MERVEILLEUX (adj.)

TOVERACHTIG (nld.) · VERWUNDERUNG (deu.) · WONDERBAARLIJK (nld.) · WUNDER (deu.)
TERM USED AS TRANSLATIONS IN QUOTATION
ADMIRABLE (eng.)
TERM USED IN EARLY TRANSLATIONS
VERWONDERING (nld.)
HARTMANN, Pierre, Du sublime : de Boileau à Schiller, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1997.

FILTERS

LINKED QUOTATIONS

5 sources
8 quotations

Quotation

Il ne reste plus pour finir cette Préface, que de dire ce que Longin entend par Sublime. Car comme il escrit de cette matiere aprés Cecilius qui avoit presque emploié tout son Livre à montrer ce que cest que Sublime, il na pas crû devoir rebatre une chose qui navoit esté dêja que trop discutée par un autre. Il faut donc sçavoir que par Sublime, Longin n’entend pas ce que les Orateurs appellent le Stile Sublime : mais cet extraordinaire & ce merveilleux qui frappe dans le Discours, &  qui fait qu’un Ouvrage enleve, ravit, transporte. Le Stile Sublime veut toûjours de grands mots : mais le Sublime se peut trouver dans une seule pensée, dans une seule figure, dans un seul tour de paroles. Une chose peut estre dans le Stile Sublime, et n’estre pourtant pas Sublime ; c’est à dire n’avoir rien d’extraordinaire ni de surprenant. Par exemple, Le souverain Arbitre de la Nature d’une seule parole forma la lumiere. Voilà qui est dans le Stile Sublime : cela n’est pas neanmoins Sublime : parce qu’il n’y a rien là de fort merveilleux, & qu’un autre ne pust aisément trouver. Mais. Dieu dit : Que la lumière se fasse, et la lumière se fit. Ce tour extraordinaire d’expression qui marque si bien l’obéïssance de la Creature aux ordres de Createur est veritablement sublime, & a quelque chose de divin. Il faut donc entendre par Sublime dans Longin, l’Extraordinaire, le Surprenant & comme je l’ay traduit, le Merveilleux dans le discours.

Boileau est l'auteur de cette préface.

Conceptual field(s)

CONCEPTS ESTHETIQUES → merveilleux et sublime

Quotation

Car tout ce qui est veritablement Sublime, a cela de propre, quand on l’écoute, qu’il esleve l’ame, & lui fait concevoir une plus haute opinion d’elle mesme, la remplissant de joie & de je ne sçais quel noble orgueil, comme si c’estoit elle qui eust produit les choses qu’elle vient simplement d’entendre.
[…]. La marque infaillible du Sublime, c’est quand nous sentons qu’un Discours nous laisse beaucoup à penser, fait d’abord un effet sur nous auquel il est bien difficile, pour ne pas dire impossible, de resister, et qu’ensuite le souvenir nous en dure, & ne s’efface qu’avec peine. En un mot, figurez-vous qu’une chose est veritablement Sublime, quand vous voiez qu’elle plaist universellement & dans toutes ses parties. Car lors qu’en un grand nombre de personnes differentes de profession, & d’âge, & qui n’ont aucun rapport ni d’humeurs ni d’inclinations, tout le monde vient à estre frappé également de quelque endroit d’un discours ; ce jugement & cette approbation uniforme de tant d’esprits, si discordans d’ailleurs, est une preuve certaine & indubitable, qu’il y a là du Merveilleux & du Grand.

grand · sublime

Conceptual field(s)

CONCEPTS ESTHETIQUES → merveilleux et sublime

Quotation

Que ne dirons-nous donc point de la Composition, qui est en effet comme l’harmonie du discours dont l’usage est naturel à l’homme, qui ne frappe pas simplement l’oreille mais l’esprit : qui remuë tout à la fois tant de différentes sortes de noms, de pensées, de choses, tant de beautés, & d’elegances avec lesquelles notre ame a comme une espece de liaison & d’affinité : qui par le meslange & la diversité des sons insinuë dans les esprits, inspire à ceux qui écoutent les passions mesmes de l’Orateur, & qui bastit sur ce sublime amas de paroles, ce Grand & ce Merveilleux que nous cherchons ? Pouvons-nous, dis-je, nier qu’elle ne contribuë beaucoup à la grandeur, à la majesté, à la magnificence du discours, & à toutes ces autres beautés qu’elle renferme en soi, & qu’ayant un empire absolu sur les esprits, elle ne puisse en tout temps les ravir & les enlever ? Il y auroit de la folie à douter d’une verité si universellement reconnuë, & l’experience en fait foi.
Au reste il en est de mesme des Discours que des corps, qui doivent ordinairement leur principale excellence à l’assemblage, & à la juste proportion de leurs membres : De sorte mesme qu’encore qu’un membre separé de l’autre n’ait rien en soi de remarquable, tous ensemble ne laissent pas de faire un corps parfait. Ainsi les parties du Sublime estant divisées, le Sublime se dissipe entierement : au lieu que venant à ne former qu’un corps par l’assemblage qu’on en fait, & par cette liaison harmonieuse qui les joint, le seul tour de la Periode leur donne du son & de l’emphase. C’est pourquoi l’on peut comparer le Sublime dans les Periodes à un festin par escot auquel plusieurs ont contribué.

