CHALETTE, Jean ( 1581-1643 )

CHALETTE, Jean ( 1581-1643 )

ISNI:0000000116905312 Getty:500032556

Quotation

Pader avoit apris sous Chalete : Son Coloris pourtant est diferent : il ne peignoit pas ordinairement avec tant d’union & d’entente : Mais son Coloris étoit plus frais & plus riant, principalement au plat fond de la Chapelle du milieu du Cloître Saint Sernin : où l’on voit sept à huit Tableaux de sa main, qui semblent avoir été faits dépuis deux jours. On doit portant juger de son savoir, sur les deux grands Tableaux qu’il a faits, pour la Chapelle des Penitens Noirs, dont l’un represente l’Histoire du Deluge universel, & l’autre le Triomphe de Joseph, dans la Capitale d’Egipte.
Le Deluge est d’un Coloris fort obscur : Il y a au bas du Tableau, deux figures qui embrassent un gros tronc d’Arbre : Mais qui ne semblent pas sortir assez, pour n’avoir pas les ombres plus fortes que les autres, qui sont plus éloignées, & n’ont pas du brillant, où il seroit necessaire, pour faire avancer. On voit plus avant & presque sur la méme ligne à un âile du Tableau, un groupe de figures, sur lesquelles tombe le jour principal, qui ont pourtant les ombres tres fortes. Il y a entre autres figures, trois femmes accompagnées de Draperies fort legeres, sur un fond obscur : Ce qui fait un assez mauvais éfet. On remarque à l’autre âile du Tableau, & sur sa seconde ligne, un groupe de figures, qui grimpes sur une terrasse, ou les jours sont foibles & les ombres fortes : comme si elles étoient sur la premiere ligne. On aperçoit après cela la face des eaux, & l’Arche de Noé à la faveur d’un éclair : Tout le reste ne sont que des Tenebres : comme s’il avoit été necessaire de representer le Deluge dans la nuit, pour n’estre pas veu.
Le Triomphe de Joseph, a un groupe de fames à chaque âile du Tableau, sur la premiere ligne, dont le Coloris est bien entendu, frais & vague, ce qui fairoit un tres bel efet, si le reste suivoit ce ton : Mais on voit dans la seconde ligne, Joseph sur son Char, & des Officiers à Cheval qui le suivent, dont les couleurs sont plus pesantes, & les ombres plus fortes que celles de la premiere ligne : De sorte que cela ne fuit pas assez. Le Coloris de ces Tableaux pris à pieces, & groupe aprés groupe, est tres-bien entendu : Mais on ne peut pas dire que toute l’Histoire ensemble, soit harmonieuse. Au reste je me reserve de dire ailleurs, ce qu’il y a d’excellent dans ces deux Tableaux.

