VAN DYCK, Antoon ( 1599-1641 )

ISNI:0000000121222452 Getty:500115190

Quotation

The Tout-ensemble of the Colouring [ndr : dans le portrait de la comtesse Dowager of Exeter, par Van Dyck] is Extreamly Beautiful ; ‘tis Solemn, but Warm, Mellow, Clean, and Natural ; the Flesh, which is exquisitely good, especially the Face, the Black Habit, the Linnen and Cushion, the Chair of the Crimson Velvet, and the Gold Flower’d Curtain mixt with a little Crimson have an Admirable effect, and would be Perfect were there a Middle Tinct amongst the Black.

Quotation

[…] une teinte qui de près paroît separée & d’une certaine couleur, paroîtra d’une autre couleur dans sa distance, & se confondra dans la masse dont elle fait partie. Si vous voulez donc que votre ouvrage fasse un bon effet du lieu d’où il doit être vû, il faut que les couleurs & les lumieres en soient un peu exagerées ; mais savamment & avec une grande discretion. Voyez la maniere dont Titien, Rubens, Vandeik, & Rembrant en ont usé : car leur artifice est merveilleux.

Quotation

And notwithstanding the Defects I have taken the Liberty to remark with the same Indifferency as I have observed the Beauties, that is, without the least regard to the Great Name of the Master, There is a Grace throughout that Charms, and a Greatness that Commands Respect [ndr : dans le portrait de la comtesse Dowager d’Exeter, par Van Dyck]; She appears at first Sight to be a Well-bred Woman of Quality ; ‘tis in her Face, and in her Mien ; and as her Dress, Ornaments, and Furniture contribute something to the Greatness, the Gause Veil coming over her Forehead, and the Hem of it hiding a Defect (which was want of Eye-brows,) is a fine Artifice to give more Grace. This Grace, and Greatness is not that of Raffaelle, or the Antique but ‘tis what is suitable to a Portrait ; and one of Her Age, and Character, and consequently better than if she had appear’d with the Grace of a Venus, or Helena, or the Majesty of a Minerva, or Semiramis.

Quotation

Mathématiques.

Quotation

Never was a Calm Becoming Sorrow better Express’d than in this Face [ndr : il s’agit du portrait de la Comtesse Dowager d’Exeter, par Van Dyck] chiefly there where ‘tis always most conspicuous that is in the Eyes : Not Guido Reni, no, nor Raffaelle himself could have Conceiv’d a Passion with more Delicacy, or more Strongly Express’d it ! To which also the Whole Attitude of the Figure contributes not a little, her Right Hand drops easily from the Elbow of the Chair which her Wrist lightly rests upon, the other lies in her Lap towards her Left Knees, all which together appears so Easy, and Careless, that what is Lost in the Composition by the Regularity I have taken notice of, is Gain’d in the Expression ; which being of greater Consequence justifies V. Dyck in the main, and shows his great Judgment, for tho’ as it Is, there is (as I said) something amiss, I cannot conceive any way of Avoiding That Inconvenience without a Greater.

Quotation

The Tout-ensemble of the Colouring [ndr : dans le portrait de la comtesse Dowager of Exeter, par Van Dyck] is Extreamly Beautiful ; ‘tis Solemn, but Warm, Mellow, Clean, and Natural ; the Flesh, which is exquisitely good, especially the Face, the Black Habit, the Linnen and Cushion, the Chair of the Crimson Velvet, and the Gold Flower’d Curtain mixt with a little Crimson have an Admirable effect, and would be Perfect were there a Middle Tinct amongst the Black.

Quotation

The Beauty, and Harmony of the Colouring gives Me a great Degree of Pleasure [ndr : dans le portrait de la comtesse Dowager d’Exeter par Van Dyck] ; for tho’ This is Grave and Solid, it has a Beauty not less than what is Bright, and Gay. So much of the Composition as is Good does also much Delight the Eye ; And tho’ the Lady is not Young, nor remarkably Handsome, the Grace, and Greatness that is here represented pleases exceedingly. In a Word, as throughout this whole Picture one sees Instances of an Accurate Hand, and Fine Thought, These must give proportionable Pleasure to so hearty a Lover as I am.

Quotation

He that would rise to the Sublime must form an Idea of Something beyond all we have yet seen ; or which Art, or Nature has yet produc’d ; Painting, Such as when all the Excellencies of the several Masters are United, and their several Defects avoided.
The greatest Designers among the Moderns want much of that exquisite Beauty, in all the Several Characters, that is to be seen in the Antique ; the Airs of the Heads, even of
Rafaëlle himself, are Inferiour to what the Ancients have done ; and for Grace to some of Guido : the Colouring of Rubens and Van Dyck falls short of That of Titian, and Coreggio ; and the best Masters have Rarely Thought like Rafaëlle, or Compos’d like Rembrandt. Let us then imagine a Picture Design’d as the Laocoon, the Hercules, the Apollo, the Venus, or any of these Miraculous remains of Antiquity : The Airs of Heads like what is to be found in the Statues, Busts, Bas-releifs, or Medals, or like some of those of Guido ; and Colour’d like the most Celebrated Colourists ; with the Lightest Pencil, and the most Proper to the Subject ; and all this Suitably Invented, and Compos’d ; Here would be a Picture ! Such a one a Painter should Imagine, and So set before him for Imitation.
Nor must he stop Here, but Create an Original Idea of Perfection. The Utmost that the Best Masters have done, is not to be suppos’d the Utmost ‘tis possible for Humane Nature to arrive at ;

Quotation

 [...] Il faut donc, poursuivit-elle [Princesse des cabalistes], s’étudier à la recherche d’une belle Manière de peindre, vague, hardie, & sans contrainte, d’un dessein tendre & coulant, mais libre & de grande maniere, sans s’attacher avec scrupule à cent choses, qui gâtent la majesté d’un ouvrage. Prenez pour exemplaires les ouvrages de l’illustre & fameux Michelange, le Coriphée des Peintres Anciens & Modernes, d’un Titien, d’un Tintoret, d’un Georgion, d’un Paul Veronese, du Guide, des Bassans, de S. Martin, de Rubens, de Vandick, & tant d’autres que mes maximes ont rendus celebres, & ausquels la science qu’ils ont acquise dans mon Ecole, a donné une réputation glorieuse & immortelle, malgré la jalousie & le caprice de quelques novateurs, qui sous pretexte du rétablissement de la Peinture, tâchent en vain d’élever sur le debris de l’estime qu’on a toûjours euë pour ces grands Peintres, une fausse renommée à leurs sectateurs, & faisans croire aux simples, qu’ils rendent un bon office à ce bel Art, le ruinent entierement, dégoûtans par les embarras & les difficultés dont ils l’ont obscurci, ceux qui avoient dessein de s’y perfectionner.

