PICART, Bernard ( 1673-1733 )

ISNI:000000012280899X Getty:500001805

Quotation

EPITHALAME. Les Graveurs de Hollande appellent ainsi certaines estampes, faites en l’honneur de quelques nouveaux mariés, dans lesquelles on les représentes avec des attributs allégoriques, convenables à leur état, & à leur qualité. Il n’y a que les personnes riches qui fassent cette dépense, & l’on ne tire qu’un très-petit nombre de ces estampes, pour les distribuer aux parens & aux amis des mariés. Quand ce nombre est tiré on dore la planche, que l’on met ensuite en bordure, ce qui rend ces sortes de piéces fort rares.
Personne n’a mieux réussi dans ce genre, que Bernard Picart. Ses épithalames sont les morceaux les plus gracieux, & les plus recherchés de ce maître.

Quotation

Ses productions [n.d.r. M. Picart] si long-tems admirées du vulgaire, (quoique d’ailleurs assez estimables par la beauté & l’étendue de son génie) ne seront jamais comparables à l’aimable négligence de La Belle, à la touche spirituelle de Le Clerc, ni à la pointe badinée & pittoresque de Gillot.

Quotation

On doit traiter la Gravûre en petit différemment de celle en grand. Comme son principal mérite est d’être dessinée & touchée avec beaucoup d’esprit, il faut frapper son trait avec plus de force & de hardiesse, & que le travail qu’on y met soit fait avec une pointe plus badine. Les touches qui pourroient ôter le repos dans le grand font toute l’ame du petit, en conservant toujours les masses de lumiere tendres & larges. Toute son excellence dépend de l’Eau forte, & le Burin n’y doit ajoûter que des masses un peu plus fortes & quelques adoucissemens.
Comme le Burin est un outil qui travaille lentement & avec froideur, il est bien difficile qu’il ne diminue ou qu’il n’ôte même tout-à-fait l’ame & la légerté que la pointe d’un Graveur un peu versé dans le dessein y a mis : c’est pourquoi l’on ne s’en servira qu’avec discretion, & seulement pour donner un peu plus d’effet & d’accord. Il faut donc que l’Eau forte avance beaucoup plus & morde davantage dans les petits ouvrages que dans les grands, que dès cette ébauche elle paroisse assez faite au gré des gens de goût, & que le Burin n’y soit employé que pour la rendre plus agréable aux yeux du Public, dont la plus grande partie n’a point assez de connoissance dans le dessein pour sentir ce que c’est que cet esprit.

Quotation

Plus les tailles sont serrées & plus la Gravûre paroît précieuse, pourvû que cela soit fait avec intelligence, en observant la dégradation des choses avancées à celles qui sont plus éloignés, & des objets qui se détachent à ceux qui leur servent de fonds. C’est pourquoi on gravera fin & serré pour faire un ouvrage qui plaise, ou du moins pour se conformer au goût présent de ce siécle [sic], où l’on n’estime la gravûre en petit qu’autant qu’elle paroît gravée finement, comme si le vrai mérite consistoit à avoir la vûe extrêmement bonne, & beaucoup de patience.
Les contours seront dessinés d’une maniere un peu quarrée ; ils ne doivent être équivoques, mais il faut qu’ils soient ressentis ; on se gardera bien [p. 86 139] de ne les former qu’avec les tailles qui les approchent, cette maniere peut être bonne dans le grand, au lieu qu’elle est vitieuse dans le petit, parce qu’elle en amollit trop les contours. Je répéterai encore en dépit de la mode, & du mauvais goût d’aujourd’hui, que la Gravûre en petit doit conserver une idée d’ébauche, & que plus on la fini plus on lui ôte son principal mérite, qui consiste dans l’esprit & la hardiesse de la touche.