Quotation

Il ne nous reste maintenant, qu'à faire l'aplication de toute cette Téorie, sur quelques Ouvrages de Peinture, que nous voyons exposez en public, dans nôtre Ville [Toulouse] : Toute-fois d'une manière qu'on pourra faire la même aplication par tou ailleurs, principalement dans ces climats heureux, où cet Art a fait voir ses plus nobles productions.
Je commenceray par nos Tableaux, qui sont d'une manière obscure & forte. [...]
Les Tableaux de Tournier, sont de la manière du Valentin, sous lequel il avoit apris : Et le Valentin étoit un imitateur ou élève du Caravage : Les plus considerables sont dans la chapelle des Penitents Noirs : Il y en a trois à l’Autel : l’un represente le Crucifix, les autres le portement de Croix & la Sépulture du Sauveur ; Le quatriéme est à un coté de la Nef, & il represente la Bataille de l’Empereur Constantin contre Maxence. Les Figures principalement de ceux de l’Autel, y sont comme dans de niches obscures, & sa Bataille a pour fond quelque bois ou noire terrasse : Car on ne sauroit distinguer ce que c’est, & puis un Ciel bluatre tout uni. Les figures de cette Bataille, ne paroissent pas assez grandes pour ce lieu : & à la reserve de la figure de Constantin, qui petille par sa Draperie rouge, & son Chéval blanc : Ce Tableau est trop uni de tons & de couleurs, & n’a pas d’assez grandes masses de jour & d’ombre : De sorte qu’étant consideré d’un peu loin, il ressemble à quelque espece de Cirage, à quoy les Carnations qui sont fort basanées, contribuent beaucoup.
Au reste, les trois Tableaux de l’Autel, sont les meilleurs dans la maniere de Tournier. La dessente de la Croix qui se voit à coté du Chœur de Saint Etienne, est de méme representée dans une niche tres obscur : Elle est fort estimée, principalement pour le Dessein du Christ. Ce Peintre auroit Peint plus agréablement s’il eut voulu, car on voit à deux ovales de l’Autel des mémes Penitens, du Tafetas changeant, tirant sur la couleur Izabele, qu’il a peint fort naturelle & vague, & avec tant de relief, qu’il y a peu de personnes qui n’y soient trompées. Il y a encore un Tableau de luy, au Mausolée de Saint Thomas, aux Peres Dominicains, où ce Saint est lié d’un Cordon par deux Anges , il est bien peint & le fond n’en est pas noir, comme celui des autres Tableaux : on compte aussi le Crucifix du maître Autel des Peres Minimes, pour un des meilleurs Tableaux de ce Peintre. Tournier du reste copioit bien la couleur naturelle, lors qu’il faisoit des Portraits : Il reüssissoit principalement à des personnes de basse condition.
Après Tournier, le Peintre qui a donné le plus dans le noir, c’est Chalete : Il y a méme de ses ouvrages, qui sont de la maniere du Caravage, comme cette Image de Nôtre-Dame, qui est à l’Hôtel de Ville, sur la porte du grand Consistoire, & le Tableau du Crucifix de la Chapelle, qui sont tres-bien peints. Les deux grands Tableaux de ce Peintre, qu’on voit sous les basses Galeries, & qui representent les deux entrées que fit le Roy LOUIS XIII. dans Toulouse, sont aussi d’un Coloris assez obscur, & le noir y regne beaucoup dans les ombres : Il y a quelques belles Têtes, qui se sont conservées dans leur couleur : Mais on peut remarquer, que celles qui ont de plus grands noirs, n’ont plus la couleur de la chair, que le noir a infecté. Le fond des Tableaux de Chalete, est travaillé, il est plus clair qu’aux ouvrages de Tournier, & la noirceur des ombres, n’empéche pas qu’on n’y distingue tres-bien toutes choses. Ils n’ont pourtant aucune fraîcheur : & comme il a été forcé d’habiller, quelques une de ses principales figures, d’un rouge vif, & d’un noir tres-pur, il lui a été impossible d’unir ces couleurs entre elles, & avec les autres. [...]

