HUILE (n. f.)

OIL (eng.) · ÖL (deu.) · OLIEVERF (nld.) · OLIO (ita.)
TERM USED IN EARLY TRANSLATIONS
OIL (eng.) · ÖL (deu.) · OLIO (ita.)

FILTERS

LINKED QUOTATIONS

7 sources
9 quotations

Quotation

Comment on peut faire une peinture qui sera presque eternelle, & paroistra tousjours fraische 
Ayant tracé le dessein que vous voulez peindre sur une feuille de papier fin bien tenduë sur un chassis ; vous y chercherez premierement une bonne & grosse imprimeure faite de carreau pillé & de poix puis une autre imprimeure de blanc & de massicot, sur laquelle vous colorirez vostre dessein, & le vernirez aprés de vieille huille cuitte, qui soit claire & fort espaisse : en suitte vous colorez dessus avec le mesme vernis un panneau de verre bien net & bien plat. Mais il faut encore mieux prendre un carreau de terre bien vitrifié & coucher dessus une imprimeure de blanc & de massicot, & puis peindre & appliquer le vernis, & le couvrir d’un beau cristal ; mais auparavant il faudra bien faire secher vostre peinture dans une estuve, & en suitte la vernir avec de l’huile de noix & de l’ambre, ou bien seulement d’huile de noix bien espurée & espaisse au soleil.
NOTA
L’invention qu’on a trouvée depuis quelque temps de peindre en esmail avec tant de perfection, est tres convenable au titre de ce chapitre, & autrement excellente que la methode qui nous est descrite icy.

term translated by OLIO in DA VINCI, Leonardo, Trattato della pittura di Lionardo da Vinci, novamente dato in luce, con la vita dell'istesso autore, scritta da Rafaelle Du Fresne. Si sono giunti i tre libri della pittura, & il trattato della statua di Leon Battista Alberti, con la vita del medesimo, TRICHET DU FRESNE, Raphaël (éd.), Paris, Jacques Langlois, 1651., p.108
term translated by OIL in DA VINCI, Leonardo, A Treatise of Painting by Leonardo da Vinci. Translated from the Original Italian, and adorn'd with a great Number of Cuts. To which is prefx'd, The Author's Life ; Done from The last Edition of the French, London, J. Senex - W. Taylor, 1721., p.183
term translated by ÖL in DA VINCI, Leonardo, Des vortreflichen Florentinischen Mahlers Lionardo Da Vinci Hoch-nützlicher Tractat von der Mahlerey, BÖHM, Johann Georg (éd.), Nürnberg, Johann Georg Böhm, 1724., p.139

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la peinture

Quotation

Ayant parlé de la necessité qu’il y a de se servir de l’Huile grasse pour seicher les Couleurs, je ne sçaurois oublier de mettre icy la maniere de la faire, laquelle nostre Disciple ne trouveroit pas peut-être ailleurs.
Il faut avoir une once de Litarge d’or, l’ecraser & la mettre dans un linge, & en ayant fait un noüet, comme quand on veut époncer, il le faut exprimer en le trempant souvent dans de l’huille de noix, que vous mettrés dans un pot d’environ chopine : Et quand cette huille aura pris la couleur de la Litarge, vous la ferés bouïllir l’espace d’un quart d’heure, avec ce nouët de Litarge. Lors que l’huille commencera à brunir, & qu’elle filetera au bout de l’espatule avec quoy on la remüera, il faudra la tirer de dessus le feu, & la laisser dans le mesme pot. Si elle est trop épaisse, c’est une marque qu’elle a trop boüilly : c’est pourquoy il faudra remettre d’autre huille sur la premiere, dans le meme pot, lequel vous ne laisserez sur le feu, qu’autant de temps qu’il sera besoin pour faire votre huile raisonnablement claire, ce que vous jugerez en la faisant souvent filleter au bout de l’espatule : car le plus ou moins de feu empesche de determiner le temps.

