CARRACCI, Agostino ( 1557-1602 )

CARRACCI, Agostino ( 1557-1602 )

ISNI:0000000121357445 Getty:500115349

Quotation

Mais il y a de la difference de cette manière de passer d’une couleur à une autre, à cette autre union & à ce passage de couleurs dont nous venons de parler. Quoy que ce soit une chose tres-estimable de bien unir ensemble les couleurs pour joindre des corps de differentes especes, ce n’est rien neanmoins en comparaison de sçavoir peindre les contours & les extremitez de tous les corps en general, & faire qu’ils se perdent par une suite & un détour insensible, qui trompe la veuë de telle sorte qu’on ne laisse pas d’y comprendre ce qui ne se voit point. Parrhasius fut celui des Peintres anciens qui posseda parfaitement cette science. Pline, qui en a fait la remarque, considere cette partie comme la plus difficile & la plus importante de la Peinture, parce, dit-il, qu’encore qu’il soit toujours avantageux de bien peindre le milieu des corps, c’est pourtant une chose ou plusieurs ont acquis de la gloire ; mais d’en bien tracer les contours ; les faire fuir, & par le moyen de ces affoiblissemens, faire en sorte qu’il semble qu’on aille voir d’une figure ce qui est caché ; c’est en quoy consiste la perfection de l’art, & ce qui ne s’apprend pas sans beaucoup de peine.
C’est aussi ce qui donne du relief aux corps, & qui dépend non seulement de l’affoiblissement des couleurs, mais encore de celuy des lumieres & des ombres. Les Anciens avoient raison de priser cette partie, parce qu’il faut beaucoup de connoissance pour la posseder. Si vous me demandez quels moyens les Peintres peuvent avoir pour l’acquerir, je vous diray que je n’en voy point de plus propre que les continuelles observations des differens effets de la lumiere & de l’ombre, qu’ils peuvent faire sur le naturel ; & en suitte d’imiter ces effets dans leurs tableaux par le moyen des couleurs & des teintes qu’il faut fortifier ou affoiblir selon qu’ils le jugeront necessaire.

Quotation

Il est inutile de dire que le Dessein est le fondement de cet Art, & qu’il est nécessaire qu’un Graveur sache dessiner correctement, car sans cela il ne pourra jamais bien imiter aucun Tableau ni Dessein, parce que son [p. 98 152] ouvrage ne sera fait qu’en tâtonnant : il pourra même être fait avec soin & d’une gravûre fort douce, mais sans esprit, sans art & sans intelligence.

Quotation

Mais lorsqu’il s’agit de copier les Tableaux des grands Maîtres, il faut que le Graveur se détache entierement de la propre maniere qu’il pourroit avoir de dessiner, pour se conformer à celle des ouvrages qu’il veut imiter & s’y conserver le caractere qui fait distinguer les manieres les unes des autres : & pour cet effet l’on doit beaucoup dessiner & bien du soin d’après les peintures de Rapahaël, des Carraches, du Dominiquain, du Poussin, &c. que si l’occasion ne se présente pas de pouvoir copier ces ouvrages, & qu’on ne puisse que les voir, il faut en remarquer toutes les beautés & les saisir dans la mémoire par une forte application d’esprit, & s’efforcer de reconnoître la différence de chacun dans la manière de tracer les contours.
Il est très-nécessaire qu’un Graveur sache l’Architecture & la Perspective. L’Architecture pour [p. 99 153] garder les proportions que les habiles Peintres quelquefois ne se donnent pas la peine de terminer dans leurs desseins ; surtout quand on grave d’après des croquis ou des tableaux peu finis. La Perspective, par les dégradations du fort au foible, lui donnera beaucoup de facilité pour faire fuir ou avancer les figures & autres corps représentés dans le Tableau qu’il doit imiter.

Quotation

Il est inutile de dire que le Dessein est le fondement de cet Art, & qu’il est nécessaire qu’un Graveur sache dessiner correctement, car sans cela il ne pourra jamais bien imiter aucun Tableau ni Dessein, parce que son [p. 98 152] ouvrage ne sera fait qu’en tâtonnant : il pourra même être fait avec soin & d’une gravûre fort douce, mais sans esprit, sans art & sans intelligence.
On passe sous silence la maniere de dessiner du Graveur, qui doit être la même que celle du Peintre : on dira seulement qu’il doit s’appliquer fortement à dessiner long-tems des pieds & des mains d’après l’antique, sur le naturel, & d’après les Tableaux & les Desseins d’habiles gens, & qu’il ne doit point négliger de voir les Estampes gravées d’Augustin Carrache, & de Villamene, qui ont parfaitement & facilement dessiné ces extrémités.