Quotation

Il ne nous reste maintenant, qu'à faire l'aplication de toute cette Téorie, sur quelques Ouvrages de Peinture, que nous voyons exposez en public, dans nôtre Ville [Toulouse] : Toute-fois d'une manière qu'on pourra faire la même aplication par tou ailleurs, principalement dans ces climats heureux, où cet Art a fait voir ses plus nobles productions.
Je commenceray par nos Tableaux, qui sont d'une manière obscure & forte. [...]
Les Tableaux de Tournier, sont de la manière du Valentin, sous lequel il avoit apris : Et le Valentin étoit un imitateur ou élève du Caravage : Les plus considerables sont dans la chapelle des Penitents Noirs : Il y en a trois à l’Autel : l’un represente le Crucifix, les autres le portement de Croix & la Sépulture du Sauveur ; Le quatriéme est à un coté de la Nef, & il represente la Bataille de l’Empereur Constantin contre Maxence. Les Figures principalement de ceux de l’Autel, y sont comme dans de niches obscures, & sa Bataille a pour fond quelque bois ou noire terrasse : Car on ne sauroit distinguer ce que c’est, & puis un Ciel bluatre tout uni. Les figures de cette Bataille, ne paroissent pas assez grandes pour ce lieu : & à la reserve de la figure de Constantin, qui petille par sa Draperie rouge, & son Chéval blanc : Ce Tableau est trop uni de tons & de couleurs, & n’a pas d’assez grandes masses de jour & d’ombre : De sorte qu’étant consideré d’un peu loin, il ressemble à quelque espece de Cirage, à quoy les Carnations qui sont fort basanées, contribuent beaucoup.
Au reste, les trois Tableaux de l’Autel, sont les meilleurs dans la maniere de Tournier. La dessente de la Croix qui se voit à coté du Chœur de Saint Etienne, est de méme representée dans une niche tres obscur : Elle est fort estimée, principalement pour le Dessein du Christ. Ce Peintre auroit Peint plus agréablement s’il eut voulu, car on voit à deux ovales de l’Autel des mémes Penitens, du Tafetas changeant, tirant sur la couleur Izabele, qu’il a peint fort naturelle & vague, & avec tant de relief, qu’il y a peu de personnes qui n’y soient trompées. Il y a encore un Tableau de luy, au Mausolée de Saint Thomas, aux Peres Dominicains, où ce Saint est lié d’un Cordon par deux Anges , il est bien peint & le fond n’en est pas noir, comme celui des autres Tableaux : on compte aussi le Crucifix du maître Autel des Peres Minimes, pour un des meilleurs Tableaux de ce Peintre. Tournier du reste copioit bien la couleur naturelle, lors qu’il faisoit des Portraits : Il reüssissoit principalement à des personnes de basse condition.
Après Tournier, le Peintre qui a donné le plus dans le noir, c’est Chalete : Il y a méme de ses ouvrages, qui sont de la maniere du Caravage, comme cette Image de Nôtre-Dame, qui est à l’Hôtel de Ville, sur la porte du grand Consistoire, & le Tableau du Crucifix de la Chapelle, qui sont tres-bien peints. Les deux grands Tableaux de ce Peintre, qu’on voit sous les basses Galeries, & qui representent les deux entrées que fit le Roy LOUIS XIII. dans Toulouse, sont aussi d’un Coloris assez obscur, & le noir y regne beaucoup dans les ombres : Il y a quelques belles Têtes, qui se sont conservées dans leur couleur : Mais on peut remarquer, que celles qui ont de plus grands noirs, n’ont plus la couleur de la chair, que le noir a infecté. Le fond des Tableaux de Chalete, est travaillé, il est plus clair qu’aux ouvrages de Tournier, & la noirceur des ombres, n’empéche pas qu’on n’y distingue tres-bien toutes choses. Ils n’ont pourtant aucune fraîcheur : & comme il a été forcé d’habiller, quelques une de ses principales figures, d’un rouge vif, & d’un noir tres-pur, il lui a été impossible d’unir ces couleurs entre elles, & avec les autres. [...]

Quotation

Il ne nous reste maintenant, qu'à faire l'aplication de toute cette Téorie, sur quelques Ouvrages de Peinture, que nous voyons exposez en public, dans nôtre Ville [Toulouse] : Toute-fois d'une manière qu'on pourra faire la même aplication par tou ailleurs, principalement dans ces climats heureux, où cet Art a fait voir ses plus nobles productions.
Je commenceray par nos Tableaux, qui sont d'une manière obscure & forte. [...]
Les Tableaux de Tournier, sont de la manière du Valentin, sous lequel il avoit apris : Et le Valentin étoit un imitateur ou élève du Caravage : Les plus considerables sont dans la chapelle des Penitents Noirs : Il y en a trois à l’Autel : l’un represente le Crucifix, les autres le portement de Croix & la Sépulture du Sauveur ; Le quatriéme est à un coté de la Nef, & il represente la Bataille de l’Empereur Constantin contre Maxence. Les Figures principalement de ceux de l’Autel, y sont comme dans de niches obscures, & sa Bataille a pour fond quelque bois ou noire terrasse : Car on ne sauroit distinguer ce que c’est, & puis un Ciel bluatre tout uni. Les figures de cette Bataille, ne paroissent pas assez grandes pour ce lieu : & à la reserve de la figure de Constantin, qui petille par sa Draperie rouge, & son Chéval blanc : Ce Tableau est trop uni de tons & de couleurs, & n’a pas d’assez grandes masses de jour & d’ombre : De sorte qu’étant consideré d’un peu loin, il ressemble à quelque espece de Cirage, à quoy les Carnations qui sont fort basanées, contribuent beaucoup.
Au reste, les trois Tableaux de l’Autel, sont les meilleurs dans la maniere de Tournier. La dessente de la Croix qui se voit à coté du Chœur de Saint Etienne, est de méme representée dans une niche tres obscur : Elle est fort estimée, principalement pour le Dessein du Christ. Ce Peintre auroit Peint plus agréablement s’il eut voulu, car on voit à deux ovales de l’Autel des mémes Penitens, du Tafetas changeant, tirant sur la couleur Izabele, qu’il a peint fort naturelle & vague, & avec tant de relief, qu’il y a peu de personnes qui n’y soient trompées. Il y a encore un Tableau de luy, au Mausolée de Saint Thomas, aux Peres Dominicains, où ce Saint est lié d’un Cordon par deux Anges , il est bien peint & le fond n’en est pas noir, comme celui des autres Tableaux : on compte aussi le Crucifix du maître Autel des Peres Minimes, pour un des meilleurs Tableaux de ce Peintre. Tournier du reste copioit bien la couleur naturelle, lors qu’il faisoit des Portraits : Il reüssissoit principalement à des personnes de basse condition.
Après Tournier, le Peintre qui a donné le plus dans le noir, c’est Chalete : Il y a méme de ses ouvrages, qui sont de la maniere du Caravage, comme cette Image de Nôtre-Dame, qui est à l’Hôtel de Ville, sur la porte du grand Consistoire, & le Tableau du Crucifix de la Chapelle, qui sont tres-bien peints. Les deux grands Tableaux de ce Peintre, qu’on voit sous les basses Galeries, & qui representent les deux entrées que fit le Roy LOUIS XIII. dans Toulouse, sont aussi d’un Coloris assez obscur, & le noir y regne beaucoup dans les ombres : Il y a quelques belles Têtes, qui se sont conservées dans leur couleur : Mais on peut remarquer, que celles qui ont de plus grands noirs, n’ont plus la couleur de la chair, que le noir a infecté. Le fond des Tableaux de Chalete, est travaillé, il est plus clair qu’aux ouvrages de Tournier, & la noirceur des ombres, n’empéche pas qu’on n’y distingue tres-bien toutes choses. Ils n’ont pourtant aucune fraîcheur : & comme il a été forcé d’habiller, quelques une de ses principales figures, d’un rouge vif, & d’un noir tres-pur, il lui a été impossible d’unir ces couleurs entre elles, & avec les autres. [...]