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → couleurs

Quotation

Quand aux huiles, les meilleures qu’on puisse employer sont celles de Noix & de Lin
Pour faire couler les Couleurs, & retoucher plus aisément les Tableaux, l’on se sert d’huile d’
Aspic, qui fait boire, & oste le luisant d’un tableau. Elle est propre aussi à enlever la crasse, & à nettoyer les tableaux ; mais il faut prendre garde qu’elle n’emporte la Couleur. Elle est faite de fleurs de Lavande. 
Il y a une autre huile tirée de la Resine, que les Italiens appellent
Aqua di rasa, & nous Huile de Therebentine. Elle est encore bonne à mesler avec l’Outremer & les Emaux, parce qu’elle s’évapore aussi-tost. Lorsqu’on en veut user il n’est pas necessaire qu’il y ait dans la Couleur beaucoup d’autre huile, qui ne sert qu’à la faire jaunir. 
L’on employe encore des Huiles siccatives, pour faire que les autres seichent plus promptement. Il s’en fait de plusieurs sortes. Il y en a qui n’est composée que d’
Huile de noix qu’on fait boüillir avec de la Litarge d’or & un Oignon entier & pelé, qu’on retire après qu’il a boüilly ; Il sert à dégraisser l’huile & à la rendre plus claire. 
On en fait encore d’une autre sorte en faisant boüillir dans de l’Huile de noix de l’Azur en poudre, ou de l’Email. Quand le tout a boüilly, on laisse reposer l’huile, & on en prend le dessus. Elle sert à détremper le Blanc, & les autres Couleurs que l’on veut conserver les plus propres.

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la peinture

Quotation

Deuxième partie, Des Couleurs qu’il faut pour la Peinture à l’Huile, & la maniere de les preparer.
Les Couleurs.
[ndr voir cette partie dans son ensemble]

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → couleurs

Quotation

Autre huille grasse pour faire seicher les couleurs.
[ndr titre de paragraphe ; se rapporter au texte]

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → couleurs

Quotation

Pour les huilles.
[...]
[ndr voir ce passage dans son ensemble]

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → couleurs

Quotation

CXXXIII.
N’employez à aucune de ces choses [ndr : les fruits, les poissons, les reptiles, les oiseaux, les animaux, les figures et les fleurs] du Blanc de Plomb, il n’est propre qu’en Huile, & il noircit comme de l’Ancre, n’estant détrempé qu’à la Gomme, partïculierement si vous mettez vostre ouvrage dans un lieu humide ou avec des Parfuns, & la Ceruse de Venise est aussi fine, & d’un aussi grand blanc. De celuy-là, n’en épargnez pas l’usage, sur tout en ébauchant, & faites-en entrer dans tous vos meslanges, afin de leur donner un certain Corps qui empaste vostre ouvrage, & qui le fasse paroistre doux & moileux.

Le goust des Peintres est neanmoins different en ce point, les uns en employent un peu, d’autres point du tout ; mais la maniere de ceux-cy est maigre & seiche, les autres en mettent beaucoup, & c’est sans contredi la meilleure Methode & la plus usitée parmy les habiles Gens ; car outre qu’elle est prompte, c’est que l’on peut en s’en servant (ce qui seroit quasi impossible autrement) copier toutes sortes de Tableaux, nonobstant le sentiment contraire de quelques-uns, qui disent qu’en mignature l’on ne peut donner la Force & toutes les differentes Teintes qu’on void dans les Pieces en Huile, ce qui n’est pas vray, du moins pour les bons Peintres, & les effets le prouvent assez ; car il se void des Figures, des Païsages, des Portraits, & toute autre chose en mignature, touchez d’une aussi grande maniere, aussi vraye & aussi noble, quoy que plus mignonne & delicate qu’en huile.