Conceptual field(s)

CONCEPTS ESTHETIQUES → merveilleux et sublime

Quotation

Ainsi dans un Ouvrage de Peinture ce n'est point assez qu'il y ait du feu & de l'imagination, ny que la justesse du dessin s'y rencontre, il y faut encore beaucoup de conduite au choix des objets, des couleurs & des lumières, si vous desirez qu'on trouve dans les Tableaux comme dans les Poëmes l'imitation de la Nature accompagnée de quelque chose de surprenant & d'extraordinaire; ou plustost ce merveilleux & ce vraysemblable, qui fait toute la beauté de la Peinture & de la Poesie.

Conceptual field(s)

CONCEPTS ESTHETIQUES → merveilleux et sublime
CONCEPTS ESTHETIQUES → nature, imitation et vrai

Quotation

Ce fut dans la mesme année 1647 qu’il [ndr : Poussin] acheva encore le Sacrement de Penitence, celuy de l’Ordre, & celuy de l’Eucharistie, qui est la Cene ; & que le sieur Pointel receût icy ce beau Tableau de Moïse sauvé des eaux, qui est presentement dans le Cabinet du Roy. Ce fut au sujet de ce Tableau qu’il écrivit une grande lettre à M. de Chantelou, par laquelle il luy mande. Que si ce dernier ouvrage luy a donné tant d’amour lors qu’il l’a veû, ce n’est pas qu’il ait esté fait avec plus de soin que celuy qu’il avoit receû de luy auparavent, mais qu’il doit considerer que c’est la qualité du sujet, & la disposition dans laquelle il se trouve luy-mesme, en le voyant, qui cause un tel effet. Que les sujets des Tableaux qu’il fait pour luy, doivent estre representez d’une autre maniere ; & que c’est en cela que consiste l’artifice de la Peinture. Que c’est juger avec trop de précipitation de ses ouvrages ; qu’estant difficile de donner son jugement si l’on n’a une grande pratique & la theorie jointes ensemble, les sens seuls ne doivent pas le faire, mais y appeler la raison. Que pour cela il veut bien l’avertir d’une chose importante qui luy fera connoistre ce qu’un Peintre doit observer dans la representation des choses qu’il traite. C’est que les anciens Grecs inventeurs des beaux Arts, trouverent plusieurs modes par le moyen desquels ils produisirent les effets merveilleux qu’on a remarquez dans leurs ouvrages. Qu’il entend par le mot de mode la raison, la mesure, ou la forme dont il se sert dans tout ce qu’il fait, & par laquelle il se sent obligé à demeurer dans de justes bornes, & à travailler avec une certaine médiocrité, moderation, & ordre déterminé qui établissent l’ouvrage que l’on fait dans son estre veritable.

Anciens (les)
Grecs (les)
POUSSIN, Nicolas

Conceptual field(s)

CONCEPTS ESTHETIQUES → merveilleux et sublime

Quotation

Il [ndr : Poussin] sçavoit bien que le merveilleux n’est pas moins propre à la peinture qu’à la poësie : mais il n’ignoroit pas aussi qu’il faut que la vrayssemblance paroisse en toutes choses, comme je vous ay dit qu’il l’écrivit luy-mesme au sieur Stella, en répondant à ceux qui avoient trouvé à redire à son Tableau du frapement du rocher, & qui n’approuvoient pas qu’il y eust marqué une profondeur pour l’écoulement des eaux.

Conceptual field(s)

CONCEPTS ESTHETIQUES → merveilleux et sublime
PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → comparaison entre les arts

Quotation

Il faut donc dans la Peinture quelque chose de grand, de piquant, d’extraordinaire, capable de surprendre, de plaire, d’instruire, & c’est ce qu’on appelle le grand Goût : c’est par lui que les choses communes deviennent belles, & que les belles deviennent sublimes & merveilleuses ; car en Peinture le Grand Goût, le Sublime & le Merveilleux ne sont que la même chose.

term translated by VERWONDERING in DE PILES, Roger, Beknopt verhaal van het leven der vermaardste Schilders : met Aanmerkingen over hunne werken, trad. par VERHOEK, Joannes, Amsterdam, Balthazar Lakeman, 1725., p. 26

Conceptual field(s)

CONCEPTS ESTHETIQUES → merveilleux et sublime
PEINTURE, TABLEAU, IMAGE → définition de la peinture

Quotation

Croïez qu’il y a tel homme d’esprit, qui sera plus capable de sentir les grandes beautez d’un tableau, que quantité de prétendus connoisseurs, qui vous imposent par leur jargon ; de ces gens qui ont passé leur vie à étudier les differentes manieres de tels & tels, sans s’appliquer à connoître quelle partie a rendu celui-ci plus fameux que cet autre. Il leur suffit de reconnoître la touche du Titien, ou du Carrache dans un tableau, pour le declarer merveilleux.

Conceptual field(s)

CONCEPTS ESTHETIQUES → beauté, grâce et perfection