Quotation

Invoegen het Modern schilderen voor geen konst geacht kan worden, wanneer de natuur enkelyk gevolgd is: want dan is het slechts een onvolmaakte nabootsinge, of wel een gebrekkelyke na-äapinge. Ja alwaar het schoon dat men een zaak natuurlyk uitgebeeld had, wel getekend, geordineerd, en voegelijk geschikt; landaard, manieren en gebruik, modes en dragten, als mede de koleuren duidelyk waargenomen en vertoond; zoo zal zulks nochtans, door rechte kenders voor geen konstig werk aangezien worden: maar als de Konst met de Natuur, wanneer zy door een schranderen en verheevenen geest van haare gebrekkelykheden gezuiverd en verbeterd is, gepaard, de overhand hebben, en dan de voornoemde deugden hier by gevoegd zyn, zal het zekerlyk een volmaakt en deftig Konststuk voortbrengen […] De nooitvolpreezene Anthoni van Dyk was in het Antiek zo wel uitmuntende als in 't Modern; hebbende in het laatste zo wel als in het eerste de voorzeide drie bevalligheden gelyk een staale wet gevolgd, […]

Quotation

382. [Que vos Couleurs soient vives, sans pourtant donner, comme on dit, dans la farine.] Donner dans la farine c’est une façon de parler parmy les Peintres, qui exprime parfaitement ce qu’elle veut dire, qui n’est autre chose que de peindre avec Couleurs claires & fades tout ensemble, lesquelles ne donnent non plus de vie aux Figures, que si effectivement elles estoient frottées de farine. Ceux qui font leurs Carnations fort blanches & leurs Ombres grises ou verdastres, tombent dans cette inconvenient. Les Couleurs rousses dans les Ombres des chairs les plus delicates, contribuent merveilleusement à les rendre vives, brillantes & naturelles : mais il en faut user avec la mesme prudence dont le Titien, Paul Ver. Rubens & Vandeik se sont servis.
Pour conserver les Couleurs fraisches, il faut peindre en mettant toûjours des Couleurs, & non pas en frottant apres les avoir couchées sur la toile ; & s’il se pouvoit mesme faire qu’on les mist justement dans leurs places, & que l’on n’y touchast point quand on les y a une fois placées, il seroit encore mieux ; parce que la fraischeur des Couleurs se ternit & se perd à force de les tourmenter en peignant.
Tous ceux qui ont bien colorié, avoient encore une autre Maxime pour maintenir les Couleurs fraisches, vives & fleuries ; c'estoit de se servir de Fonds blancs, sur lesquels ils peignoient, & souvent mesme au premier coup, sans rien retoucher, & sans y employer de nouvelles Couleurs. Rubens s'en servoit toûjours ; & j'ay veu des Tableaux de la main de ce grand Homme faits au premier coup, qui avoient une vivacité merveilleuse. La raison que ces excellens Coloristes avoient de se servir de ces sortes de Fonds, est que le Blanc conserve toûjours un éclat sous le transparant des Couleurs, lesquelles empeschent que l'air n'altere la blancheur du Fonds, de méme que cette blancheur repare le dommage qu'elles reçoivent de l'air ; de maniere que le Fonds & les Couleurs se prestent un mutuel secours, & se conservent l'un l'autre. C'est par cette raison que les Couleurs glacées ont une vivacité qui ne peut jamais estre imitée par les Couleurs les plus vives & les plus brillantes, dont à la maniere ordinaire & commune on couche simplement les differentes teintes, chacune dans leur place les unes apres les autres : tant il est vray que le Blanc avec les autres Couleurs fieres, dont on peint d'abord ce que l'on veut glacer, en sont comme la vie & l'éclat. Les Anciens ont asseurement trouvé que les Fonds blancs estoient beaucoup meilleurs que les autres : puisque nonobstant l'incommodité que leurs yeux recevoient de cette Couleur, ils ne laissoient pas de s'en servir, […] Je ne sçay d'où vient que l'on ne s'en sert pas aujourd'huy, si ce n'est qu'il y a peu de Peintres curieux de bien colorier, ou que l'ébauche commencée sur le Blanc ne se montre pas assez viste, & qu'il faut avoir une patience plus que Françoise, pour attendre qu'elle soit achevée, & que le Fond qui ternit par sa Blancheur l'éclat des autres Couleurs, soit entierement couvert, pour faire paroistre agreablement tout l'Ouvrage.

Quotation

[....] La Place estoit ornée tout au tour de Statuës, que les Cabalistes avoient fait ériger à leurs Princes, entre lesquelles celle de Michelange occupoit le premier lieu, accompagné de celles du Titien, du Georgion, de Paul Veronese, du Tintoret, des Bassans, du Correge, du Guide, de Rubens, Vandick, Zuccaro, Lanfranc, Joseph Pin, Maistre Rousse, Saint Martin, Ribera, Pietre Teste, Freminet, Tempeste, Blœmaret, P. ….. V ….. B. …. V. … &c toutes posées sur leurs piedestaux, avec chacune une Inscription à leur loüange.
On ne voyait là ny les Apelles, ny les Timanthes, ny les Raphaëls, ny les Poussins, ny les Leonards de Vincy, ny les Jules Romains, ny les autres de ce merite, dont on ne se doit pas étonner, veu qu’ayans tous esté les Antagonistes de ces faux Peintres, les Cabalistes n’avoient garde de leur donner place parmi ceux dont ils ont méprisé les ouvrages & les maximes.

Quotation

The Face, and Hands, are a Model for a Pencil in Portrait-Painting [ndr : il s’agit du portrait de la comtesse Dowager of Exeter, par Van Dyck] ; ‘tis not V. Dyck’s first Labour’d Flemish Manner, nor in the least Careless, or Slight ; the Colours are well wrought, and Touch’d in his best Style ;

Quotation

382. [Que vos Couleurs soient vives, sans pourtant donner, comme on dit, dans la farine.] Donner dans la farine c’est une façon de parler parmy les Peintres, qui exprime parfaitement ce qu’elle veut dire, qui n’est autre chose que de peindre avec Couleurs claires & fades tout ensemble, lesquelles ne donnent non plus de vie aux Figures, que si effectivement elles estoient frottées de farine. Ceux qui font leurs Carnations fort blanches & leurs Ombres grises ou verdastres, tombent dans cette inconvenient. Les Couleurs rousses dans les Ombres des chairs les plus delicates, contribuent merveilleusement à les rendre vives, brillantes & naturelles : mais il en faut user avec la mesme prudence dont le Titien, Paul Ver. Rubens & Vandeik se sont servis.
Pour conserver les Couleurs fraisches, il faut peindre en mettant toûjours des Couleurs, & non pas en frottant apres les avoir couchées sur la toile ; & s’il se pouvoit mesme faire qu’on les mist justement dans leurs places, & que l’on n’y touchast point quand on les y a une fois placées, il seroit encore mieux ; parce que la fraischeur des Couleurs se ternit & se perd à force de les tourmenter en peignant.
Tous ceux qui ont bien colorié, avoient encore une autre Maxime pour maintenir les Couleurs fraisches, vives & fleuries ; c'estoit de se servir de Fonds blancs, sur lesquels ils peignoient, & souvent mesme au premier coup, sans rien retoucher, & sans y employer de nouvelles Couleurs. Rubens s'en servoit toûjours ; & j'ay veu des Tableaux de la main de ce grand Homme faits au premier coup, qui avoient une vivacité merveilleuse. La raison que ces excellens Coloristes avoient de se servir de ces sortes de Fonds, est que le Blanc conserve toûjours un éclat sous le transparant des Couleurs, lesquelles empeschent que l'air n'altere la blancheur du Fonds, de méme que cette blancheur repare le dommage qu'elles reçoivent de l'air ; de maniere que le Fonds & les Couleurs se prestent un mutuel secours, & se conservent l'un l'autre. C'est par cette raison que les Couleurs glacées ont une vivacité qui ne peut jamais estre imitée par les Couleurs les plus vives & les plus brillantes, dont à la maniere ordinaire & commune on couche simplement les differentes teintes, chacune dans leur place les unes apres les autres : tant il est vray que le Blanc avec les autres Couleurs fieres, dont on peint d'abord ce que l'on veut glacer, en sont comme la vie & l'éclat. Les Anciens ont asseurement trouvé que les Fonds blancs estoient beaucoup meilleurs que les autres : puisque nonobstant l'incommodité que leurs yeux recevoient de cette Couleur, ils ne laissoient pas de s'en servir, […] Je ne sçay d'où vient que l'on ne s'en sert pas aujourd'huy, si ce n'est qu'il y a peu de Peintres curieux de bien colorier, ou que l'ébauche commencée sur le Blanc ne se montre pas assez viste, & qu'il faut avoir une patience plus que Françoise, pour attendre qu'elle soit achevée, & que le Fond qui ternit par sa Blancheur l'éclat des autres Couleurs, soit entierement couvert, pour faire paroistre agreablement tout l'Ouvrage.