Quotation

Or encore que je ne face point de mention  de plusieurs autres [n.d.r. graveurs] comme de Marc Anthoine, Corneille Cort, Augustin Carrace, ce n’est pas que je ne les tienne excellents graveurs, & davantage, les plus sçavants qui ayent esté dans le dessein : Mais comme j’ay dit cy-devant, je n’ay autre intention que de proposer à celui qui veut graver à l’eau forte un modele pour y faire des hacheures ou traicts bien nets & bien fermes, & quoy que Cort, & Carrace, ayent gravé net, il me semble que c’est toûjours un peu moins que ceux que j’ay nommez cy-devant.

Quotation

Traveller.
           
After the Death of Raphael and his Schollars (for, as for Michael Angelo he made no School) Painting seemed to be Decaying ; [...] But much about the same time, the Carraches of Bologna came to Rome, and the two Brothers Painted together the famous Gallery of the Pallazzo Farneze : Hannibal the Youngest, was much the greatest Master ; though his Eldest Brother Augustin was likewise admirable ; they renewed Raphael’s Manner ; and Hannibal particularly, had an admirable Genius to make proper to himself any Manner he saw, as he did by Correggio, both as to his Colouring, Tenderness, and Motions of the Figures ; in a word, he was a most Accomplish’d Painter, both for Design, Invention, Composition, Colouring, and all parts of Painting ; having a Soveraign Genius, which made him Master of a great School of the best Painters Italy has had.

Quotation

Principes de la Gravûre au Burin.
Il est inutile de dire que le Dessein est le fondement de cet Art, & qu’il est nécessaire qu’un Graveur sache dessiner correctement, car sans cela il ne pourra jamais bien imiter aucun Tableau ni Dessein, parce que son [p. 98 152] ouvrage ne sera fait qu’en tâtonnant : il pourra même être fait avec soin & d’une gravûre fort douce, mais sans esprit, sans art & sans intelligence.
On passe sous silence la maniere de dessiner du Graveur, qui doit être la même que celle du Peintre : on dira seulement qu’il doit s’appliquer fortement à dessiner long-tems des pieds & des mains d’après l’antique, sur le naturel, & d’après les Tableaux & les Desseins d’habiles gens, & qu’il ne doit point négliger de voir les Estampes gravées d’Augustin Carrache, & de Villamene, qui ont parfaitement & facilement dessiné ces extrémités.
Je dis ceci afin que le Graveur se donne par ce moyen une liberté de les faire de bon goût pour s’en servir dans des occasions qui se rencontrent quelquefois de travailler d’après des Peintres médiocres, ou des Desseins qui ne sont pas finis.
Mais lorsqu’il s’agit de copier les Tableaux des grands Maîtres, il faut que le Graveur se détache entierement de la propre maniere qu’il pourroit avoir de dessiner, pour se conformer à celle des ouvrages qu’il veut imiter & s’y conserver le caractere qui fait distinguer les manieres les unes des autres : & pour cet effet l’on doit beaucoup dessiner & bien du soin d’après les peintures de Rapahaël, des Carraches, du Dominiquain, du Poussin, &c. que si l’occasion ne se présente pas de pouvoir copier ces ouvrages, & qu’on ne puisse que les voir, il faut en remarquer toutes les beautés & les saisir dans la mémoire par une forte application d’esprit, & s’efforcer de reconnoître la différence de chacun dans la manière de tracer les contours.

Quotation

Or encore que je ne face point de mention  de plusieurs autres [n.d.r. graveurs] comme de Marc Anthoine, Corneille Cort, Augustin Carrace, ce n’est pas que je ne les tienne excellents graveurs, & davantage, les plus sçavants qui ayent esté dans le dessein : Mais comme j’ay dit cy-devant, je n’ay autre intention que de proposer à celui qui veut graver à l’eau forte un modele pour y faire des hacheures ou traicts bien nets & bien fermes, & quoy que Cort, & Carrace, ayent gravé net, il me semble que c’est toûjours un peu moins que ceux que j’ay nommez cy-devant.