Quotation

On ne doit point non plus s’amuser dans le petit à rendre tous les détails des têtes comme dans le grand ; quelques petits coups touchés artistement forment de jolies têtes, & même des passions, mieux que tous les soins qu’on pourroit prendre de marquer les prunelles, les paupieres, les narines, & autres minuties. Il est vrai que cela attire plus l’admiration de la multitude, ou de ces Sçavans dont l’habileté dans d’autres sciences fait regarder les décisions comme fort importante dans un Art où ils n’endendent rien ; mais cet extrême fini n’est qu’une servitude dont un habile Artiste doit se dégager, & qui n’est bonne que pour des gens médiocres & incapables de faire [p. 87 141] les choses à moins de frais.

Quotation

Ses productions [n.d.r. M. Picart] si long-tems admirées du vulgaire, (quoique d’ailleurs assez estimables par la beauté & l’étendue de son génie) ne seront jamais comparables à l’aimable négligence de La Belle, à la touche spirituelle de Le Clerc, ni à la pointe badinée & pittoresque de Gillot.
Si l’on veut donc faire une eau Forte spirituelle & avancée, on doit souvent changer de pointe sur les devants, & pour donner plus de caractere aux choses qui en sont susceptibles, il faut les graver par des tailles courtes, méplates, & arrêtées fermement le long des muscles ou des draperies qu’elles forment ; car les tailles longues et unies produisent un fini froid & sans goût.

Quotation

Ses productions [n.d.r. M. Picart] si long-tems admirées du vulgaire, (quoique d’ailleurs assez estimables par la beauté & l’étendue de son génie) ne seront jamais comparables à l’aimable négligence de La Belle, à la touche spirituelle de Le Clerc, ni à la pointe badinée & pittoresque de Gillot.

Quotation

EPITHALAME. Les Graveurs de Hollande appellent ainsi certaines estampes, faites en l’honneur de quelques nouveaux mariés, dans lesquelles on les représentes avec des attributs allégoriques, convenables à leur état, & à leur qualité. Il n’y a que les personnes riches qui fassent cette dépense, & l’on ne tire qu’un très-petit nombre de ces estampes, pour les distribuer aux parens & aux amis des mariés. Quand ce nombre est tiré on dore la planche, que l’on met ensuite en bordure, ce qui rend ces sortes de piéces fort rares.
Personne n’a mieux réussi dans ce genre, que Bernard Picart. Ses épithalames sont les morceaux les plus gracieux, & les plus recherchés de ce maître.

Quotation

Ses productions [n.d.r. M. Picart] si long-tems admirées du vulgaire, (quoique d’ailleurs assez estimables par la beauté & l’étendue de son génie) ne seront jamais comparables à l’aimable négligence de La Belle, à la touche spirituelle de Le Clerc, ni à la pointe badinée & pittoresque de Gillot.
Si l’on veut donc faire une eau Forte spirituelle & avancée, on doit souvent changer de pointe sur les devants, & pour donner plus de caractere aux choses qui en sont susceptibles, il faut les graver par des tailles courtes, méplates, & arrêtées fermement le long des muscles ou des draperies qu’elles forment ; car les tailles longues et unies produisent un fini froid & sans goût.

Quotation

Plus les tailles sont serrées & plus la Gravûre paroît précieuse, pourvû que cela soit fait avec intelligence, en observant la dégradation des choses avancées à celles qui sont plus éloignés, & des objets qui se détachent à ceux qui leur servent de fonds. C’est pourquoi on gravera fin & serré pour faire un ouvrage qui plaise, ou du moins pour se conformer au goût présent de ce siécle [sic], où l’on n’estime la gravûre en petit qu’autant qu’elle paroît gravée finement, comme si le vrai mérite consistoit à avoir la vûe extrêmement bonne, & beaucoup de patience.
Les contours seront dessinés d’une maniere un peu quarrée ; ils ne doivent être équivoques, mais il faut qu’ils soient ressentis ; on se gardera bien [p. 86 139] de ne les former qu’avec les tailles qui les approchent, cette maniere peut être bonne dans le grand, au lieu qu’elle est vitieuse dans le petit, parce qu’elle en amollit trop les contours. Je répéterai encore en dépit de la mode, & du mauvais goût d’aujourd’hui, que la Gravûre en petit doit conserver une idée d’ébauche, & que plus on la fini plus on lui ôte son principal mérite, qui consiste dans l’esprit & la hardiesse de la touche.