Quotation

On dit qu'un dessein a de la couleur & qu'il est chaud, quand il est touché avec feu. tels sont les desseins du Baroche, de Guillaume Baur, du Benedette, du Guerchin, de Rubens, de Vandyck, de Rembran, de la Fosse & autres.[…]

Quotation

The Tout-ensemble of the Colouring [ndr : dans le portrait de la comtesse Dowager of Exeter, par Van Dyck] is Extreamly Beautiful ; ‘tis Solemn, but Warm, Mellow, Clean, and Natural ; the Flesh, which is exquisitely good, especially the Face, the Black Habit, the Linnen and Cushion, the Chair of the Crimson Velvet, and the Gold Flower’d Curtain mixt with a little Crimson have an Admirable effect, and would be Perfect were there a Middle Tinct amongst the Black.

Quotation

The Face is admirably well Drawn [ndr : du portrait de la comtesse Dowager of Exeter, par Van Dyck]; the Features are pronounc’d Clean, and Firmly, so as ‘tis evident he that did That conceiv’d strong, and Distinct Ideas, and saw wherein the Lines that form’d Those differ’d from all others ;

Quotation

Zommige oordeelen, dat de Conterfeitsels van van Dyk by die van Titiaan maar waterverw gelyken, om reden dat die van Titiaan zo veel kracht in koleur, dag, en schaduwe hebben, dat die van den anderen daar niet by konnen haalen, ja een koleur, zeggen zy, welke op die wyze voor van Dyk onnavolgelyk is, en daar het zyne zich alles flets en krachteloos by vertoont: waarlyk, een belaghelyk en beschimpend oordeel. Doch dat van Dyk en Titiaan in koleur verschillen, dat staa ik hun toe; maar dat men in dit geval by de Italiaanen niet behoeft te loopen, om zulks te bewyzen, is ook zeker: want voor zo veel de krachtige Coloriet, indien het daar in bestond, belangt, zo zeg ik dat Rembrant voor Titiaan niet heeft te wyken. Maar wat is ‘t! de meeste menschen volgen gemeenlyk de dwaaze oordeelaars, welke geene dingen goed keuren, die niet op zyn Italiaansch geschilderd zyn, het zy Historien, Landschappen, of Pourtraiten.

Quotation

The Tout-ensemble of the Colouring [ndr : dans le portrait de la comtesse Dowager of Exeter, par Van Dyck] is Extreamly Beautiful ; ‘tis Solemn, but Warm, Mellow, Clean, and Natural ; the Flesh, which is exquisitely good, especially the Face, the Black Habit, the Linnen and Cushion, the Chair of the Crimson Velvet, and the Gold Flower’d Curtain mixt with a little Crimson have an Admirable effect, and would be Perfect were there a Middle Tinct amongst the Black.

Quotation

The Beauty, and Harmony of the Colouring gives Me a great Degree of Pleasure [ndr : dans le portrait de la comtesse Dowager d’Exeter par Van Dyck] ; for tho’ This is Grave and Solid, it has a Beauty not less than what is Bright, and Gay. So much of the Composition as is Good does also much Delight the Eye ; And tho’ the Lady is not Young, nor remarkably Handsome, the Grace, and Greatness that is here represented pleases exceedingly. In a Word, as throughout this whole Picture one sees Instances of an Accurate Hand, and Fine Thought, These must give proportionable Pleasure to so hearty a Lover as I am.

Quotation

Of EXPRESSION
Whatever the general Character of the Story is, the Picture must discover it throughout, whether it be Joyous, Melancholy, Grave, Terrible, &c. The Nativity, Resurrection, and Ascension ought to have the General Colouring, the Ornaments, Background, and every thing in them Riant, and Joyous, and the contrary in a Crucifixion, Interment, or a Pietà. [The Blessed Virgin with the dead Christ].
But a Distinction must be made between Grave, and Melancholy, as in a Holy Family (of
Rafaëlle’s Design at least) which I have, and has been mention’d already ; the Colouring is Brown, and Solemn, but yet all together the Picture has not a Dismal Air, but quite otherwise. […] There are certain Sentiments of Awe, and Devotion which ought to be rais’d by the first Sight of Pictures of that Subject, which that Solemn Colouring contributes very much to, but not the more Bright, though upon other Occasions preferable.
I have seen a fine Instance of a Colouring proper for Melancholy Subjects in a Pietà of Van-Dyck : That alone would make one not only Grave, but sad at first Sight ; And a Colour’d Drawing that I have of the Fall of Phaëton after Giulio Romano, shews how much This contributes to the Expression. ‘Tis different from any Colouring that ever I saw, and admirably adapted to the Subject, there is a Reddish Purple Tinct spread throughout, as if the World was all invelopp’d in Smould’ring Fire.

Quotation

The Best that can be done is to Advise one that would know the Beauty of Colouring, To observe Nature, and how the best Colourists have imitated her.
What a Lightness, Thinness, and Transparency ; What a Warmth, Cleanness, and Delicacy is to be seen in Life, and in good Pictures !
He that would be a good Colourist himself must moreover Practice much after, and for a considerable time accustom himself to See well-colour’d Pictures only : But even This will be in vain, unless he has a Good Eye in the Sense, as one is said to have a Good Ear for Musick ; he must not only See well, but have a particular Delicacy with relation to the Beauty of Colours, and the infinite Variety of Tincts.

The
Venetian, Lombard and Flemish Schools have excell’d in Colouring ; the Florentine, and Roman in Design ; the Bolognese Masters in both ; but not to the Degree generally as either of the other. Corregio, Titian, Paolo Veronese, Rubens, and Van Dyck, have been admirable Colourists ; the latter in his best things has follow’d common Nature extreamly close.