Quotation

[...] Ledit Marc Antoine [ndr : Marc-Antonio Raimondi] a tesmoigné par ses Œuvres qu’il estait fort exact imitateur de ses [ndr : Raphaël]  Originaux, mais non pas de rechercher une grande liberté de burin, & beauté en l’ordre & arrangement des hacheures, fortifiement & affaiblissement d’icelles, suivant le pres & le loin à l’égard du Tableau ou section, ainsi au contraire tout y paroist d’une mesme force, qui est à dire comme si tout estoit en un mesme plan [...] [...] Chérubin Albert [ndr : Cherubino Alberti] a eu aussi bien que d’autres, plus de talent au dessein, qu’à la netteté & egalité des hacheures [...]. Augustin Carrache, estoit aussi extremement sçavant, & mesme avoit une tres belle conduite de hacheure [...] Le Villamene a eu à mon sens une grande egalité d’hacheures, liberté, franchise & netteté au maniment du burin, & grand agreément ; [...] [...] le digne Svanebourg [ndr : Swanenburg], dont plusieurs de ses Ouvrages me ravissent, par la grande netteté, tendresse & belle conduite des hachures qui s’y voyent, notamment en quelques Stampes qu’il a faites sur les Desseins de Bloemard et de Rubens.  [...]

Quotation

Mais lorsqu’il s’agit de copier les Tableaux des grands Maîtres, il faut que le Graveur se détache entierement de la propre maniere qu’il pourroit avoir de dessiner, pour se conformer à celle des ouvrages qu’il veut imiter & s’y conserver le caractere qui fait distinguer les manieres les unes des autres : & pour cet effet l’on doit beaucoup dessiner & bien du soin d’après les peintures de Rapahaël, des Carraches, du Dominiquain, du Poussin, &c. que si l’occasion ne se présente pas de pouvoir copier ces ouvrages, & qu’on ne puisse que les voir, il faut en remarquer toutes les beautés & les saisir dans la mémoire par une forte application d’esprit, & s’efforcer de reconnoître la différence de chacun dans la manière de tracer les contours.
Il est très-nécessaire qu’un Graveur sache l’Architecture & la Perspective. L’Architecture pour [p. 99 153] garder les proportions que les habiles Peintres quelquefois ne se donnent pas la peine de terminer dans leurs desseins ; surtout quand on grave d’après des croquis ou des tableaux peu finis. La Perspective, par les dégradations du fort au foible, lui donnera beaucoup de facilité pour faire fuir ou avancer les figures & autres corps représentés dans le Tableau qu’il doit imiter.

Quotation

Mais lorsqu’il s’agit de copier les Tableaux des grands Maîtres, il faut que le Graveur se détache entierement de la propre maniere qu’il pourroit avoir de dessiner, pour se conformer à celle des ouvrages qu’il veut imiter & s’y conserver le caractere qui fait distinguer les manieres les unes des autres : & pour cet effet l’on doit beaucoup dessiner & bien du soin d’après les peintures de Rapahaël, des Carraches, du Dominiquain, du Poussin, &c. que si l’occasion ne se présente pas de pouvoir copier ces ouvrages, & qu’on ne puisse que les voir, il faut en remarquer toutes les beautés & les saisir dans la mémoire par une forte application d’esprit, & s’efforcer de reconnoître la différence de chacun dans la manière de tracer les contours.

Quotation

Or encore que je ne face point de mention  de plusieurs autres [n.d.r. graveurs] comme de Marc Anthoine, Corneille Cort, Augustin Carrace, ce n’est pas que je ne les tienne excellents graveurs, & davantage, les plus sçavants qui ayent esté dans le dessein : Mais comme j’ay dit cy-devant, je n’ay autre intention que de proposer à celui qui veut graver à l’eau forte un modele pour y faire des hacheures ou traicts bien nets & bien fermes, & quoy que Cort, & Carrace, ayent gravé net, il me semble que c’est toûjours un peu moins que ceux que j’ay nommez cy-devant.

Quotation

[...] Chérubin Albert [ndr : Cherubino Alberti] a eu aussi bien que d’autres, plus de talent au dessein, qu’à la netteté & egalité des hacheures [...]. Augustin Carrache, estoit aussi extremement sçavant, & mesme avoit une tres belle conduite de hacheure [...] Le Villamene a eu à mon sens une grande egalité d’hacheures, liberté, franchise & netteté au maniment du burin, & grand agreément ; Et aussi un tres-bon dessein entre plusieurs de ces beaux Ouvrages, il se voit une piece de l’invention de Paul Veroneze, d’une presentation de Jesus Christ au Temple [...]

