend de grosses ou moyennes éguilles, dont l’on fait les unes en pointes, & les autres plus grosses que l’on coupe d’une maniere qui forme une ovalle, comme les Echopes des Orfevres Ces sortes d’outils que l’on a de plusieurs façons, & de differentes grosseurs, sont les seuls necessaires pour cette maniere de travail. L’on a une Pierre pour les aiguiser, & un gros pinceau de Poil de gris, ou une plume pour servir d’Espousettes, afin d’oster de dessus la planche, les ordures, ou le vernix qui s’enleve à mesure qu’on grave.

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure

Quotation

Callot, à leur exemple, commença à desseigner en petit. Il eut pour cela un genie si heureux, qu’il ne mit guéres à les surpasser ; aussi a-t-on vû dans la suite, comment il s’est rendu incomparable dans cette sorte de travail. Ce fut alors qu’il résolut de quitter le burin, pour s’appliquer à l’eau-forte : jugeant que c’estoit un veritable moyen de pouvoir mettre au jour, avec plus de facilité, de grandes ordonnances, & de produire beaucoup plus d’ouvrages, qui s’exécutant plus promptement qu’au burin, reçoivent aussi bien mieux l’esprit & le feu que l’Ouvrier leur inspire. […]
Aussi est-il tres-important, qu’un Graveur à l’eau-forte manie fort bien le burin, & sache comment il faut couper le cuivre, afin de réparer les manquemens qui peuvent arriver par le défaut du vernis, de l’eau-forte, ou quelque autre accident, & aussi pour retrouver & pour donner plus ou moins de force aux endroits qui peuvent en avoir besoin ; & c’est ce que Callot sçavoit faire excellemment bien.

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure

Quotation

Il [ndr : Jacques Callot] fut le premier qui se servit du vernis dur. Car avant luy, les Graveurs à l’eau-forte n’employoient que du vernis mol. Mais pendant qu’il estoit à Florence, ayant examiné le vernis des faiseurs de luts, & observé comme il se séche & durcit promptement, il crut qu’il pourroit en faire un bon usage. En ayant essayé, il trouva qu’en effet, il estoit beaucoup plus propre pour les ouvrages qu’il faisoit, que le vernis mol, tant parce que l’aiguille & l’eschope gravent plus nettement sur cette sorte de vernis, qu’à cause qu’on est plus assûré de ne le pas gâter, lorsqu’en travaillant on appuye la main dessus : outre cela, on a l’avantage de n’y mettre l’eau forte, que quand on veut, pouvant laisser six mois & un an tout entier une planche avec le vernis dessus sans y toucher. Ce qui ne se peut faire sur le vernis mol, où l’eau-forte de mord pas, si on ne la met aussi-tost qu’on a gravé, ou peu de temps après.
On peut encore ajoûter à ces considérations, que pour ce qui regarde l’Architecture, on tire des lignes beaucoup mieux sur le vernis dur, où toutes les choses, comme j’ay dit, s’y gravent plus nettement. Il est vray, que pour le paysage qui se doit toucher d’une maniére libre & facile, il paroist plus moëlleux & moins sec, lorsqu’on se sert du vernis mol.

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure

Quotation

On peut donc dire que si le burin termine & perfectionne l’eau forte, il en reçoit aussi beaucoup de mérite & de goût ; elle lui donne une ame qu’il n’avoit point ou du moins qu’il n’auroit que très-difficilement sans elle : elle lui dessine ses contours avec sûreté & esprit, elle lui ébauche ses ombres avec un goût méplat & varié suivant les divers caracteres des sujets, comme terrains, pierres, paysages, ou étoffes de différente épaisseur, ce que le Burin ne fait qu’avec une égalité soit de ton, soit de couleur qui ne satisfait pas si bien : enfin elle lui prépare dans les chairs des points d’une forme différente de ceux du Burin qui sont longs & de ceux de la pointe séche qui sont trop exactement ronds ; ceux que produit l’eau forte sont d’un rond plus irrégulier & d’un noir différent, & du mêlange des uns & des autres, il résulte un empâtement plein de goût ; & il est certain qu’avant l’invention de l’eau forte il manquoit quelque chose à la Gravûre, surtout pour bien rendre les tableaux d’histoire lorsqu’ils sont peints avec facilité & hardiesse.

Conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → qualité du dessin
GENRES PICTURAUX → peinture d’histoire
MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure

Quotation

C’est ce fini & cette exécution précise qui est parfaitement rendue par la propreté du Burin ; au lieu que le pinceau libre de l’histoire est mieux rendu par la hardiesse & la facilité de la pointe à l’eau forte.