Quotation

The Best that can be done is to Advise one that would know the Beauty of Colouring, To observe Nature, and how the best Colourists have imitated her.
What a Lightness, Thinness, and Transparency ; What a Warmth, Cleanness, and Delicacy is to be seen in Life, and in good Pictures !
He that would be a good Colourist himself must moreover Practice much after, and for a considerable time accustom himself to See well-colour’d Pictures only : But even This will be in vain, unless he has a Good Eye in the Sense, as one is said to have a Good Ear for Musick ; he must not only See well, but have a particular Delicacy with relation to the Beauty of Colours, and the infinite Variety of Tincts.

The
Venetian, Lombard and Flemish Schools have excell’d in Colouring ; the Florentine, and Roman in Design ; the Bolognese Masters in both ; but not to the Degree generally as either of the other. Corregio, Titian, Paolo Veronese, Rubens, and Van Dyck, have been admirable Colourists ; the latter in his best things has follow’d common Nature extreamly close.

Quotation

I will give a Specimen of what I have been proposing [ndr : dans sa manière de juger une peinture], and the Subject shall be a Portrait of V. Dyck which I have, ‘tis a Half-length of a Countess Dowager of Exeter, as I learn from the Print made of it by Faithorn, and that is almost all one can learn from That concerning the Picture besides the General Attitude, and Disposition of it.
The Dress is Black Velvet, and That appearing almost one large Spot, the Lights not being so managed as to connect it, with the other parts of the Picture ;
The Face, and Linnen at the Neck, and the two Hands, and broad Cuffs at the Wrists being by this means three several Spots of Light, and that near of an equal degree ; and forming almost an Equilateral Triangle, the Base of which is parallel to that of the Picture, the Composition is Defective ; and this occasion’d chiefly from the want of those Lights upon the Black. But so far as the Head, and almost to the Wast, with the Curtain behind, there is an Admirable Harmony, the Chair also makes a Medium between the Figure, and the Ground. The Eye is deliver’d down into that Dead Black Spot the Drapery with great Ease, the Neck is cover’d with Linnen, and at the Breast the top of the Stomacher makes a streight line. This would have been very harsh, and disagreeable but that ‘tis very Artfully broken by the Bowes of a Knot of narrow Ribbon which rise above that Line in fine, well-contrasted Shapes. This Knot fastens a Jewel on the Breast, which also helps to produce the Harmony of this part of the Picture, and the white Gloves which the Lady holds in her Left Hand, helps the Composition something as they vary That Light Spot from That which the Other Hand, and Linnen makes.

Quotation

Zommige oordeelen, dat de Conterfeitsels van van Dyk by die van Titiaan maar waterverw gelyken, om reden dat die van Titiaan zo veel kracht in koleur, dag, en schaduwe hebben, dat die van den anderen daar niet by konnen haalen, ja een koleur, zeggen zy, welke op die wyze voor van Dyk onnavolgelyk is, en daar het zyne zich alles flets en krachteloos by vertoont: waarlyk, een belaghelyk en beschimpend oordeel. Doch dat van Dyk en Titiaan in koleur verschillen, dat staa ik hun toe; maar dat men in dit geval by de Italiaanen niet behoeft te loopen, om zulks te bewyzen, is ook zeker: want voor zo veel de krachtige Coloriet, indien het daar in bestond, belangt, zo zeg ik dat Rembrant voor Titiaan niet heeft te wyken. Maar wat is ‘t! de meeste menschen volgen gemeenlyk de dwaaze oordeelaars, welke geene dingen goed keuren, die niet op zyn Italiaansch geschilderd zyn, het zy Historien, Landschappen, of Pourtraiten.

Quotation

Voici l’article le plus essentiel de la connoissance des tableaux ; c’est la distinction des copies d’avec les originaux. On peut envisager six sortes de copies : les copies serviles, les copies faciles qui ne sont pas fidèles, les copies fidèles, les copies un peu retouchées du maître, les copies entierement retouchées du maître, & celles qui sont toutes de sa main.
Les copies faites servilement & d’une main lourde & appésantie, quoique fidèles, paroissent telles aux yeux de tout le monde : il n’est pas difficile de se garantir contre leur incorrection, leur mauvais goût, & le froid qui y est répandu.
Les copies faciles, mais qui ne sont pas suivies fidèlement, par les traits de feu qui seront échappés au peintre, qui souvent dans l’exécution a conservé sa manière ordinaire, portent avec elles des preuves manifestes de leur fausseté ; les deux manieres ne se peuvent méconnoître, elles forment un ouvrage composé, c’est ce qu’on remarque dans les copies de Raphaël faites par Rubens.
Les copies fidéles qui partent d’une main facile & légére sont plus embarrassantes, & demandent une vraie connoissance. L’élégance de la touche d’un maître, sa vraie manière qu’il faut sçavoir par cœur, un certain esprit qui peut y manquer, doit vous conduire à décider ; celui qui a fait la copie y a sûrement mis du sien & cela suffit.
Les copies faites dans l’école d’un maître, & sous sa conduite ne sont pas les plus mauvaises. Ordinairement ils les retouchent en quelques endroits essentiels. Alors ces mêmes endroits font reconnoître le tableau pour ce qu’il est. Ce sont les copies les plus aisées à distinguer, elles se manifestent pas des touches élégantes qui brillent à travers le reste du tableau, & qui par la comparaison en devient plus froid.
Les copies entierement retouchées par le maître doivent être regardées comme de seconds originaux, moins beaux à la vérité que s’ils étoient entierement de sa main ; c’est ainsi que travailloient le Titien, les Bassan, Paul Veronese, Rubens, Vandick, Vouët & la plûpart des grands peintres. Lorsque plusieurs personnes leur demandent des copies d’un de leurs tableaux qui leur plaît, ils les font faire par leurs meilleurs éléves, ils les conduisent dans l’exécution, & comme ces copies sont faites dans leur attelier, ils les repassent par tout & souvent les repeignent entierement ; de cette manière l’ouvrage de l’éléve est tout recouvert, & comme on n’en apperçoit aucun vestige, il n’est pas aisé de décider la question. Ces copies alors ne servent au maître que comme des tableaux ébauchés qu’il veut terminer. Si l’on pouvoit confronter ces belles copies avec les premiers originaux, il n’y a aucun doute que ces derniers ne l’emportassent sur les autres.

Il y a encore des copies plus parfaites que ces dernieres, ce sont celles qui sont entierement faites de la main du maître, alors il n’est pas possible de les distinguer, le maître seul peut en décider s’il est vivant, ce sont de seconds originaux dont ne peut juger que par comparaison.
Il est certain que dans une confrontation, les premiers originaux se distingueront par beaucoup plus de délicatesse, plus d’esprit, plus de finesse, une touche plus franche dans les contours & dans la premiere ébauche dont on entrevoit toujours quelque chose, en un mot un certain je ne sçai quoi qu’on apperçoit & où le maître ne peut jamais revenir du second coup. Hyacinthe Rigaud, par exemple, a fait de nos jours tout de sa main de celles copies des grands portraits de Louis XIV & de Philippe V qui sans contredit sont de seconds originaux, mais moins précieux que les premiers.
Les copies faites d’après d’autres copies que l’on nomme ici copies de copies, ne doivent trouver ici aucune place : on sent bien de quelle valeur peut être un ouvrage fait d’après un médiocre, ouvrage dont tout le mérite consiste à avoir bien imité les défauts d’un autre, & à les reproduire.
On ne doit point oublier ici les sujets répétés qui ne sont point des copies, & qui ne laissent pas d’être originaux. Souvent on demande à un maître qu’il recommence le même sujet sans y rien changer ; alors ce second tableau est original & pourra fort embarrasser le meilleur connoisseur. Il y a trois crucifix de Michel-Ange qui existent, l’un à Florence chez le Grand Duc, l’autre à Rome chez le Prince Borghese, & le troisiéme à Naples chez le Prieur des Chartreux. Comment juger de ces trois tableaux éloignés chacun de cinquante lieuës, comment les pouvoir comparer ?

