TENIERS, David ( 1582-1649 )

TENIERS, David ( 1582-1649 )

ISNI:0000000066566657 Getty:500021174

Quotation

Dès que l'attrait principal de la Poësie & de la Peinture, dès que le pouvoir qu'elles ont pour nous émouvoir & pour nous plaire vient des imitations qu'elles sçavent faire des objets capables de nous interresser : la plus grande imprudence que le Peintre ou le Poëte puissent faire, c'est de prendre pour l'objet principal de leur imitation des choses que nous regarderions avec indifference dans la nature : c'est d'emploïer leur Art à nous représenter des actions qui ne s'attireroient qu'une attention médiocre si nous les voïions veritablement. Comment serons-nous touchez par la copie d'un original incapable de nous affecter ? Comment serons-nous attachez par un tableau qui représente un villageois passant son chemin en conduisant deux bêtes de somme, si l'action que ce tableau imite ne peut pas nous attacher ? [...] L'imitation ne sçauroit donc nous émouvoir quand la chose imitée n'est point capable de le faire. Les sujets que Teniers, Wowermans & les autres Peintres de ce genre ont représentez, n'auroient obtenu de nous qu'une attention très-legere. Il n'est rien dans l'action d'une fête de village ou dans les divertissemens ordinaires d'un corps de garde qui puisse nous émouvoir. Il s'ensuit donc que l'imitation de ces objets peut bien nous amuser durant quelques momens, qu'elle peut bien nous faire applaudir aux talens que l'ouvrier avoit pour l'imitation, mais elle ne sçauroit nous toucher.

Quotation

Il y a encore une sorte de tableaux qui ne sont ni originaux ni copies, les Italiens les appellent Pastici ; ce sont des tableaux faits dans le goût d’un autre. On verra dans l’histoire de la peinture qui va suivre, aux articles de Lucas Jordans & de David Teniers, qu’ils excelloient dans ce genre de peinture & qu’ils ont trompé les plus habiles gens. Mignart & Bon Boullongne dans l’école Françoise en ont aussi imposé aux personnes les plus éclairées. […]
Cette imitation bien suivie trompe en effet beaucoup de curieux ; le moyen de s’en garantir est de s’attacher à la touche, à la couleur, au pinceau & surtout à la finesse de la pensée du véritable auteur. Les sujets de ces tableaux sont ordinairement simples, de plus composés décéleroient tout-d’un-coup la tromperie.

Quotation

Dès que l'attrait principal de la Poësie & de la Peinture, dès que le pouvoir qu'elles ont pour nous émouvoir & pour nous plaire vient des imitations qu'elles sçavent faire des objets capables de nous interresser : la plus grande imprudence que le Peintre ou le Poëte puissent faire, c'est de prendre pour l'objet principal de leur imitation des choses que nous regarderions avec indifference dans la nature : c'est d'emploïer leur Art à nous représenter des actions qui ne s'attireroient qu'une attention médiocre si nous les voïions veritablement. Comment serons-nous touchez par la copie d'un original incapable de nous affecter ? Comment serons-nous attachez par un tableau qui représente un villageois passant son chemin en conduisant deux bêtes de somme, si l'action que ce tableau imite ne peut pas nous attacher ? [...] L'imitation ne sçauroit donc nous émouvoir quand la chose imitée n'est point capable de le faire. Les sujets que Teniers, Wowermans & les autres Peintres de ce genre ont représentez, n'auroient obtenu de nous qu'une attention très-legere. Il n'est rien dans l'action d'une fête de village ou dans les divertissemens ordinaires d'un corps de garde qui puisse nous émouvoir. Il s'ensuit donc que l'imitation de ces objets peut bien nous amuser durant quelques momens, qu'elle peut bien nous faire applaudir aux talens que l'ouvrier avoit pour l'imitation, mais elle ne sçauroit nous toucher.

Quotation

PASTICHE. On appelle pastiches certains tableaux d’imitation dans lesquels l’Auteur a contrefait la maniere de quelque Peintre, ses touches, son goût de dessein, son coloris. 
Les Italiens appellent ces ouvrages
pastici, d’où nous avons fait pastiches : ces tableaux ne sont proprement ni originaux ni copies. 
Lucas Jordans, & David Teniers, excelloient si parfaitement dans ce genre de peinture, que leurs ouvrages en ont imposé aux plus habiles connoisseurs. Charle II. Roi d’Espagne, qui avoit attiré Jordans à la Cour, lui montrant un jour un tableau de Jâque Bassan, parut être fâché de n’en avoir pas le pendant : Jordans en fit un, où il imita si parfaitement la maniere de ce Peintre, qu’on le prit pour un ouvrage du Bassan.

