JE-NE-SAIS-QUOI (expr.)

DAUVOIS, Daniel, « Beauté et grâce chez Félibien », Nouvelle revue d’esthétique, 4, 2009, p. 41-48 [En ligne : www.cairn.info/revue-nouvelle-revue-d-esthetique-2009-2-page-41.htm consulté le 05/01/2015].
FÉLIBIEN, André, Entretiens sur les vies et sur les ouvrages des plus excellents peintres anciens et modernes. Entretiens I et II. Introduction, établissement du texte et notes par René Démoris, DÉMORIS, René (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1987.
RIADO, Benjamin, Le "Je-ne-sais-quoi". Aux sources d'une théorie esthétique au XVIIe siècle, Paris, L'Harmattan, 2012.

FILTERS

CONCEPTUAL FIELDS

LINKED QUOTATIONS

4 sources
6 quotations

Le je-ne-sais-quoi allie à la fois la beauté et la grâce, et en cela, il se situe au-delà de ces deux notions. Plus que l'ouvrage parfait (qui lui aussi associe beauté et grâce), le je-ne-sais quoi relève d'une dimension transcendantale et reste ainsi intimement lié à la grâce. Mais Félibien instaure encore une distinction supplémentaire : bien que la grâce, expression des mouvements intérieurs de la figure humaine, se rapproche de l’indicible, le je-ne-sais-quoi lui, la dépasse pour atteindre l’ordre du divin ou plus précisément une « splendeur toute divine » qui elle, ne se fixe dans le discours de l'auteur, sur aucun aspect précis et tangible de la peinture.

Quotation

Ce je ne sçay quoy qu’on a toûjours à la bouche, & qu’on ne peut bien exprimer, est comme le nœud secret qui assemble ces deux parties du corps & de l’esprit. C’est ce qui resulte de la belle symetrie des membres & de l’accord des mouvemens ; Et comme cet assemblage se fait par un moyen extremement subtil & caché, on ne peut le voir assez ny le bien connoistre pour le representer & l’exprimer comme l’on voudroit. Cependant on peut dire qu’il se remarque sur un visage de la mesme sorte que cette fraischeur & ce feu que l’on voit au matin sur une rose qui commence à s’épanouïr, dont la forme & la beauté de ses couleurs est comme le siege de cette fraischeur & de cet éclat qui paroist d’une maniere toute spirituelle. Car Ce je ne sçay quoy n’est autre chose qu’une splendeur toute divine qui naist de la beauté & de la grace.

splendeur

Conceptual field(s)

CONCEPTS ESTHETIQUES → beauté, grâce et perfection

Quotation

Il [ndr : le peintre] expliqueroit comme le Dessein ayant pour partage la proportion, il la doit garder dans toutes les parties de son ouvrage ; que c’est à luy à juger de leur convenance, & de la juste égalité qui doit estre entre elles ; & que de luy dépend la position des Figures pour estre mises sur leur plan, ou pour mieux dire sur leur centre, avec la ponderation ou équilibre qui les peut tenir en estat : Taschant de faire concevoir autant qu’il est possible de quelle sorte se forme cette Beauté & cette Grace si excellentes, dont nous venons de parler, ce Je ne sçay quoy qui ne se peut exprimer, & qui consiste entierement dans le Dessein.

grâce

Conceptual field(s)

CONCEPTS ESTHETIQUES → beauté, grâce et perfection

Quotation

107. [Les Parties doivent avoir leurs Contours en Ondes, & ressembler en cela à la flâme ou au serpent.] La raison de cela vient de l'action des muscles, […]. Les Contours qui sont en ondes donnent non seulement de la grace aux Parties, mais aussi à tout le Corps, lors qu'il n'est soûtenu que sur une jambe, comme nous le voyons dans les Figures d'Antinoüs, de Meleagre, de la Venus de Medicis, de celle du Vatican, & de deux autres de Borgheze, de la Flore, de la Déesse Vesta, des deux Bacchus de Borgheze, & de celuy de Lodovise, & enfin de la plus grande partie des Figures Antiques qui sont debout, & qui posent davantage sur un pied que sur l'autre. Outre que les Figures & leurs Membres doivent presque toûjours avoir naturellement une forme flamboyante & serpentive, ces sortes de Contours ont un je ne sçay quoy de vif & de remuant, qui tient beaucoup de l'activité du feu & du serpent.

term translated by I KNOW NOT WHAT in DE PILES, Roger et DU FRESNOY, Charles-Alphonse, The Art of Painting by C.A. DU FRESNOY with Remarks, trad. par DRYDEN, John, London, W. Rogers, 1695., 120

Conceptual field(s)

L’HISTOIRE ET LA FIGURE → figure et corps
CONCEPTS ESTHETIQUES → beauté, grâce et perfection

Quotation

Il n’y a point d'Auteur qui ait plus amplement traité des diverses proportions du corps humain qu'Albert Durer : ni de Peintre qui en ait recherché les mesures avec plus de soin que lui : car il a donné quatre diferentes échelles de la proportion de l'homme, & de la femme : tant pour les hauteurs que pour les largeurs : de sorte que la plupart de ceux qui en ont écrit , comme Jean Paul Lomasse Milanois, & Pader Peintre Tolosain, qui a traduit le premier livre de cet Auteur, semblent avoir puisé toutes leurs règles d'Albert Durer. Mais quoi qu'il soit très - important de les savoir : il ne faut pas qu'on s'imagine, aprés avoir lu attentivement & bien compris ce qu'ils en ont écrit, d'être savant dans le Dessein : Si d'ailleurs on n'en a pas fait une longue étude, en dessinant d'aprés le naturel : & si l'on n'a pas fortement imprimé dans son esprit, ses yeux & ses mains, ce je ne sai quoi qui charme, & les yeux & la raison, par la convenance d'une partie avec un'autre, & de chacune avec le tout qu'elles composent, comme j'ai dit un'autre fois.

Conceptual field(s)

CONCEPTS ESTHETIQUES → convenance, bienséance
SPECTATEUR → perception et regard

Quotation

Il y a plusieurs choses à considérer dans l’Invention, savoir l’action & le mouvement, qu’on apelle aussi le feu, l’expression & quelqu’autres, je ne sai quoi que les Italiens apellent fierté, furie, terribilité : Et enfin la douceur et la grace.

Conceptual field(s)

CONCEPTS ESTHETIQUES → beauté, grâce et perfection

Quotation

Il est certain que dans une confrontation, les premiers originaux se distingueront par beaucoup plus de délicatesse, plus d’esprit, plus de finesse, une touche plus franche dans les contours & dans la premiere ébauche dont on entrevoit toujours quelque chose, en un mot un certain je ne sçai quoi qu’on apperçoit & où le maître ne peut jamais revenir du second coup. Hyacinthe Rigaud, par exemple, a fait de nos jours tout de sa main de celles copies des grands portraits de Louis XIV & de Philippe V qui sans contredit sont de seconds originaux, mais moins précieux que les premiers.

Conceptual field(s)

SPECTATEUR → perception et regard
PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → statut de l'oeuvre : copie, original...