Quotation

Pour copier avec profit les manieres qui ont approché le plus près de la Nature, comme sont celles de Titien & de Vandeik, il faut en copiant s’imaginer que leurs Tableaux sont la Nature ; les regarder d’un peu de loin dans cette intention, & dire en soi-même : De quelle couleur, & de quelle teinte me servirois-je pour un tel endroit ; puis s’approcher du Tableau, & voir si on auroit bien ou mal rencontré, & se faire ensuite comme une loi des choses que nous aurions découvertes, & que nous ne pratiquions auparavant qu’avec incertitude.

Quotation

Les Couleurs à huile ont cela pardessus les autres, que les Teintes s'en peuvent mêler facilement par le manîment du Pinceau : mais il est à craindre aussi qu'à force de les tourmenter on n'en fasse perdre la fraicheur surtout dans les Carnations, & qu'elles ne deviennent sales et terrestres. Pour obvier à cela, il y a deux choses à faire ; la première est de s'accoûtumer à peindre & à mêler ses Couleurs avec promptitude & légèreté de Pinceau, en sorte que, s'il y avoit moyen, l'on ne passât point deux fois sur le même endroit, & la seconde est, qu'après avoir ainsi meslé légèrement ses Couleurs ensemble on prenne le soin de retoucher par-dessus avec des Couleurs vierges & fraîches lesquelles conviennent aux endroits où on le met, & soient de même ton que celles qui auront été déjà peintes & mêlées par dessous. Pour apprendre à peindre de cette sorte je ne sais rien de meilleur que de copier d'après le Corrège & Van Dyck pour la légèreté de pinceau, & d'après Paul Veronese & Rubens pour les Teintes vierges.

Quotation

Je le redis donc encore avec plus de confiance : apprenons à critiquer nos propres ouvrages à la vûë des beautez que nous découvrons dans ceux des autres ; ne rougissons point de chercher à les étudier ; ne craignons point qu’on nous accuse d’être de serviles imitateurs, quand nous aurons l’adresse de nous approprier les parties qui nous manquent, & de les joindre à celles que nous possedons. Le goût de dessein de celui-ci est plus noble & plus délicat que le vôtre, mais votre coloris l’emporte sur le sien ; ne pouvez-vous, sans perdre ce que vous avez acquis dans la couleur, faire votre profit de son heureuse maniere de dessiner ? Raphaël n’a t-il pas ajouté une nouvelle grandeur à la sienne à la vûë des ouvrages de Michel-Ange, sans se dépoüiller de sa sage simplicité & des graces nobles qui le caracterisent. Louis Carrache a-t-il passé pour un plagiaire, pour avoir étudié les tournures naïves & piquantes du Correge ? J’ai entre mes mains des études d’Annibal d’après Raphaël d’une beauté à faire comprendre qu’il étoit déjà digne de sa grande reputation lorsqu’il les a faites. Le Roy possede un Tableau de Vandeik d’après Le Titien, qui n’est point l’ouvrage d’un écolier.

Quotation

382. [Que vos Couleurs soient vives, sans pourtant donner, comme on dit, dans la farine.] Donner dans la farine c’est une façon de parler parmy les Peintres, qui exprime parfaitement ce qu’elle veut dire, qui n’est autre chose que de peindre avec Couleurs claires & fades tout ensemble, lesquelles ne donnent non plus de vie aux Figures, que si effectivement elles estoient frottées de farine. Ceux qui font leurs Carnations fort blanches & leurs Ombres grises ou verdastres, tombent dans cette inconvenient. Les Couleurs rousses dans les Ombres des chairs les plus delicates, contribuent merveilleusement à les rendre vives, brillantes & naturelles : mais il en faut user avec la mesme prudence dont le Titien, Paul Ver. Rubens & Vandeik se sont servis.
Pour conserver les Couleurs fraisches, il faut peindre en mettant toûjours des Couleurs, & non pas en frottant apres les avoir couchées sur la toile ; & s’il se pouvoit mesme faire qu’on les mist justement dans leurs places, & que l’on n’y touchast point quand on les y a une fois placées, il seroit encore mieux ; parce que la fraischeur des Couleurs se ternit & se perd à force de les tourmenter en peignant.
Tous ceux qui ont bien colorié, avoient encore une autre Maxime pour maintenir les Couleurs fraisches, vives & fleuries ; c'estoit de se servir de Fonds blancs, sur lesquels ils peignoient, & souvent mesme au premier coup, sans rien retoucher, & sans y employer de nouvelles Couleurs. Rubens s'en servoit toûjours ; & j'ay veu des Tableaux de la main de ce grand Homme faits au premier coup, qui avoient une vivacité merveilleuse. La raison que ces excellens Coloristes avoient de se servir de ces sortes de Fonds, est que le Blanc conserve toûjours un éclat sous le transparant des Couleurs, lesquelles empeschent que l'air n'altere la blancheur du Fonds, de méme que cette blancheur repare le dommage qu'elles reçoivent de l'air ; de maniere que le Fonds & les Couleurs se prestent un mutuel secours, & se conservent l'un l'autre. C'est par cette raison que les Couleurs glacées ont une vivacité qui ne peut jamais estre imitée par les Couleurs les plus vives & les plus brillantes, dont à la maniere ordinaire & commune on couche simplement les differentes teintes, chacune dans leur place les unes apres les autres : tant il est vray que le Blanc avec les autres Couleurs fieres, dont on peint d'abord ce que l'on veut glacer, en sont comme la vie & l'éclat. Les Anciens ont asseurement trouvé que les Fonds blancs estoient beaucoup meilleurs que les autres : puisque nonobstant l'incommodité que leurs yeux recevoient de cette Couleur, ils ne laissoient pas de s'en servir, […] Je ne sçay d'où vient que l'on ne s'en sert pas aujourd'huy, si ce n'est qu'il y a peu de Peintres curieux de bien colorier, ou que l'ébauche commencée sur le Blanc ne se montre pas assez viste, & qu'il faut avoir une patience plus que Françoise, pour attendre qu'elle soit achevée, & que le Fond qui ternit par sa Blancheur l'éclat des autres Couleurs, soit entierement couvert, pour faire paroistre agreablement tout l'Ouvrage.