Quotation

PASTICHE. On appelle pastiches certains tableaux d’imitation dans lesquels l’Auteur a contrefait la maniere de quelque Peintre, ses touches, son goût de dessein, son coloris. 
Les Italiens appellent ces ouvrages
pastici, d’où nous avons fait pastiches : ces tableaux ne sont proprement ni originaux ni copies. 
Lucas Jordans, & David Teniers, excelloient si parfaitement dans ce genre de peinture, que leurs ouvrages en ont imposé aux plus habiles connoisseurs. Charle II. Roi d’Espagne, qui avoit attiré Jordans à la Cour, lui montrant un jour un tableau de Jâque Bassan, parut être fâché de n’en avoir pas le pendant : Jordans en fit un, où il imita si parfaitement la maniere de ce Peintre, qu’on le prit pour un ouvrage du Bassan.

Quotation

Il y a encore une sorte de tableaux qui ne sont ni originaux ni copies, les Italiens les appellent Pastici ; ce sont des tableaux faits dans le goût d’un autre. On verra dans l’histoire de la peinture qui va suivre, aux articles de Lucas Jordans & de David Teniers, qu’ils excelloient dans ce genre de peinture & qu’ils ont trompé les plus habiles gens. Mignart & Bon Boullongne dans l’école Françoise en ont aussi imposé aux personnes les plus éclairées. […]
Cette imitation bien suivie trompe en effet beaucoup de curieux ; le moyen de s’en garantir est de s’attacher à la touche, à la couleur, au pinceau & surtout à la finesse de la pensée du véritable auteur. Les sujets de ces tableaux sont ordinairement simples, de plus composés décéleroient tout-d’un-coup la tromperie.

Quotation

Toutes sortes de sujets ne sont pas également propres à ce genre de Gravûre : ceux qui demandent de l’obscurité comme les effets de nuit, ou les tableaux où il y a beaucoup de brun comme ceux de Rimbrandt, de Benedette, quelques Tenieres, &c. sont les plus faciles à traiter, & font le plus d’effet. Les portraits y réussissent encore assez bien, comme on le peut voir par les beaux morceaux de Smith & de G. White, qui sont les plus habiles Graveurs que nous ayons eu en ce genre. Les Paysages n’y sont pas propres, & en général les sujets clairs & larges les plus difficiles de tous, & ne tirent presque point, parce qu’il a fallu beaucoup user la planche pour en venir à l’effet qu’ils demandent.

Quotation

Dès que l'attrait principal de la Poësie & de la Peinture, dès que le pouvoir qu'elles ont pour nous émouvoir & pour nous plaire vient des imitations qu'elles sçavent faire des objets capables de nous interresser : la plus grande imprudence que le Peintre ou le Poëte puissent faire, c'est de prendre pour l'objet principal de leur imitation des choses que nous regarderions avec indifference dans la nature : c'est d'emploïer leur Art à nous représenter des actions qui ne s'attireroient qu'une attention médiocre si nous les voïions veritablement. Comment serons-nous touchez par la copie d'un original incapable de nous affecter ? Comment serons-nous attachez par un tableau qui représente un villageois passant son chemin en conduisant deux bêtes de somme, si l'action que ce tableau imite ne peut pas nous attacher ? [...] L'imitation ne sçauroit donc nous émouvoir quand la chose imitée n'est point capable de le faire. Les sujets que Teniers, Wowermans & les autres Peintres de ce genre ont représentez, n'auroient obtenu de nous qu'une attention très-legere. Il n'est rien dans l'action d'une fête de village ou dans les divertissemens ordinaires d'un corps de garde qui puisse nous émouvoir. Il s'ensuit donc que l'imitation de ces objets peut bien nous amuser durant quelques momens, qu'elle peut bien nous faire applaudir aux talens que l'ouvrier avoit pour l'imitation, mais elle ne sçauroit nous toucher.