Quotation

Du Paysage.
Ceux qui ont la pratique de l’eau forte peuvent en faire le contour, particulierement du feuillage des arbres : cela est un peu plus prompt, & ne fait pas plus mal, pourvû qu’on ait la discrétion de ne le pas faire trop fort, & qu’en l’achevant avec le Burin,  l’Eau Forte ne s’en remarque pas, d’autant qu’il n’auroit pas la même douceur.
[p. 111 165]
Pour le bien faire, je tiens qu’il faut se conformer à la maniere d’Augustin Carrache, qui le touchoit merveilleusement bien : mais on peut le finir davantage suivant l’occasion. Villamene & Jean Sadeler l’ont aussi fort bien touché, ainsi que Corneille Cort qui en a gravé plusieurs d’après le Mutian qui sont très-beaux, & dont on peut se sevir pour guide.

Quotation

Il est inutile de dire que le Dessein est le fondement de cet Art, & qu’il est nécessaire qu’un Graveur sache dessiner correctement, car sans cela il ne pourra jamais bien imiter aucun Tableau ni Dessein, parce que son [p. 98 152] ouvrage ne sera fait qu’en tâtonnant : il pourra même être fait avec soin & d’une gravûre fort douce, mais sans esprit, sans art & sans intelligence.

Quotation

Or encore que je ne face point de mention  de plusieurs autres [n.d.r. graveurs] comme de Marc Anthoine, Corneille Cort, Augustin Carrace, ce n’est pas que je ne les tienne excellents graveurs, & davantage, les plus sçavants qui ayent esté dans le dessein : Mais comme j’ay dit cy-devant, je n’ay autre intention que de proposer à celui qui veut graver à l’eau forte un modele pour y faire des hacheures ou traicts bien nets & bien fermes, & quoy que Cort, & Carrace, ayent gravé net, il me semble que c’est toûjours un peu moins que ceux que j’ay nommez cy-devant.

Quotation

Or encore que je ne face point de mention  de plusieurs autres [n.d.r. graveurs] comme de Marc Anthoine, Corneille Cort, Augustin Carrace, ce n’est pas que je ne les tienne excellents graveurs, & davantage, les plus sçavants qui ayent esté dans le dessein : Mais comme j’ay dit cy-devant, je n’ay autre intention que de proposer à celui qui veut graver à l’eau forte un modele pour y faire des hacheures ou traicts bien nets & bien fermes, & quoy que Cort, & Carrace, ayent gravé net, il me semble que c’est toûjours un peu moins que ceux que j’ay nommez cy-devant.

Quotation

[...] Ledit Marc Antoine [ndr : Marc-Antonio Raimondi] a tesmoigné par ses Œuvres qu’il estait fort exact imitateur de ses [ndr : Raphaël]  Originaux, mais non pas de rechercher une grande liberté de burin, & beauté en l’ordre & arrangement des hacheures, fortifiement & affaiblissement d’icelles, suivant le pres & le loin à l’égard du Tableau ou section, ainsi au contraire tout y paroist d’une mesme force, qui est à dire comme si tout estoit en un mesme plan [...] [...] Chérubin Albert [ndr : Cherubino Alberti] a eu aussi bien que d’autres, plus de talent au dessein, qu’à la netteté & egalité des hacheures [...]. Augustin Carrache, estoit aussi extremement sçavant, & mesme avoit une tres belle conduite de hacheure [...] Le Villamene a eu à mon sens une grande egalité d’hacheures, liberté, franchise & netteté au maniment du burin, & grand agreément ; [...] [...] le digne Svanebourg [ndr : Swanenburg], dont plusieurs de ses Ouvrages me ravissent, par la grande netteté, tendresse & belle conduite des hachures qui s’y voyent, notamment en quelques Stampes qu’il a faites sur les Desseins de Bloemard et de Rubens.  [...]

Quotation

[...] Chérubin Albert [ndr : Cherubino Alberti] a eu aussi bien que d’autres, plus de talent au dessein, qu’à la netteté & egalité des hacheures [...]. Augustin Carrache, estoit aussi extremement sçavant, & mesme avoit une tres belle conduite de hacheure [...] Le Villamene a eu à mon sens une grande egalité d’hacheures, liberté, franchise & netteté au maniment du burin, & grand agreément ; Et aussi un tres-bon dessein entre plusieurs de ces beaux Ouvrages, il se voit une piece de l’invention de Paul Veroneze, d’une presentation de Jesus Christ au Temple [...]