Quotation

Dans les Draperies toutes sortes de couleurs indifferemment ne conviennent pas à toutes sortes de personnes. Dans les Portraits d’homme, il suffit de chercher beaucoup de verité & beaucoup de force ; mais aux Portraits de femmes, il faut encore de l’agrément, & faire paroître dans un beau jour ce qu’elles ont de beauté, & temperer par quelque industrie ce qu’elles ont de défauts.
C’est pour cela qu’auprès d’un teint blanc, vif, & éclatant, il faut bien se garder de mettre d’un beau jaune qui le feroit paroître de plâtre ; mais plûtôt des couleurs qui [...] par leur opposition contribuent à faire paroître plus de chair ces sortes de teins, que l’on trouve ordinairement aux blondes. Vandeik s'est souvent servi dans ses fonds de rideaux feuille-morte ; mais la couleur en est douce & brune.
Les femmes brunes au contraire qui ont dans leur teint assez de jaune pour soutenir le caractere de chair […]

Quotation

Je le redis donc encore avec plus de confiance : apprenons à critiquer nos propres ouvrages à la vûë des beautez que nous découvrons dans ceux des autres ; ne rougissons point de chercher à les étudier ; ne craignons point qu’on nous accuse d’être de serviles imitateurs, quand nous aurons l’adresse de nous approprier les parties qui nous manquent, & de les joindre à celles que nous possedons. Le goût de dessein de celui-ci est plus noble & plus délicat que le vôtre, mais votre coloris l’emporte sur le sien ; ne pouvez-vous, sans perdre ce que vous avez acquis dans la couleur, faire votre profit de son heureuse maniere de dessiner ? Raphaël n’a t-il pas ajouté une nouvelle grandeur à la sienne à la vûë des ouvrages de Michel-Ange, sans se dépoüiller de sa sage simplicité & des graces nobles qui le caracterisent. Louis Carrache a-t-il passé pour un plagiaire, pour avoir étudié les tournures naïves & piquantes du Correge ? J’ai entre mes mains des études d’Annibal d’après Raphaël d’une beauté à faire comprendre qu’il étoit déjà digne de sa grande reputation lorsqu’il les a faites. Le Roy possede un Tableau de Vandeik d’après Le Titien, qui n’est point l’ouvrage d’un écolier.

Quotation

Zommige oordeelen, dat de Conterfeitsels van van Dyk by die van Titiaan maar waterverw gelyken, om reden dat die van Titiaan zo veel kracht in koleur, dag, en schaduwe hebben, dat die van den anderen daar niet by konnen haalen, ja een koleur, zeggen zy, welke op die wyze voor van Dyk onnavolgelyk is, en daar het zyne zich alles flets en krachteloos by vertoont: waarlyk, een belaghelyk en beschimpend oordeel. Doch dat van Dyk en Titiaan in koleur verschillen, dat staa ik hun toe; maar dat men in dit geval by de Italiaanen niet behoeft te loopen, om zulks te bewyzen, is ook zeker: want voor zo veel de krachtige Coloriet, indien het daar in bestond, belangt, zo zeg ik dat Rembrant voor Titiaan niet heeft te wyken. Maar wat is ‘t! de meeste menschen volgen gemeenlyk de dwaaze oordeelaars, welke geene dingen goed keuren, die niet op zyn Italiaansch geschilderd zyn, het zy Historien, Landschappen, of Pourtraiten.

Quotation

The Beauty, and Harmony of the Colouring gives Me a great Degree of Pleasure [ndr : dans le portrait de la comtesse Dowager d’Exeter par Van Dyck] ; for tho’ This is Grave and Solid, it has a Beauty not less than what is Bright, and Gay. So much of the Composition as is Good does also much Delight the Eye ; And tho’ the Lady is not Young, nor remarkably Handsome, the Grace, and Greatness that is here represented pleases exceedingly. In a Word, as throughout this whole Picture one sees Instances of an Accurate Hand, and Fine Thought, These must give proportionable Pleasure to so hearty a Lover as I am.

Quotation

Je le redis donc encore avec plus de confiance : apprenons à critiquer nos propres ouvrages à la vûë des beautez que nous découvrons dans ceux des autres ; ne rougissons point de chercher à les étudier ; ne craignons point qu’on nous accuse d’être de serviles imitateurs, quand nous aurons l’adresse de nous approprier les parties qui nous manquent, & de les joindre à celles que nous possedons. Le goût de dessein de celui-ci est plus noble & plus délicat que le vôtre, mais votre coloris l’emporte sur le sien ; ne pouvez-vous, sans perdre ce que vous avez acquis dans la couleur, faire votre profit de son heureuse maniere de dessiner ? Raphaël n’a t-il pas ajouté une nouvelle grandeur à la sienne à la vûë des ouvrages de Michel-Ange, sans se dépoüiller de sa sage simplicité & des graces nobles qui le caracterisent. Louis Carrache a-t-il passé pour un plagiaire, pour avoir étudié les tournures naïves & piquantes du Correge ? J’ai entre mes mains des études d’Annibal d’après Raphaël d’une beauté à faire comprendre qu’il étoit déjà digne de sa grande reputation lorsqu’il les a faites. Le Roy possede un Tableau de Vandeik d’après Le Titien, qui n’est point l’ouvrage d’un écolier.

Quotation

435. [Aussi bien que les choses paroissent estre faites avec Facilité.] Cette facilité attire d’autant plus nos yeux & nos esprits, qu’il est à presumer qu’un beau travail qui nous paroist facile, vient d’une main sçavante & consommée. […] Mais il est impossible d’avoir cette Facilité, sans posseder parfaitement toutes les Regles de l’Art, & s’en estre fait un habitude : car la Facilité consiste à ne faire precisément que l’Ouvrage qu’il faut, & à mettre chaque chose dans sa place avec promptitude : ce qui ne se peut sans les Regles, qui sont des moyens assurez pour vous conduire, & pour terminer vos Ouvrages avec plaisir. Il est donc certain, contre l’opinion de plusieurs, que les Regles donnent de la Facilité, de la Tranquillité & de la promptitude dans les esprits les plus tardifs, & que ces mesmes Regles augmentent & dirigent cette Facilité dans ceux qui l’ont déja receuë d’une heureuse naissance.
D’où il s’ensuit que l’on peut considerer la Facilité de deux façons, ou simplement, comme une diligence & une promptitude d’esprit & de main, ou comme une disposition dans l’esprit de lever promptement toutes les difficultez qui se peuvent former dans l’Ouvrage. La premiere vient d’un temperament actif & plein de feu, & l’autre d’une veritable Science & d’une possession des Regles infaillibles ; celle-là est agreable, mais elle n’est pas toûjours sans inquietude, parce qu’elle fait égarer souvent ; & celle-cy au contraire fait agir avec un repos d’esprit & une tranquillité merveilleuse : car elle nous asseure de la bonté de nostre Ouvrage : c’est beaucoup que d’avoir la premiere ; mais c’est le comble de la perfection de les avoir l’une & l’autre, telle que les ont possedées Rubens & Vandeik, excepté la Partie du Dessein, qu’ils ont trop negligée. […]
Remarquez, s’il vous plaît, que la Facilité & la Diligence, dont je viens de parler, ne consistent pas à faire ce qu’on appelle des traits hardis, & à donner des coups de pinceau libres, s’ils ne font un grand effet d’une distance éloignée : Cette sorte de liberté est plûtost d’un Maistre à écrire que d’un Peintre. Je dis bien davantage, il est presque impossible que les choses peintes paroissent vrayes & naturelles, quand on y remarque ces sortes de traits hardis : & tous ceux qui ont le plus approché de la Nature, ne se sont pas servis de cette Manière de peindre. Tous ces cheveux filez & ces coups de pinceau qui forment des hachures, sont à la verité admirables : mais ils ne trompent pas la veuë.

