DA CARPI, Ugo ( v. 1480-1532 )

ISNI:0000000107829872 Getty:500013568

Quotation

Un certain Hugo de Carpi inventa une maniere de Graver en Bois par le moyen de laquelle les Estampes paraissent comme lavées de clair-obscur. Il faisoit pour cet effet trois sortes de Planches d’un mesme dessein, lesquelles se tiroient l’une après l’autre sous la Presse pour Imprimer une mesme Estampe. Elles estoient gravées de telle façon, que l’une servoit pour les jours, & les grandes lumieres ; l’autre pour les demi teintes, & la troisiéme pour les contours et les ombres fortes.

Quotation

GRAVURE s’entend & de l’Art de graver, & de l’ouvrage même de gravure.
Il est étonnant que le secret de la
gravûre sur les cornalines, sur les agathes, & les autres pierres précieuses, secret que possédoient les anciens, ne les ait pas conduits à l’invention de la grâvure sur cuivre ; & qu’ils n’ayent pas imaginé que de même qu’on tiroit sur la cire & sur d’autres matiéres molles, des empreintes des pierres gravées, on pourroit aussi en tirer de pareilles des planches de cuivre : ce dernier secret n’a été connu que vers le milieu du quinziéme siécle. Il n’est pas vrai, comme le dit Felibien, que les Graveurs en pierre ayent été les Inventeurs. Il faut avouer que cette invention à l’autre, le trajet étoit court ; cependant on a été plus de deux mille ans à le faire. 
L’invention des estampes est dûe à Manso Finiguerra, où plutôt au hazard, puisque cet Orfévre Florentin rencontra ce secret sans la chercher.
Voyez ESTAMPE.
On
grave sur différentes matiéres, mais plus ordinairement sur le bois & sur le cuivre. Pour graver sur le bois, on à une planche de poirier ou de buis fort unie, on dessine son sujet sur cette planche, ensuite on évide le bois, en épargnant soigneusement les traits du dessein qui restent de relief. Les instrumens dont on se sert pour ce travail, sont le canif & le cizelet. 
Pour
graver en cuivre, on a une planche de cuivre rouge, bien battu & bien poli. On dessine son sujet sur cette planche, & on le grave avec le burin. Il faut que le burin soit bien acéré, & de bonne trempe. 
La
gravûre à l’eau forte demande plus de préparatifs : il faut d’abord chauffer la planche de cuivre sur le feu, ensuite on y étend un vernis que l’on noircit, en exposant la planche à une chandelle, du côté que l’on a appliqué le vernis : après cela on calque sur cette planche un dessein qu’on a fait à part, & que l’on a bien frotté de sanguine, ou d’une autre composition. Par ce moyen la sanguine s’imprime aisément sur le vernis, & y marque tous les traits du dessein. 
L’outil dont on se sert pour graver est l’échoppe. C’est une espece d’aiguille ovale le plus ou moins grosse selon la nature du travail. Quand les traits sont bien formés, on coule l’eau forte sur la planche, qu’on a eu soin de border de cire, ensorte que ses petits parois retiennent l’eau forte : on a aussi l’attention de prendre garde que l’eau ne morde pas également tout. Pour cela lorsque certaines parties qui doivent être plus épargnées, ont assez reçû de cette eau, on les frotte d’une composition d’huile & de suif, pour empêcher l’eau forte de pénétrer plus avant. 
La
gravure au burin est plus tendre & plus délicate.
La
gravure à l’eau forte est plus mâle, plus expressive, & plus propre aux grandes ordonnances. 
La
gravure en bois, quoique susceptible de beauté, est fort négligée aujourd’hui. 
Un certain Hugo de Carpi inventa une maniere de graver en bois qui paroissoient lavées de clair obscur. 
Il faisoit pour cet effet trois planches différentes pour la même estampe ; l’une servoit pour les jours & les grandes lumiéres, l’autre pour les demi-teintes, & la troisiéme pour les jours & les ombres fortes : ce secret a été renouvellé de nos jours par M..... dont les estampes coloriées ont causé plus de surprise que de plaisir : je dis renouvellé, car son secret pour imprimer des petits tableaux de clair obscur, ne différe de celui de Hugo Carpi, qu’en ce qu’il frotte ses planches de deux ou trois couleurs au lieu d’encre, ce qui forme ces ouvrages amphibies, qu’on ne peut appeller ni tableaux ni estampes.
Gravure à la maniére noire : c’est une maniere de graver, dont l’invention est assez nouvelle : on l’appelle ainsi parce qu’au lieu de préparer la planche en polissant, on la prépare par une gravure fine, croisée dans tous les sens & uniforme, qui l’occupe entierement, ensorte que si on l’imprimoit après la préparation, on en tireroit une empreinte très forte, & également noire par tout.
La
gravure noire est donc celle qui au lieu de burin pour former les traits & les ombres, se sert de brunissoir pour tirer les objets de l’obscurité, en leur distribuant peu à peu les lumieres qui leur conviennent.