Quotation

Mais il y a de la difference de cette manière de passer d’une couleur à une autre, à cette autre union & à ce passage de couleurs dont nous venons de parler. Quoy que ce soit une chose tres-estimable de bien unir ensemble les couleurs pour joindre des corps de differentes especes, ce n’est rien neanmoins en comparaison de sçavoir peindre les contours & les extremitez de tous les corps en general, & faire qu’ils se perdent par une suite & un détour insensible, qui trompe la veuë de telle sorte qu’on ne laisse pas d’y comprendre ce qui ne se voit point. Parrhasius fut celui des Peintres anciens qui posseda parfaitement cette science. Pline, qui en a fait la remarque, considere cette partie comme la plus difficile & la plus importante de la Peinture, parce, dit-il, qu’encore qu’il soit toujours avantageux de bien peindre le milieu des corps, c’est pourtant une chose ou plusieurs ont acquis de la gloire ; mais d’en bien tracer les contours ; les faire fuir, & par le moyen de ces affoiblissemens, faire en sorte qu’il semble qu’on aille voir d’une figure ce qui est caché ; c’est en quoy consiste la perfection de l’art, & ce qui ne s’apprend pas sans beaucoup de peine.
C’est aussi ce qui donne du relief aux corps, & qui dépend non seulement de l’affoiblissement des couleurs, mais encore de celuy des lumieres & des ombres. Les Anciens avoient raison de priser cette partie, parce qu’il faut beaucoup de connoissance pour la posseder. Si vous me demandez quels moyens les Peintres peuvent avoir pour l’acquerir, je vous diray que je n’en voy point de plus propre que les continuelles observations des differens effets de la lumiere & de l’ombre, qu’ils peuvent faire sur le naturel ; & en suitte d’imiter ces effets dans leurs tableaux par le moyen des couleurs & des teintes qu’il faut fortifier ou affoiblir selon qu’ils le jugeront necessaire.

Quotation

Traveller.
           
After the Death of Raphael and his Schollars (for, as for Michael Angelo he made no School) Painting seemed to be Decaying ; [...] But much about the same time, the Carraches of Bologna came to Rome, and the two Brothers Painted together the famous Gallery of the Pallazzo Farneze : Hannibal the Youngest, was much the greatest Master ; though his Eldest Brother Augustin was likewise admirable ; they renewed Raphael’s Manner ; and Hannibal particularly, had an admirable Genius to make proper to himself any Manner he saw, as he did by Correggio, both as to his Colouring, Tenderness, and Motions of the Figures ; in a word, he was a most Accomplish’d Painter, both for Design, Invention, Composition, Colouring, and all parts of Painting ; having a Soveraign Genius, which made him Master of a great School of the best Painters Italy has had.

Quotation

Principes de la Gravûre au Burin.
Il est inutile de dire que le Dessein est le fondement de cet Art, & qu’il est nécessaire qu’un Graveur sache dessiner correctement, car sans cela il ne pourra jamais bien imiter aucun Tableau ni Dessein, parce que son [p. 98 152] ouvrage ne sera fait qu’en tâtonnant : il pourra même être fait avec soin & d’une gravûre fort douce, mais sans esprit, sans art & sans intelligence.
On passe sous silence la maniere de dessiner du Graveur, qui doit être la même que celle du Peintre : on dira seulement qu’il doit s’appliquer fortement à dessiner long-tems des pieds & des mains d’après l’antique, sur le naturel, & d’après les Tableaux & les Desseins d’habiles gens, & qu’il ne doit point négliger de voir les Estampes gravées d’Augustin Carrache, & de Villamene, qui ont parfaitement & facilement dessiné ces extrémités.
Je dis ceci afin que le Graveur se donne par ce moyen une liberté de les faire de bon goût pour s’en servir dans des occasions qui se rencontrent quelquefois de travailler d’après des Peintres médiocres, ou des Desseins qui ne sont pas finis.
Mais lorsqu’il s’agit de copier les Tableaux des grands Maîtres, il faut que le Graveur se détache entierement de la propre maniere qu’il pourroit avoir de dessiner, pour se conformer à celle des ouvrages qu’il veut imiter & s’y conserver le caractere qui fait distinguer les manieres les unes des autres : & pour cet effet l’on doit beaucoup dessiner & bien du soin d’après les peintures de Rapahaël, des Carraches, du Dominiquain, du Poussin, &c. que si l’occasion ne se présente pas de pouvoir copier ces ouvrages, & qu’on ne puisse que les voir, il faut en remarquer toutes les beautés & les saisir dans la mémoire par une forte application d’esprit, & s’efforcer de reconnoître la différence de chacun dans la manière de tracer les contours.