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure
EFFET PICTURAL → qualité du dessin
GENRES PICTURAUX → peinture d’histoire

Quotation

Laissons donc la Gravûre au Burin briller dans l’exécution des portraits où l’eau forte n’est pas si heureuse, & réservons-la pour les morceaux d’histoire où elle répand plus de goût & de facilité, & pour le petit à qui elle donne un esprit & un caractere de dessein que le Burin auroit bien de la peine à imiter. Au lieu de nous proposer pour modéle, en gravant à l’eau forte, des Estampes gravées au burin avec une grande pureté, (comme le conseille le M. Bosse) ce qui ne nous inspireroit que de la froideur ; mettons-nous plûtôt devant les yeux des morceaux des excellens Maîtres dont on vient de parler, ou même des eaux fortes pures des Peintres qui ont gravé, comme Benedette de Castillionne, Rimbrant, Berghem, &c. ou encore de nos Peintres modernes dont plusieurs ont gravé avec un esprit que les plus habiles Graveurs auroient peine à égaler.

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure
EFFET PICTURAL → qualité du dessin
GENRES PICTURAUX → peinture d’histoire

Quotation

[n.d.r. voir ce passage dans son ensemble]

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure
MATERIALITE DE L’ŒUVRE → outils

Quotation

Après tous les préparatifs que le sieur Bosse vient de détailler sur la maniere de graver au vernis dur, & au vernis mol qui est présentement le plus en usage, il ne sera pas hors de propos d’y ajouter une espece de théorie qui puisse faciliter aux Commençans les moyens de se perfectionner dans cet Art. C’est ce qui nous a engagé à joindre ici quelques principes nécessaires à ceux qui désirent faire leur talent principal de la Gravûre, & apprendre à préparer une Eau forte avec goût & de façon qu’elle se puisse aisément retoucher au Burin : ceux qui ne sont point à portée d’avoir facilement de bons Maîtres trouverons ici dequoi y suppléer, & ceux qui en ont, liront avec fruit cet ouvrage qui leur remettra devant les yeux les leçons qu’on leurs aura données, & qui s’échappent aisément de la mémoire. A l’égard de ceux qui gravent pour leur [p. 68 122] plaisir & qui veulent laisser leur planches [sic] dans l’état ou l’Eau forte les met, quoiqu’il semble qu’ils puissent graver avec plus de licence, ils y trouveront néanmoins des régles générales, qu’il leur est essentiel de sçavoir, & dont il est bon de ne se point écarter.
Nous supposons que la planche est toute préparée & que l’on a eu soin de calquer son trait sur le vernis, & d’y marquer aussi la terminaison des ombres & des demi-teintes :
il ne faut pas négliger de faire ce calque soi-même, afin qu’il soit le plus correct possible. Car quoiqu’il soit facile de le corriger en gravant, il vaut beaucoup mieux en être sûr, pour ne point avoir à tâtonner : d’ailleurs n’échappe-t’il pas assez de fautes involontaires malgré les soins que l’on prend, sans s’exposer encore à en faire par sa négligence ?

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure
MATERIALITE DE L’ŒUVRE → outils
PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition de la gravure

Quotation

La Gravure pouvant être regardée comme une façon de peindre ou dessiner avec des hachûres, la meilleure maniere & la plus naturelle de prendre ses tailles est d’imiter la touche du pinceau, si c’est un tableau que l’on copie : or il n’y a gueres de tableau qui soit fait avec art, où l’on ne découvre le maniement du pinceau. Si c’est un dessein, il faut les prendre du sens dont on hacheroit si on le copioit au crayon. Ceci est seulement pour la premiere taille : à l’égard de la seconde, il faut la passer par dessus de maniere qu’elle assure bien les formes conjointement avec la premiere, & par son secours fortifier les ombres & en arrêter les bords d’une maniere un peu méplate, c’est-à-dire, un peu tranchée [p. 70 124] & sans adoucissement. Il ne faut point la continuer [n.d.r. la seconde taille] dans les reflets, lorsqu’ils sont tendres, mais les laisser un peu plus clairs qu’ils ne doivent être lorsque la planche sera finie, réservant au Burin qui doit terminer l’ouvrage le soin d’allonger cette taille pour assourdir les reflets, & leur ôter le transparent qui les rendroit trop semblables aux Ouvrages qui font dans les lumieres ; Si l’ombre étoit très-forte & le reflet aussi, alors il faudroit la graver à deux tailles avec une grosse pointe, & le reflet de même à deux tailles, mais avec une pointe plus fine.

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure
MATERIALITE DE L’ŒUVRE → outils
PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition de la gravure

Quotation

Si l’on veut donc faire une eau Forte spirituelle & avancée, on doit souvent changer de pointe sur les devants, & pour donner plus de caractere aux choses qui en sont susceptibles, il faut les graver par des tailles courtes, méplates, & arrêtées fermement le long des muscles ou des draperies qu’elles forment ; car les tailles longues et unies produisent un fini froid & sans goût.

Eau-forte Spirituelle

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la gravure
PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition de la gravure