Quotation

GRAVURE s’entend & de l’Art de graver, & de l’ouvrage même de gravure.
Il est étonnant que le secret de la
gravûre sur les cornalines, sur les agathes, & les autres pierres précieuses, secret que possédoient les anciens, ne les ait pas conduits à l’invention de la grâvure sur cuivre ; & qu’ils n’ayent pas imaginé que de même qu’on tiroit sur la cire & sur d’autres matiéres molles, des empreintes des pierres gravées, on pourroit aussi en tirer de pareilles des planches de cuivre : ce dernier secret n’a été connu que vers le milieu du quinziéme siécle. Il n’est pas vrai, comme le dit Felibien, que les Graveurs en pierre ayent été les Inventeurs. Il faut avouer que cette invention à l’autre, le trajet étoit court ; cependant on a été plus de deux mille ans à le faire. 
L’invention des estampes est dûe à Manso Finiguerra, où plutôt au hazard, puisque cet Orfévre Florentin rencontra ce secret sans la chercher.
Voyez ESTAMPE.
On
grave sur différentes matiéres, mais plus ordinairement sur le bois & sur le cuivre. Pour graver sur le bois, on à une planche de poirier ou de buis fort unie, on dessine son sujet sur cette planche, ensuite on évide le bois, en épargnant soigneusement les traits du dessein qui restent de relief. Les instrumens dont on se sert pour ce travail, sont le canif & le cizelet. 
Pour
graver en cuivre, on a une planche de cuivre rouge, bien battu & bien poli. On dessine son sujet sur cette planche, & on le grave avec le burin. Il faut que le burin soit bien acéré, & de bonne trempe. 
La
gravûre à l’eau forte demande plus de préparatifs : il faut d’abord chauffer la planche de cuivre sur le feu, ensuite on y étend un vernis que l’on noircit, en exposant la planche à une chandelle, du côté que l’on a appliqué le vernis : après cela on calque sur cette planche un dessein qu’on a fait à part, & que l’on a bien frotté de sanguine, ou d’une autre composition. Par ce moyen la sanguine s’imprime aisément sur le vernis, & y marque tous les traits du dessein. 
L’outil dont on se sert pour graver est l’échoppe. C’est une espece d’aiguille ovale le plus ou moins grosse selon la nature du travail. Quand les traits sont bien formés, on coule l’eau forte sur la planche, qu’on a eu soin de border de cire, ensorte que ses petits parois retiennent l’eau forte : on a aussi l’attention de prendre garde que l’eau ne morde pas également tout. Pour cela lorsque certaines parties qui doivent être plus épargnées, ont assez reçû de cette eau, on les frotte d’une composition d’huile & de suif, pour empêcher l’eau forte de pénétrer plus avant. 
La
gravure au burin est plus tendre & plus délicate.
La
gravure à l’eau forte est plus mâle, plus expressive, & plus propre aux grandes ordonnances. 
La
gravure en bois, quoique susceptible de beauté, est fort négligée aujourd’hui. 
Un certain Hugo de Carpi inventa une maniere de graver en bois qui paroissoient lavées de clair obscur. 
Il faisoit pour cet effet trois planches différentes pour la même estampe ; l’une servoit pour les jours & les grandes lumiéres, l’autre pour les demi-teintes, & la troisiéme pour les jours & les ombres fortes : ce secret a été renouvellé de nos jours par M..... dont les estampes coloriées ont causé plus de surprise que de plaisir : je dis renouvellé, car son secret pour imprimer des petits tableaux de clair obscur, ne différe de celui de Hugo Carpi, qu’en ce qu’il frotte ses planches de deux ou trois couleurs au lieu d’encre, ce qui forme ces ouvrages amphibies, qu’on ne peut appeller ni tableaux ni estampes.
Gravure à la maniére noire : c’est une maniere de graver, dont l’invention est assez nouvelle : on l’appelle ainsi parce qu’au lieu de préparer la planche en polissant, on la prépare par une gravure fine, croisée dans tous les sens & uniforme, qui l’occupe entierement, ensorte que si on l’imprimoit après la préparation, on en tireroit une empreinte très forte, & également noire par tout.
La
gravure noire est donc celle qui au lieu de burin pour former les traits & les ombres, se sert de brunissoir pour tirer les objets de l’obscurité, en leur distribuant peu à peu les lumieres qui leur conviennent.