Quotation

Pader avoit apris sous Chalete : Son Coloris pourtant est diferent : il ne peignoit pas ordinairement avec tant d’union & d’entente : Mais son Coloris étoit plus frais & plus riant, principalement au plat fond de la Chapelle du milieu du Cloître Saint Sernin : où l’on voit sept à huit Tableaux de sa main, qui semblent avoir été faits dépuis deux jours. On doit portant juger de son savoir, sur les deux grands Tableaux qu’il a faits, pour la Chapelle des Penitens Noirs, dont l’un represente l’Histoire du Deluge universel, & l’autre le Triomphe de Joseph, dans la Capitale d’Egipte.
Le Deluge est d’un Coloris fort obscur : Il y a au bas du Tableau, deux figures qui embrassent un gros tronc d’Arbre : Mais qui ne semblent pas sortir assez, pour n’avoir pas les ombres plus fortes que les autres, qui sont plus éloignées, & n’ont pas du brillant, où il seroit necessaire, pour faire avancer. On voit plus avant & presque sur la méme ligne à un âile du Tableau, un groupe de figures, sur lesquelles tombe le jour principal, qui ont pourtant les ombres tres fortes. Il y a entre autres figures, trois femmes accompagnées de Draperies fort legeres, sur un fond obscur : Ce qui fait un assez mauvais éfet. On remarque à l’autre âile du Tableau, & sur sa seconde ligne, un groupe de figures, qui grimpes sur une terrasse, ou les jours sont foibles & les ombres fortes : comme si elles étoient sur la premiere ligne. On aperçoit après cela la face des eaux, & l’Arche de Noé à la faveur d’un éclair : Tout le reste ne sont que des Tenebres : comme s’il avoit été necessaire de representer le Deluge dans la nuit, pour n’estre pas veu.
Le Triomphe de Joseph, a un groupe de fames à chaque âile du Tableau, sur la premiere ligne, dont le Coloris est bien entendu, frais & vague, ce qui fairoit un tres bel efet, si le reste suivoit ce ton : Mais on voit dans la seconde ligne, Joseph sur son Char, & des Officiers à Cheval qui le suivent, dont les couleurs sont plus pesantes, & les ombres plus fortes que celles de la premiere ligne : De sorte que cela ne fuit pas assez. Le Coloris de ces Tableaux pris à pieces, & groupe aprés groupe, est tres-bien entendu : Mais on ne peut pas dire que toute l’Histoire ensemble, soit harmonieuse. Au reste je me reserve de dire ailleurs, ce qu’il y a d’excellent dans ces deux Tableaux.