Quotation

Mais lorsqu’il s’agit de copier les Tableaux des grands Maîtres, il faut que le Graveur se détache entierement de la propre maniere qu’il pourroit avoir de dessiner, pour se conformer à celle des ouvrages qu’il veut imiter & s’y conserver le caractere qui fait distinguer les manieres les unes des autres : & pour cet effet l’on doit beaucoup dessiner & bien du soin d’après les peintures de Rapahaël, des Carraches, du Dominiquain, du Poussin, &c. que si l’occasion ne se présente pas de pouvoir copier ces ouvrages, & qu’on ne puisse que les voir, il faut en remarquer toutes les beautés & les saisir dans la mémoire par une forte application d’esprit, & s’efforcer de reconnoître la différence de chacun dans la manière de tracer les contours.
Il est très-nécessaire qu’un Graveur sache l’Architecture & la Perspective. L’Architecture pour [p. 99 153] garder les proportions que les habiles Peintres quelquefois ne se donnent pas la peine de terminer dans leurs desseins ; surtout quand on grave d’après des croquis ou des tableaux peu finis. La Perspective, par les dégradations du fort au foible, lui donnera beaucoup de facilité pour faire fuir ou avancer les figures & autres corps représentés dans le Tableau qu’il doit imiter.

Quotation

Mais lorsqu’il s’agit de copier les Tableaux des grands Maîtres, il faut que le Graveur se détache entierement de la propre maniere qu’il pourroit avoir de dessiner, pour se conformer à celle des ouvrages qu’il veut imiter & s’y conserver le caractere qui fait distinguer les manieres les unes des autres : & pour cet effet l’on doit beaucoup dessiner & bien du soin d’après les peintures de Rapahaël, des Carraches, du Dominiquain, du Poussin, &c. que si l’occasion ne se présente pas de pouvoir copier ces ouvrages, & qu’on ne puisse que les voir, il faut en remarquer toutes les beautés & les saisir dans la mémoire par une forte application d’esprit, & s’efforcer de reconnoître la différence de chacun dans la manière de tracer les contours.
Il est très-nécessaire qu’un Graveur sache l’Architecture & la Perspective. L’Architecture pour [p. 99 153] garder les proportions que les habiles Peintres quelquefois ne se donnent pas la peine de terminer dans leurs desseins ; surtout quand on grave d’après des croquis ou des tableaux peu finis. La Perspective, par les dégradations du fort au foible, lui donnera beaucoup de facilité pour faire fuir ou avancer les figures & autres corps représentés dans le Tableau qu’il doit imiter.

Quotation

Mais lorsqu’il s’agit de copier les Tableaux des grands Maîtres, il faut que le Graveur se détache entierement de la propre maniere qu’il pourroit avoir de dessiner, pour se conformer à celle des ouvrages qu’il veut imiter & s’y conserver le caractere qui fait distinguer les manieres les unes des autres : & pour cet effet l’on doit beaucoup dessiner & bien du soin d’après les peintures de Rapahaël, des Carraches, du Dominiquain, du Poussin, &c. que si l’occasion ne se présente pas de pouvoir copier ces ouvrages, & qu’on ne puisse que les voir, il faut en remarquer toutes les beautés & les saisir dans la mémoire par une forte application d’esprit, & s’efforcer de reconnoître la différence de chacun dans la manière de tracer les contours.

Quotation

Du Paysage.
Ceux qui ont la pratique de l’eau forte peuvent en faire le contour, particulierement du feuillage des arbres : cela est un peu plus prompt, & ne fait pas plus mal, pourvû qu’on ait la discrétion de ne le pas faire trop fort, & qu’en l’achevant avec le Burin,  l’Eau Forte ne s’en remarque pas, d’autant qu’il n’auroit pas la même douceur.
[p. 111 165]
Pour le bien faire, je tiens qu’il faut se conformer à la maniere d’Augustin Carrache, qui le touchoit merveilleusement bien : mais on peut le finir davantage suivant l’occasion. Villamene & Jean Sadeler l’ont aussi fort bien touché, ainsi que Corneille Cort qui en a gravé plusieurs d’après le Mutian qui sont très-beaux, & dont on peut se sevir pour guide.