Quotation

Dès que l'attrait principal de la Poësie & de la Peinture, dès que le pouvoir qu'elles ont pour nous émouvoir & pour nous plaire vient des imitations qu'elles sçavent faire des objets capables de nous interresser : la plus grande imprudence que le Peintre ou le Poëte puissent faire, c'est de prendre pour l'objet principal de leur imitation des choses que nous regarderions avec indifference dans la nature : c'est d'emploïer leur Art à nous représenter des actions qui ne s'attireroient qu'une attention médiocre si nous les voïions veritablement. Comment serons-nous touchez par la copie d'un original incapable de nous affecter ? Comment serons-nous attachez par un tableau qui représente un villageois passant son chemin en conduisant deux bêtes de somme, si l'action que ce tableau imite ne peut pas nous attacher ? [...] L'imitation ne sçauroit donc nous émouvoir quand la chose imitée n'est point capable de le faire. Les sujets que Teniers, Wowermans & les autres Peintres de ce genre ont représentez, n'auroient obtenu de nous qu'une attention très-legere. Il n'est rien dans l'action d'une fête de village ou dans les divertissemens ordinaires d'un corps de garde qui puisse nous émouvoir. Il s'ensuit donc que l'imitation de ces objets peut bien nous amuser durant quelques momens, qu'elle peut bien nous faire applaudir aux talens que l'ouvrier avoit pour l'imitation, mais elle ne sçauroit nous toucher.

Quotation

Il y a encore une sorte de tableaux qui ne sont ni originaux ni copies, les Italiens les appellent Pastici ; ce sont des tableaux faits dans le goût d’un autre. On verra dans l’histoire de la peinture qui va suivre, aux articles de Lucas Jordans & de David Teniers, qu’ils excelloient dans ce genre de peinture & qu’ils ont trompé les plus habiles gens. Mignart & Bon Boullongne dans l’école Françoise en ont aussi imposé aux personnes les plus éclairées. […]
Cette imitation bien suivie trompe en effet beaucoup de curieux ; le moyen de s’en garantir est de s’attacher à la touche, à la couleur, au pinceau & surtout à la finesse de la pensée du véritable auteur. Les sujets de ces tableaux sont ordinairement simples, de plus composés décéleroient tout-d’un-coup la tromperie.

Quotation

Il y a encore une sorte de tableaux qui ne sont ni originaux ni copies, les Italiens les appellent Pastici ; ce sont des tableaux faits dans le goût d’un autre. On verra dans l’histoire de la peinture qui va suivre, aux articles de Lucas Jordans & de David Teniers, qu’ils excelloient dans ce genre de peinture & qu’ils ont trompé les plus habiles gens. Mignart & Bon Boullongne dans l’école Françoise en ont aussi imposé aux personnes les plus éclairées. […]
Cette imitation bien suivie trompe en effet beaucoup de curieux ; le moyen de s’en garantir est de s’attacher à la touche, à la couleur, au pinceau & surtout à la finesse de la pensée du véritable auteur. Les sujets de ces tableaux sont ordinairement simples, de plus composés décéleroient tout-d’un-coup la tromperie.

Quotation

PASTICHE. On appelle pastiches certains tableaux d’imitation dans lesquels l’Auteur a contrefait la maniere de quelque Peintre, ses touches, son goût de dessein, son coloris. 
Les Italiens appellent ces ouvrages
pastici, d’où nous avons fait pastiches : ces tableaux ne sont proprement ni originaux ni copies. 
Lucas Jordans, & David Teniers, excelloient si parfaitement dans ce genre de peinture, que leurs ouvrages en ont imposé aux plus habiles connoisseurs. Charle II. Roi d’Espagne, qui avoit attiré Jordans à la Cour, lui montrant un jour un tableau de Jâque Bassan, parut être fâché de n’en avoir pas le pendant : Jordans en fit un, où il imita si parfaitement la maniere de ce Peintre, qu’on le prit pour un ouvrage du Bassan.

Quotation

De la Gravûre en manière noire

Quotation

Toutes sortes de sujets ne sont pas également propres à ce genre de Gravûre : ceux qui demandent de l’obscurité comme les effets de nuit, ou les tableaux où il y a beaucoup de brun comme ceux de Rimbrandt, de Benedette, quelques Tenieres, &c. sont les plus faciles à traiter, & font le plus d’effet.

Quotation

Toutes sortes de sujets ne sont pas également propres à ce genre de Gravûre : ceux qui demandent de l’obscurité comme les effets de nuit, ou les tableaux où il y a beaucoup de brun comme ceux de Rimbrandt, de Benedette, quelques Tenieres, &c. sont les plus faciles à traiter, & font le plus d’effet. Les portraits y réussissent encore assez bien, comme on le peut voir par les beaux morceaux de Smith & de G. White, qui sont les plus habiles Graveurs que nous ayons eu en ce genre. Les Paysages n’y sont pas propres, & en général les sujets clairs & larges les plus difficiles de tous, & ne tirent presque point, parce qu’il a fallu beaucoup user la planche pour en venir à l’effet qu’ils demandent.