Je sçay pourtant que cette Peinture a ses avantages, quand ce ne seroit que celuy de rendre plus d’ouvrage, & de consommer moins de temps, elle se deffend mieux aussi contre ses injures, & il faut encore luy ceder le droit d’Ainesse & la gloire de l’Antiquité.
Mais aussi la Mignature a les siens, & sans repeter ceux que j’ay déja montrez, elle est plus propre & plus commode, l’on porte aisément tout son Attirail dans sa poche, vous travaillez par tout quand il vous plaist, sans tant de preparatifs, vous pouvez la quitter & la reprendre quand & autant de fois que vous voulez, ce qui ne se fait pas à la premiere, où l’on ne doit guere travailler à sec.
Mais remarquez qu’il est de l’une & de l’autre, comme de la Comedie, dans laquelle la plus grande ou la moindre perfection des Acteurs ne consiste pas à faire les hauts ou les bas Rolles, mais à faire extremement bien ceux qu’ils font, car si celuy qui aura le dernier personnage, s’en acquitte mieux qu’un autre de celuy de Heraut, il meritera sans doute plus d’approbation & de loüange.
C’est la mesme chose dans l’Art de Peindre, son excellence n’est pas attachée à la Noblesse d’un sujet ; mais à la maniere dont on le traite, avez-vous talent pour celuy-cy, ne vous jettez pas inconsiderément dans celuy-là, & si vous avez receu du Ciel quelque étincelle de ce beau Feu, connoissez pourquoy il vous est donné, & faites-vous-y un chemin facile ; les uns prendront bien les differens airs du Teste, les autres réussiront mieux en Païsages, ceux-cy travaillent en petit, qui ne le pourroient faire en grand, ceux-là sont bons Coloristes, & ne possedent pas le Dessein, d’autres enfin n’ont du Genie que pour les Fleurs : Et les Bassans mémes, se sont acquis un nom par les Animaux, qu’ils ont touchez de tres-bonne maniere, & mieux que toute autre chose.
C’est pour dire que chacun se doit contenter de sa Verve, sans vouloir se revétir du talent d’autruy, […].

term translated by OIL in BOUTET, Claude, The Art of Painting in Miniature: Teaching The speedy and perfect Acquisition of that Art without a Master. By Rules so easy, and in a Method so natural as to render this charming Accomplishment universally attainable. Containing I. The Difference between Painting in Miniature, and other Kinds of Painting. II. The Management of Colours in Draperies, Linnen, Lace, Furrs, &c. III. The Method of mixing Colours for Carnations ; for painting of Architecture, or any Building of Stone or Wood ; for Landskips, Terrasses, Water, Ruins, Rocks, &c. IV. The Art of Painting all Sorts of Flowers, with the proper Colours required to represent Nature to the highest Perfection. V. The various Methods of Painting. Translated from the Original French. The Fourth Edition. To which are now added, I. Certain Secrets of one of the greatest Italian Painters for making the finest Colours, Burnished Gold, Shell Gold, &c. II. Some general instructive Lessons for the Art of Drawing. And III. The Usefulness and Benefit of Prints, London, J. Hodges - J. James - T. Cooper, 1739., p. 84-87.

Conceptual field(s)

EFFET PICTURAL → touche
EFFET PICTURAL → qualité des couleurs
CONCEPTS ESTHETIQUES → grandeur et noblesse
PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → comparaison entre les arts

Quotation

HUILE. L’invention de peindre à l’huile est du quinziéme siécle. Jean de Bruges Peintre Flamand, en est l’auteur. Cette Peinture consiste à employer des couleurs broyées & détrempées avec de l’huile : elle a plusieurs avantages sur la détrempe : elle est plus douce, elle imite mieux le naturel, elle marque plus fortement les ombres, & elle peut se remanier. On ne s’en sert communément que dans les tableaux de moyenne grandeur : cependant il y a de grands ouvrages comme des voûtes d’Eglise & des galeries qui sont peintes à l’huile ; mais outre que le grand air les noircit ou les jaunit, souvent la moindre humidité en détache la Peinture, ce qui n’arrive point à la fraisque, qui ne tombe qu’avec la muraille même sur laquelle on l’applique. 
Les meilleurs
huiles qu’on puisse employer, sont l’huile de lin, & de noix. 
Pour fondre les couleurs, & pour les adoucir sur la toile, on employe l’
huile d’aspic, qui ôte le luisant des Peintures : on s’en sert aussi pour nettoyer les tableaux : mais il faut prendre garde qu’elle n’emporte la couleur.

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → technique de la peinture

Quotation

Je commencerai par les Portraits à l’huile fort au dessus des Pastels soit par la sience & la difficulté du succès, soit par la solidité de leur durée qui ne sauroit être comparée aux beautés volatiles des craïons, & dont les finesses si piquantes, & admirées avec justice, sont aussi fragiles que la Glace qui les défend, & disparoissent à la première chûte du Tableau, où la pénétration de la moindre humidité des lieux où ils sont placés.

Conceptual field(s)

MATERIALITE DE L’ŒUVRE → couleurs