Quotation

I will give a Specimen of what I have been proposing [ndr : dans sa manière de juger une peinture], and the Subject shall be a Portrait of V. Dyck which I have, ‘tis a Half-length of a Countess Dowager of Exeter, as I learn from the Print made of it by Faithorn, and that is almost all one can learn from That concerning the Picture besides the General Attitude, and Disposition of it.
The Dress is Black Velvet, and That appearing almost one large Spot, the Lights not being so managed as to connect it, with the other parts of the Picture ;
The Face, and Linnen at the Neck, and the two Hands, and broad Cuffs at the Wrists being by this means three several Spots of Light, and that near of an equal degree ; and forming almost an Equilateral Triangle, the Base of which is parallel to that of the Picture, the Composition is Defective ; and this occasion’d chiefly from the want of those Lights upon the Black.

Quotation

Dans les Draperies toutes sortes de couleurs indifferemment ne conviennent pas à toutes sortes de personnes. Dans les Portraits d’homme, il suffit de chercher beaucoup de verité & beaucoup de force ; mais aux Portraits de femmes, il faut encore de l’agrément, & faire paroître dans un beau jour ce qu’elles ont de beauté, & temperer par quelque industrie ce qu’elles ont de défauts.
C’est pour cela qu’auprès d’un teint blanc, vif, & éclatant, il faut bien se garder de mettre d’un beau jaune qui le feroit paroître de plâtre ; mais plûtôt des couleurs qui [...] par leur opposition contribuent à faire paroître plus de chair ces sortes de teins, que l’on trouve ordinairement aux blondes. Vandeik s'est souvent servi dans ses fonds de rideaux feuille-morte ; mais la couleur en est douce & brune.
Les femmes brunes au contraire qui ont dans leur teint assez de jaune pour soutenir le caractere de chair […]

Quotation

Traveller,
            ’
Tis very true, tis one of the most difficult parts of Painting [ndr : le traitement de la draperie]; and the best Rule is, that your Drapery be in large Foldings, Noble and Simple, not repeated too often, but following the Order of the Parts ; and let them be of Stuffs and Silks that are commonly worn, of beautiful Colours, but sweet, and such as do not trench upon the Naked too harshly, and by that means they will be of great Use for the Union of the Whole ; either by reflecting the Light, or giving such a Fund as is wanting for the other Colours to appear better. They serve also to fill up any empty place in the Picture.
            There is also a Judicious Choice to be made of Draperies, according to the Quality of the Persons : Magistrates and Grave People must have Ample and Long Robes ; Countrey People and Souldiers must have Close, Short Draperies ; Young Maids and Women must have them Light, Thin, and Tender. They that follow the Drapery of the Antients in Statues, will always be Stiff, as Raphael was at first, because that they used little Foldings, often repeated ; which do best in Marble or Brass. But Painters who have the Command of Colours, Lights and Shadows, may extend their Draperies, and let them fly as they please. Titian, Paul Veronese, Tintoret, Rubens, and Vandike, have painted Drapery admirably ; and indeed the Lombard School have excell’d in that and Colouring, as the Roman and Florentine
in Design and Nudity.

Quotation

The Face is admirably well Drawn [ndr : du portrait de la comtesse Dowager of Exeter, par Van Dyck]; the Features are pronounc’d Clean, and Firmly, so as ‘tis evident he that did That conceiv’d strong, and Distinct Ideas, and saw wherein the Lines that form’d Those differ’d from all others ; there appears nothing of the Antique, or Raffaelle-Tast of Designing, but Nature, well understood, well chosen, and well manag’d ; the Lights, and Shadows are justly plac’d, and shap’d, and both sides of the Face answer well to each other. The Jewel on the Breast is finely dispos’d, and directs the Eye to the line between the Breasts, and gives the Body there a great Relief, the Girdle also has a good effect, for by being mark’d pretty strongly the Eye is shown the Wast very readily. The Linnen, the Jewel, the Gold Curtain, the Gause Veil are all extreamly Natural, that is they are justly Drawn, and Colour’d.

Quotation

Après avoir legerement ébauché un Portrait, il faisoit mettre la personne dans l’attitude qu’il avoit auparavant méditée, & avec du papier gris & des crayons blancs & noirs, il dessinoit en un quart d’heure sa taille & ses habits qu’il disposoit d’une maniere grande, & d’un goût exquis. Il donnoit ensuite ce dessein à d’habiles gens qu’il avoit chez lui, pour le peindre d’après les habits mêmes que les personnes avoient envoyés exprès à la priere de Vandeik.

Quotation

 [...] Il faut donc, poursuivit-elle [Princesse des cabalistes], s’étudier à la recherche d’une belle Manière de peindre, vague, hardie, & sans contrainte, d’un dessein tendre & coulant, mais libre & de grande maniere, sans s’attacher avec scrupule à cent choses, qui gâtent la majesté d’un ouvrage. Prenez pour exemplaires les ouvrages de l’illustre & fameux Michelange, le Coriphée des Peintres Anciens & Modernes, d’un Titien, d’un Tintoret, d’un Georgion, d’un Paul Veronese, du Guide, des Bassans, de S. Martin, de Rubens, de Vandick, & tant d’autres que mes maximes ont rendus celebres, & ausquels la science qu’ils ont acquise dans mon Ecole, a donné une réputation glorieuse & immortelle, malgré la jalousie & le caprice de quelques novateurs, qui sous pretexte du rétablissement de la Peinture, tâchent en vain d’élever sur le debris de l’estime qu’on a toûjours euë pour ces grands Peintres, une fausse renommée à leurs sectateurs, & faisans croire aux simples, qu’ils rendent un bon office à ce bel Art, le ruinent entierement, dégoûtans par les embarras & les difficultés dont ils l’ont obscurci, ceux qui avoient dessein de s’y perfectionner.

Quotation

The Tout-ensemble of the Colouring [ndr : dans le portrait de la comtesse Dowager of Exeter, par Van Dyck] is Extreamly Beautiful ; ‘tis Solemn, but Warm, Mellow, Clean, and Natural ; the Flesh, which is exquisitely good, especially the Face, the Black Habit, the Linnen and Cushion, the Chair of the Crimson Velvet, and the Gold Flower’d Curtain mixt with a little Crimson have an Admirable effect, and would be Perfect were there a Middle Tinct amongst the Black.

Quotation

[…] une teinte qui de près paroît separée & d’une certaine couleur, paroîtra d’une autre couleur dans sa distance, & se confondra dans la masse dont elle fait partie. Si vous voulez donc que votre ouvrage fasse un bon effet du lieu d’où il doit être vû, il faut que les couleurs & les lumieres en soient un peu exagerées ; mais savamment & avec une grande discretion. Voyez la maniere dont Titien, Rubens, Vandeik, & Rembrant en ont usé : car leur artifice est merveilleux.

