NATURE MORTE (n. f.)

STILLES DING (deu.) · STILLEVEN (nld.) · STILLIEGENDES WERCK (deu.) · STILL-LEBEN (deu.) · STILL-LIEGENDE SACHEN (deu.) · STILL LIFE (eng.)
BERGSTRÖM, Ingvar, Dutch Still-life Painting in the Seventeenth Century, New York, T. Yoseloff, 1956.
CHONG, Alan (éd.), Still-Life Paintings from the Netherlands 1550-1720, Zwolle, Waanders, 1999.
FARE, Michel, « De quelques termes désignant la peinture d’objet », dans CHÂTELET, Albert, REYNAUD, Nicole et STERLING, Charles (éd.), Études d’art français offertes à Charles Sterling, Paris, Presses universitaires de France, 1975, p. 267-270.
GROOTENBOER, Hanneke, The rhetoric of Perspective. Realism and illusionism in seventeenth-century Dutch Still-Life Painting, Chicago, University of Chicago Press, 2005.
HECK, Michèle-Caroline, « De la description des natures mortes à l'appréciation d'un genre dans la première moitié du XVIIe siècle », dans RECHT, Roland et BARIDON, Laurent (éd.), Le texte de l'œuvre d'art : la description, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1998, p. 57-69.
JOLLET, Étienne, La Nature morte ou la place des choses, Paris, Hazan, 2007.
KOESTER, Olaf et BRUSATI, Celeste (éd.), , cat. exp., Copenhaguen, Statens Museum for Kunst, 1999, Statens Museum for Kunst, 1999.
KÖNIG, Eberhard et SCHON, Christiane, Stilleben, Berlin, Reimer, 1996.
POUY, Léonard, « NATURE MORTE », dans HECK, Michèle-Caroline (éd.), LexArt. Les mots de la peinture (France, Allemagne, Angleterre, Pays-Bas, 1600-1750) [édition anglaise, 2018], Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2018, p. 337-341.
STERLING, Charles, La Nature morte de l'Antiquité au XXe siècle, Paris, Macula, 1985.
SULLIVAN, Scott, The Dutch Gamepiece, Woodbridge, Boydell Press, 1984.

FILTERS

CONCEPTUAL FIELDS

LINKED QUOTATIONS

1 sources
1 quotations

Quotation

Je crois pouvoir vous parler, après lui, d’un jeune homme qui a donné quelques essais dans le même genre, & qui à mon gré a beaucoup de talent. Il se nomme M. Bachelier. S’il y a quelque chose de répréhensible dans ses ouvrages, c’est le trop grand soin qu’il y apporte. On compte le poil & la plume des Animaux qu’il représente. Il peut défier toute la Flandre & la Hollande en exactitude. Cette trop grande attention dégénère nécessairement en froid quand on peint surtout, comme il a fait ici, la nature morte. M. Bachelier doit savoir que le grand fini n’est pas ce qui touche le plus en peinture ; qu’au contraire le goût a toujours réprouvé ce scrupule & cette exactitude. Vous aurez beau faire & lécher votre Tableau, vous aider pour cela de toute la patience de Gerad-dow, & de leurs verres convexes ; vous ne parviendrez jamais à être aussi exacts que la nature, je vous en défie. Je laisserai là votre Tableau ; & je considérerai l’objet que vous aurez imité qui sera toujours plus parfait. D’ailleurs ce n’est nullement l’objet imité qui plait en peinture, c’est son imitation. […] On ne se familiarise point avec la nature du premier coup : il faut auparavant beaucoup de recherche, une longue application, & une pratique mûre & raisonnée. Il est certain que si cet Auteur  peut atteindre à un peu plus de chaleur, il sera encore plus vrai que M. Oudry.

Il s’agit de la première occurrence connue de l’expression « nature morte » (M. Faré, « De quelques termes désignant la peinture d’objet », Études d’art français offertes à Charles Sterling, Paris, 1975, p. 270 ; d’après Manceau, 2014, p. 117)

Conceptual field(s)

GENRES PICTURAUX → nature morte