Quotation

Un certain Hugo de Carpi inventa une maniere de Graver en Bois par le moyen de laquelle les Estampes paraissent comme lavées de clair-obscur. Il faisoit pour cet effet trois sortes de Planches d’un mesme dessein, lesquelles se tiroient l’une après l’autre sous la Presse pour Imprimer une mesme Estampe. Elles estoient gravées de telle façon, que l’une servoit pour les jours, & les grandes lumieres ; l’autre pour les demi teintes, & la troisiéme pour les contours et les ombres fortes.

Quotation

GRAVURE s’entend & de l’Art de graver, & de l’ouvrage même de gravure.
Il est étonnant que le secret de la
gravûre sur les cornalines, sur les agathes, & les autres pierres précieuses, secret que possédoient les anciens, ne les ait pas conduits à l’invention de la grâvure sur cuivre ; & qu’ils n’ayent pas imaginé que de même qu’on tiroit sur la cire & sur d’autres matiéres molles, des empreintes des pierres gravées, on pourroit aussi en tirer de pareilles des planches de cuivre : ce dernier secret n’a été connu que vers le milieu du quinziéme siécle. Il n’est pas vrai, comme le dit Felibien, que les Graveurs en pierre ayent été les Inventeurs. Il faut avouer que cette invention à l’autre, le trajet étoit court ; cependant on a été plus de deux mille ans à le faire. 
L’invention des estampes est dûe à Manso Finiguerra, où plutôt au hazard, puisque cet Orfévre Florentin rencontra ce secret sans la chercher.
Voyez ESTAMPE.
On
grave sur différentes matiéres, mais plus ordinairement sur le bois & sur le cuivre. Pour graver sur le bois, on à une planche de poirier ou de buis fort unie, on dessine son sujet sur cette planche, ensuite on évide le bois, en épargnant soigneusement les traits du dessein qui restent de relief. Les instrumens dont on se sert pour ce travail, sont le canif & le cizelet. 
Pour
graver en cuivre, on a une planche de cuivre rouge, bien battu & bien poli. On dessine son sujet sur cette planche, & on le grave avec le burin. Il faut que le burin soit bien acéré, & de bonne trempe. 
La
gravûre à l’eau forte demande plus de préparatifs : il faut d’abord chauffer la planche de cuivre sur le feu, ensuite on y étend un vernis que l’on noircit, en exposant la planche à une chandelle, du côté que l’on a appliqué le vernis : après cela on calque sur cette planche un dessein qu’on a fait à part, & que l’on a bien frotté de sanguine, ou d’une autre composition. Par ce moyen la sanguine s’imprime aisément sur le vernis, & y marque tous les traits du dessein. 
L’outil dont on se sert pour graver est l’échoppe. C’est une espece d’aiguille ovale le plus ou moins grosse selon la nature du travail. Quand les traits sont bien formés, on coule l’eau forte sur la planche, qu’on a eu soin de border de cire, ensorte que ses petits parois retiennent l’eau forte : on a aussi l’attention de prendre garde que l’eau ne morde pas également tout. Pour cela lorsque certaines parties qui doivent être plus épargnées, ont assez reçû de cette eau, on les frotte d’une composition d’huile & de suif, pour empêcher l’eau forte de pénétrer plus avant. 
La
gravure au burin est plus tendre & plus délicate.
La
gravure à l’eau forte est plus mâle, plus expressive, & plus propre aux grandes ordonnances. 
La
gravure en bois, quoique susceptible de beauté, est fort négligée aujourd’hui. 
Un certain Hugo de Carpi inventa une maniere de graver en bois qui paroissoient lavées de clair obscur. 
Il faisoit pour cet effet trois planches différentes pour la même estampe ; l’une servoit pour les jours & les grandes lumiéres, l’autre pour les demi-teintes, & la troisiéme pour les jours & les ombres fortes : ce secret a été renouvellé de nos jours par M..... dont les estampes coloriées ont causé plus de surprise que de plaisir : je dis renouvellé, car son secret pour imprimer des petits tableaux de clair obscur, ne différe de celui de Hugo Carpi, qu’en ce qu’il frotte ses planches de deux ou trois couleurs au lieu d’encre, ce qui forme ces ouvrages amphibies, qu’on ne peut appeller ni tableaux ni estampes.
Gravure à la maniére noire : c’est une maniere de graver, dont l’invention est assez nouvelle : on l’appelle ainsi parce qu’au lieu de préparer la planche en polissant, on la prépare par une gravure fine, croisée dans tous les sens & uniforme, qui l’occupe entierement, ensorte que si on l’imprimoit après la préparation, on en tireroit une empreinte très forte, & également noire par tout.
La
gravure noire est donc celle qui au lieu de burin pour former les traits & les ombres, se sert de brunissoir pour tirer les objets de l’obscurité, en leur distribuant peu à peu les lumieres qui leur conviennent.