Quotation

[…] une teinte qui de près paroît separée & d’une certaine couleur, paroîtra d’une autre couleur dans sa distance, & se confondra dans la masse dont elle fait partie. Si vous voulez donc que votre ouvrage fasse un bon effet du lieu d’où il doit être vû, il faut que les couleurs & les lumieres en soient un peu exagerées ; mais savamment & avec une grande discretion. Voyez la maniere dont Titien, Rubens, Vandeik, & Rembrant en ont usé : car leur artifice est merveilleux.

Quotation

I confine the Sublime to History, and Portrait-Painting ; And These must excell in Grace, and Greatness, Invention, or Expression ; and that for Reasons which will be seen anon. Michael Angelo’s Great Style intitles Him to the Sublime, not his Drawing ; ‘tis that Greatness, and a competent degree of Grace, and not his Colouring that makes Titian capable of it : As Correggio’s Grace, with a sufficient mixture of Greatness gives this Noble Quality to His Works. Van Dyck’s Colouring, nor Pencil tho’ perfectly fine would never introduce him to the Sublime ; ‘tis his Expression, and that Grace, and Greatness he possess’d, (the Utmost that Portrait-Painting is Justly capable of) that sets some of his Works in that Exalted Class ;

Quotation

Of EXPRESSION
Whatever the general Character of the Story is, the Picture must discover it throughout, whether it be Joyous, Melancholy, Grave, Terrible, &c. The Nativity, Resurrection, and Ascension ought to have the General Colouring, the Ornaments, Background, and every thing in them Riant, and Joyous, and the contrary in a Crucifixion, Interment, or a Pietà. [The Blessed Virgin with the dead Christ].
But a Distinction must be made between Grave, and Melancholy, as in a Holy Family (of
Rafaëlle’s Design at least) which I have, and has been mention’d already ; the Colouring is Brown, and Solemn, but yet all together the Picture has not a Dismal Air, but quite otherwise. […] There are certain Sentiments of Awe, and Devotion which ought to be rais’d by the first Sight of Pictures of that Subject, which that Solemn Colouring contributes very much to, but not the more Bright, though upon other Occasions preferable.
I have seen a fine Instance of a Colouring proper for Melancholy Subjects in a Pietà of Van-Dyck : That alone would make one not only Grave, but sad at first Sight ; And a Colour’d Drawing that I have of the Fall of Phaëton after Giulio Romano, shews how much This contributes to the Expression. ‘Tis different from any Colouring that ever I saw, and admirably adapted to the Subject, there is a Reddish Purple Tinct spread throughout, as if the World was all invelopp’d in Smould’ring Fire.

Quotation

435. [Aussi bien que les choses paroissent estre faites avec Facilité.] Cette facilité attire d’autant plus nos yeux & nos esprits, qu’il est à presumer qu’un beau travail qui nous paroist facile, vient d’une main sçavante & consommée. […] Mais il est impossible d’avoir cette Facilité, sans posseder parfaitement toutes les Regles de l’Art, & s’en estre fait un habitude : car la Facilité consiste à ne faire precisément que l’Ouvrage qu’il faut, & à mettre chaque chose dans sa place avec promptitude : ce qui ne se peut sans les Regles, qui sont des moyens assurez pour vous conduire, & pour terminer vos Ouvrages avec plaisir. Il est donc certain, contre l’opinion de plusieurs, que les Regles donnent de la Facilité, de la Tranquillité & de la promptitude dans les esprits les plus tardifs, & que ces mesmes Regles augmentent & dirigent cette Facilité dans ceux qui l’ont déja receuë d’une heureuse naissance.
D’où il s’ensuit que l’on peut considerer la Facilité de deux façons, ou simplement, comme une diligence & une promptitude d’esprit & de main, ou comme une disposition dans l’esprit de lever promptement toutes les difficultez qui se peuvent former dans l’Ouvrage. La premiere vient d’un temperament actif & plein de feu, & l’autre d’une veritable Science & d’une possession des Regles infaillibles ; celle-là est agreable, mais elle n’est pas toûjours sans inquietude, parce qu’elle fait égarer souvent ; & celle-cy au contraire fait agir avec un repos d’esprit & une tranquillité merveilleuse : car elle nous asseure de la bonté de nostre Ouvrage : c’est beaucoup que d’avoir la premiere ; mais c’est le comble de la perfection de les avoir l’une & l’autre, telle que les ont possedées Rubens & Vandeik, excepté la Partie du Dessein, qu’ils ont trop negligée. […]
Remarquez, s’il vous plaît, que la Facilité & la Diligence, dont je viens de parler, ne consistent pas à faire ce qu’on appelle des traits hardis, & à donner des coups de pinceau libres, s’ils ne font un grand effet d’une distance éloignée : Cette sorte de liberté est plûtost d’un Maistre à écrire que d’un Peintre. Je dis bien davantage, il est presque impossible que les choses peintes paroissent vrayes & naturelles, quand on y remarque ces sortes de traits hardis : & tous ceux qui ont le plus approché de la Nature, ne se sont pas servis de cette Manière de peindre. Tous ces cheveux filez & ces coups de pinceau qui forment des hachures, sont à la verité admirables : mais ils ne trompent pas la veuë.

Quotation

The Face is admirably well Drawn [ndr : du portrait de la comtesse Dowager of Exeter, par Van Dyck]; the Features are pronounc’d Clean, and Firmly, so as ‘tis evident he that did That conceiv’d strong, and Distinct Ideas, and saw wherein the Lines that form’d Those differ’d from all others ;

Quotation

Traveller.
           
There is a thing which the Italians call Morbidezza ; The meaning of which word, is to Express the Softness, and tender Liveliness of Flesh and Blood, so as the Eye may almost invite the Hand to touch and feel it, as if it were Alive ; and this is the hardest thing to Compass in the whole Art of Painting. And ‘tis in this particular, that Titian, Corregio, and amongst the more Modern, Rubens, and Vandike, do Excel.
                       
Friend.
            I have heard, that in some Pictures of Raphael, the very Gloss of Damask, and the Softness of Velvet, with the Lustre of Gold, are so Expressed, that you would take them to be Real, and not Painted : Is not that as hard to do, as to imitate Flesh ?
                        Traveller.
            No : Because those things are but the stil Life, whereas there is a Spirit in Flesh and Blood, which is hard to Represent. But a good Painter must know how to do those Things you mention, and many more : As for Example, He must know how to Imitate the Darkness of Night, the Brightness of Day, the Shining and Glittering of Armour ; the Greenness of Trees, the Dryness of Rocks. In a word, All Fruits, Flowers, Animals, Buildings, so as that they all appear
Natural and Pleasing to the Eye.

Quotation

Zommige oordeelen, dat de Conterfeitsels van van Dyk by die van Titiaan maar waterverw gelyken, om reden dat die van Titiaan zo veel kracht in koleur, dag, en schaduwe hebben, dat die van den anderen daar niet by konnen haalen, ja een koleur, zeggen zy, welke op die wyze voor van Dyk onnavolgelyk is, en daar het zyne zich alles flets en krachteloos by vertoont: waarlyk, een belaghelyk en beschimpend oordeel. Doch dat van Dyk en Titiaan in koleur verschillen, dat staa ik hun toe; maar dat men in dit geval by de Italiaanen niet behoeft te loopen, om zulks te bewyzen, is ook zeker: want voor zo veel de krachtige Coloriet, indien het daar in bestond, belangt, zo zeg ik dat Rembrant voor